« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Effondrement de la production industrielle : 30 ans après, les économistes « en titre » se réveillent

24 avril 2019

Quartz, un organisme basé à New York spécialisé dans l’actualité économique, publie dans son édition de mai une réfutation remarquable des économistes modernes qui affirment tout et n’importe quoi sur les miracles de la robotique dans le secteur de l’IT. L’article, signé Gwynn Guilford, est titré « L’erreur majeure dans la manufacture, qui a coûté des millions d’emplois aux Américains ». Il aborde la problématique de la productivité, de la concurrence étrangère et des pertes d’emplois dans l’économie américaine depuis les années 1990. Sa conclusion : « Il s’avère que l’analyse de Trump sur déclin des manufactures américaines était bien plus proche de la réalité que celle du progrès technologique concoctée à Washington, New-York et Cambridge. »

Quasiment tous les économistes dans le monde universitaire et bancaire ainsi que les publications professionnelles – et Quartz admet qu’elle en a fait partie – affirment que si l’Amérique a perdu autant d’emplois productifs depuis 40 ans, c’est en raison des progrès de l’automatisation, de l’accroissement de la productivité et des bénéfices du libre-échange. L’économiste Lyndon LaRouche n’a pas eu de cesse de réfuter cette vision des choses, mettant en avant la nécessité pour les Etats-Unis de maintenir et de protéger un secteur manufacturier robuste. Quant à Donald Trump, il a martelé durant toute sa campagne que les accords de libre échange étaient à l’origine de la destruction des emplois industriels.

« Grâce à une analyse rigoureuse conduite par une poignée d’économistes, écrit Quartz, il est devenu clair que les données sous-tendant la version dominante – ou plus exactement, la manière dont la plupart des économistes ont interprété les données – étaient à côté de la plaque. C’est la concurrence étrangère et non l’automatisation qui était la cause de la perte si importante d’emplois productifs. Cela signifie que le secteur manufacturier en Amérique est dans un état bien pire encore que ne le reconnaissent les médias, les politiciens et même les universitaires. »

Les Etats-Unis ont perdu des emplois productifs plus rapidement entre 2000 et 2015 qu’au plus fort de la Grande Dépression, pour atteindre le nombre de 6 millions d’emplois, soit un tiers du total. Les explications habituelles pointent du doigt une productivité plus élevée – propulsée par le secteur des IT, d’où l’automatisation industrielle est sensée provenir.

Toutefois, l’équipe d’économistes menée par le Dr. Susan Housman de l’Institut Upjohn a « découvert » que cette augmentation apparente de productivité était le résultat de très forts « ajustements qualitatifs » des données, appliqués de manière sélective au secteur des IT par les économistes et les organes du gouvernement. Si on corrige ces « ajustements qualitatifs de données », effectués depuis les bureaux d’économistes et non pas sur le terrain, il y a eu très peu de productivité depuis 1990-95. La perte d’emplois est due à la concurrence et au commerce.

Il se trouve que cette même « découverte » avait été faite par l’Institut Schiller depuis au moins 1984-1985 et expliquée de manière répétée !