« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Interventions

« Opération Ibn Sina » pour sauver des vies en Afghanistan

5 novembre 2021

Helga Zepp-LaRouche lance l’opération « Ibn Sina » (Avicenne) face à la catastrophe humanitaire à laquelle est confronté l’Afghanistan.

La crise humanitaire en Afghanistan atteint des proportions effarantes. Selon le dernier rapport sur la sécurité alimentaire publié le 26 octobre par la FAO et le PAM, sur une population totale de 38 millions d’habitants, quelque 18,8 millions vivent en « insécurité alimentaire aiguë », soit une augmentation de 35 % depuis leur dernière évaluation d’avril (14 millions). Depuis, outre une grave sécheresse et le chaos succédant au retrait des forces américaines et de l’OTAN, non seulement les institutions internationales et les gouvernements occidentaux ont suspendu leur aide au développement à l’Afghanistan suite à la prise de contrôle des talibans en août, mais les 9 milliards de dollars d’actifs afghans détenus par la Réserve fédérale américaine et d’autres banques restent gelés.

L’Institut Schiller mène une campagne internationale pour exiger le déblocage de ces fonds, qui appartiennent de droit au peuple afghan, ainsi que la levée des sanctions, qui paralysent le secteur bancaire et toute la vie économique. Avant le retrait des États-Unis, près de 75 % des dépenses publiques du pays étaient assurées par les organisations monétaires internationales, qui ont suspendu entre-temps leurs paiements.

L’effet sur le secteur de la santé a été particulièrement brutal. Jusqu’en août, la Banque mondiale finançait l’institution Sehatmandi qui, avec ses 2300 centres médicaux répartis dans tout le pays, constituait l’épine dorsale du système de santé. Aujourd’hui, seuls 390 d’entre eux sont encore opérationnels. Même avant la chute précipitée du précédent gouvernement, les travailleurs de la santé n’avaient pas été payés depuis des mois et les fournitures médicales et les médicaments, déjà très insuffisants à l’époque, sont devenus dramatiquement rares aujourd’hui.

Selon les organisations internationales de l’ONU, faute de mesures immédiates, la crise en Afghanistan menace de dépasser même l’horreur au Yémen. Dans ce contexte, Helga Zepp-LaRouche a annoncé que le programme de l’Institut Schiller pour la reconstruction et le développement de l’Afghanistan serait baptisé « Opération Ibn Sina » (Avicenne).

Dans une interview le 29 octobre avec Omar Khalid Butt sur la chaîne de télévision pakistanaise PTV, Zepp-LaRouche a appelé la communauté internationale à mobiliser d’urgence l’aide immédiatement nécessaire, notamment la mise en place d’un système de santé moderne. Ibn Sina (980-1037), un médecin persan né dans l’actuel Afghanistan, est considéré comme le père de la médecine moderne et l’un des plus grands scientifiques de l’âge d’or islamique. Comme Mme LaRouche l’a expliqué sur PTV, Ibn Sina est source de fierté et de dignité pour tous les Afghans, quelle que soit leur origine ethnique, et pour beaucoup d’autres dans la région. Son héritage peut donc servir de point de ralliement pour bâtir un avenir meilleur, avec des équipements de santé, des infrastructures, des systèmes d’énergie et d’eau adéquats.