« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Interventions

Pourquoi le « LaRouchePAC » ne représente plus la politique de Lyndon LaRouche

Déclaration d’Helga Zepp-LaRouche

25 février 2021

Helga Zepp-LaRouche, fondatrice, présidente internationale de l’Institut Schiller et veuve du célèbre économiste et homme d’État américain Lyndon LaRouche, a annoncé aujourd’hui avoir adressé, par l’intermédiaire de son conseil juridique, une lettre au Comité d’action politique Lyndon LaRouche (LPAC) et à sa trésorière, Barbara Boyd, leur demandant de « cesser immédiatement et de s’abstenir, maintenant et à l’avenir, d’utiliser le nom de M. LaRouche, ou de prétendre à une quelconque ‘similitude’ ainsi qu’à l’usage d’autres termes similaires pouvant prêter à confusion ».

La lettre indique qu’une telle utilisation « est susceptible de créer la confusion parmi les personnes intéressées, car elles pourraient croire que vous [Boyd] (en tant qu’individu), le LPAC et/ou les biens et services que vous proposez, sont, d’une manière ou d’une autre, associés à notre cliente [Helga Zepp-LaRouche], ou que leur usage a été autorisé par elle ». Parmi les exigences formulées, Boyd et le LPAC doivent « prendre immédiatement toutes mesures nécessaires pour changer le nom de votre comité d’action politique, et le nom de toute entité affiliée, en un nom qui n’inclue pas le terme ‘Lyndon’, ‘LaRouche’ ou toute autre expression ou itération le concernant, et s’engagent à s’abstenir d’utiliser, maintenant et à l’avenir, les termes incriminés sur tout site web, courriels d’entreprise, papier à en-tête, publicités ou autres documents de marketing ou correspondance commerciale ».

Afin de préciser le cadre et le fondement de cette action, Mme Zepp-LaRouche a publié la déclaration suivante :

« Ce qui était depuis 2004 le site web officiel du Comité d’action politique fondé par mon défunt mari Lyndon LaRouche – le Comité d’action politique Lyndon LaRouche (LPAC) – a vu son contenu tomber sous le contrôle d’un groupe d’individus associés à Barbara Boyd, la trésorière de ce PAC, dans une direction que je considère contraire aux politiques centrales que défendait mon mari. De son vivant, mon mari était responsable de la direction politique générale du PAC. Mais depuis son décès en février 2019, Mme Boyd et ses associés, sans ma permission, ont pris le contrôle du contenu du site web et des activités du PAC dans leur ensemble, et se sont engagés dans une voie qui, à mon avis, dénature les positions de M. LaRouche et de moi-même.

« Mes demandes pour que le PAC adhère aux politiques du mouvement LaRouche et n’associe pas son nom à des politiques incompatibles avec nos vues (pratique qui a commencé à se produire dès la mort de M. LaRouche), ont été rejetées à tel point que Mme Boyd et un groupe d’individus partageant ses vues ont publié, en novembre 2020, un document proclamant leur indépendance ‘irrévocable’ de la direction du mouvement LaRouche, moi-même inclue, fondé par mon mari il y a plus de 50 ans.

« Tout en approuvant du bout des lèvres certaines des idées de Lyndon LaRouche et en utilisant des séquences de ses interventions vidéo, en réalité, les positions politiques du PAC ont de plus en plus divergé des politiques du mouvement LaRouche et de mon défunt mari, en excluant, par exemple, toute évaluation substantielle de la situation stratégique internationale, en faveur d’une concentration presque totale sur la politique intérieure des États-Unis, principalement sur les sujets en accord avec les politiques de Donald Trump. Ils ont publié de moins en moins d’articles et de vidéos critiquant Trump sur des sujets sur lesquels Lyndon LaRouche l’avait lui-même fréquemment critiqué, comme son éloge de la bulle financière de Wall Street, les politiques anti-chinoises qui ont fini par dominer sa présidence, etc.

« Par exemple, dans une vidéo publiée le 26 janvier 2021 sur le site du LPAC, sous le titre ‘Make Impeachment Drive Backfire, Build Movement to Rescue Republic’ (Faisons en sorte que la procédure de destitution se retourne contre ses promoteurs, construisons un mouvement pour sauvegarder la République), Barbara Boyd déclarait : ‘Si vous croyez qu’ils [les peuples] sont comme des bêtes (...) et qu’on peut avoir un système de crédit social – en réalité comme celui que nous mettons en place ici avec la cancel culture – un système qui dicte que si vous vous comportez d’une certaine manière, vous obtiendrez des crédits sociaux pour avoir fait x, y, z et w ; que si vous vous conduisez mal, si vous faites des commentaires stupides ou dépassez les bornes, vous obtiendrez des crédits négatifs. Eh bien, c’est ce qu’ils font en Chine. C’est ce qu’ils font dans toute société totalitaire.’

« Ces positions reflètent le point de vue de Mme Boyd, pas ceux de M. LaRouche ou du mouvement LaRouche. Je suis en désaccord total avec cette caractérisation de la Chine, et Lyndon LaRouche a exprimé à maintes reprises, durant toute sa vie, des convictions contraires à cette caractérisation. »

« A mesure que se multipliaient les caractérisations erronées des positions politiques de M. LaRouche, la grande majorité des membres du mouvement LaRouche et moi-même, tant aux États-Unis qu’au niveau international, avons estimé n’avoir d’autre choix que de soutenir la création d’une nouvelle organisation et d’un site web associé : ‘The LaRouche Organization’ (TLO, L’Organisation de LaRouche), fondée en décembre 2020, afin que le nom et l’image de M. LaRouche soient uniquement associés à ses véritables politiques et positions. La différence entre le TLO et le LPAC devient évidente, par exemple lorsque l’on compare l’intention exprimée dans la déclaration fondatrice de TLO, ‘Qui sommes-nous’ : ‘Le seul but de l’Organisation LaRouche (TLO) est la diffusion des idées de Lyndon LaRouche et la propagation de l’œuvre de sa vie, de sa méthode de pensée analytique et scientifique, dans l’intention de réaliser les solutions qu’il a proposées pour faire face aux nombreuses crises auxquelles l’humanité est actuellement confrontée.’
« A l’opposé, les ‘ordres de marche’ publiés le 14 février sur le site du LPAC, sous la rubrique ‘Votre rôle dans la nouvelle politique’, proclament : ‘Battez-vous pour le Parti républicain, forcez les traîtres et les faiblards à partir et restaurez-le dans la tradition d’Abraham Lincoln.’

« En février 2021, Mme Boyd et ses associés ont procédé à une refonte du site web du LPAC, qui exclut significativement deux pages ou sujets qui s’y trouvaient précédemment. Tout d’abord, la documentation extrêmement riche concernant les 40 années durant lesquelles Lyndon LaRouche et ses associés internationaux ont été impliqués dans des interventions sur les cinq continents de notre planète. Que cela ait été intentionnel ou pas, je pense qu’écarter cette histoire donne la fausse impression que M. LaRouche ne s’intéressait qu’aux sujets concernant les Etats-Unis. Cela revient à nier son engagement passionné pour la cause de l’humanité tout entière.

« Ensuite, le nouveau site web du PAC omet également de mentionner l’histoire de l’influence de M. LaRouche et de son mouvement international dans l’évolution d’un nouveau paradigme axé sur la Nouvelle Route de la soie. M. LaRouche a rédigé, à partir des années 1970, de nombreux programmes économiques pour l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine et l’Europe et a consacré une grande partie de son travail et de ses campagnes au développement de ces pays.

« Mme Boyd et ses associés ont tout à fait le droit d’établir un comité d’action politique pour exprimer les opinions de Mme Boyd ; mais je crois qu’ils rendent un bien mauvais service au regretté Lyndon LaRouche en déformant – par action et omission – ses opinions et en associant son nom à leur entreprise. Pour toutes ces raisons, nous avons engagé un conseil juridique pour mettre fin à toute utilisation du nom et de l’image de Lyndon LaRouche par le LPAC et préserver l’intégrité de son vaste travail.

Pour plus d’informations, contacter : press@LaroucheOrganization ou le (551) 209-1978