« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Appels

Appel à un Comité ad hoc pour un Nouveau Bretton Woods

30 juin 2022

Cet appel est diffusé à l’échelle internationale, en plusieurs langues.

le 24 juin

Le système néolibéral est désespérément en faillite. Cependant, au lieu d’en tirer les conséquences et de le réorganiser de fond en comble, les gouvernements occidentaux intensifient l’affrontement avec leurs prétendus concurrents systémiques, la Russie et la Chine. L’expansion sur cinq fronts de l’OTAN vers l’Est a ainsi conduit à une « crise des missiles de Cuba inversée » et à une guerre au cœur de l’Europe susceptible de dégénérer en troisième guerre mondiale, y compris nucléaire.

Beaucoup de gens ont peur d’une nouvelle guerre mondiale, et à juste titre. Mais ce sont les causes du danger que nous devons éliminer ! Ne voit-on pas que plus rien ne fonctionne ? Ne voit-on pas partout une rupture des chaînes d’approvisionnement et l’explosion des prix des aliments et de l’énergie ? Le gouvernement allemand veut maintenant rationner le gaz, tandis qu’en Pologne et en Lituanie, les gens recommencent à se chauffer... au bois.

Non, cela n’a quasiment rien à voir avec le confinement sanitaire imposé par la politique chinoise du Zéro covid, et n’a qu’un lien indirect avec la guerre en Ukraine. Mais cela a beaucoup à voir avec le modèle néolibéral, sous tous ses aspects. L’idée néolibérale de délocaliser la production industrielle vers des pays à bas salaires était erronée, car elle détruit des emplois productifs dans les nations industrielles et exploite la main-d’œuvre dans les pays en développement. Tout aussi erronée est l’idée d’une « société de la valeur actionnariale », dont le seul objectif est le profit boursier à court terme, et où l’augmentation à long terme de la productivité économique physique a perdu tout sens. Tout aussi erronée est l’idée que « l’argent rapporte de l’argent », comme si l’argent avait une valeur intrinsèque en soi, de même que l’idée d’échanges économiques en « flux tendu », rendant inutile le stockage puisque les camions peuvent livrer des pièces semi-finies à la dernière minute. Mais surtout, ce qui est totalement faux, c’est l’idée que l’argent soit synonyme de richesse sociale. Ce conte de fées n’a fait qu’entraîner une augmentation explosive du nombre de milliardaires et de millionnaires, alors que les rangs des pauvres grossissent et que la classe moyenne disparaît.

L’effondrement spectaculaire des infrastructures aux États-Unis et en Europe (ponts délabrés, trains de marchandises bloqués pendant des jours, délais de réparation absurdes, pénurie de main-d’œuvre qualifiée ou disparition des produits dans les rayons des magasins) est la preuve de l’échec du modèle néolibéral. L’inflation galopante, notamment, vient non pas de la guerre en Ukraine, mais de l’émission excessive de monnaie par les banques centrales depuis 2008, dans le but de colmater la crise systémique.

Avec le système financier transatlantique, nous sommes aujourd’hui confrontés à ce que nous avons connu dans l’Allemagne de Weimar en 1923 : l’hyperinflation, qui menace de dévorer toutes les économies de la population. Les tentatives des banques centrales de juguler cette inflation en haussant les taux d’intérêt pourraient déclencher un effondrement en chaîne des entreprises endettées et des pays en développement. Le découplage agressif de la Russie et la tentative de s’opposer à la Chine sont en cours et feront sombrer toutes les nations.

L’effet sur le monde en développement est meurtrier. Aujourd’hui déjà, selon l’ONU, 1,7 milliard de personnes sont menacées d’une catastrophe alimentaire, qui a été exacerbée par les sanctions autodestructrices contre la Russie et d’autres pays. Le modèle néolibéral n’a rien fait pour lutter contre la pauvreté dans le Sud, où 2 milliards d’habitants n’ont pas accès à l’eau potable et où la majorité des pays en développement n’ont pas de système de santé efficace, ce qui les laisse sans défense face à la pandémie de Covid ou à d’autres maladies. Les systèmes sociaux de nombreux pays sont déjà en ruine. Si l’inflation devient incontrôlable ou qu’un effondrement soudain se produit, de vastes parties du monde pourraient plonger dans un chaos social complet. Par ailleurs, il est inadmissible d’invoquer comme prétexte les préoccupations climatiques et environnementales pour justifier la désindustrialisation et la dépopulation radicale, comme le fit Malthus en son temps.

Même si les gouvernements du monde occidental refusent de l’admettre, le système néolibéral est aujourd’hui tout autant en faillite que les pays communistes dans la période 1989-1991. Plutôt que de le reconnaître, ils continuent à prendre des décisions dont ils n’ont pas réfléchi aux conséquences, menaçant ainsi de faire s’effondrer les sociétés. Au lieu de rationner l’essence et de laisser les prix des produits de première nécessité s’envoler de façon incontrôlée, ils devraient lever les sanctions (une forme brutale de guerre contre les populations des pays visés) et s’en remettre à la diplomatie pour résoudre les conflits.

Nous, signataires, appelons donc à convoquer immédiatement une conférence internationale d’urgence dont le mandat sera le suivant :

1. Réorganiser le système financier mondial en faillite pour le remplacer par un nouveau système de Bretton Woods. L’objectif déclaré de ce nouveau système de crédit doit être de vaincre la pauvreté et le sous-développement dans le monde entier, mais surtout d’élever le niveau de vie dans les pays en développement afin de permettre à tous les habitants de cette planète de développer pleinement leurs capacités potentielles.
2.Mettre en faillite ordonnée les banques commerciales en les plaçant sous la protection des Etats, afin qu’elles puissent alimenter l’économie réelle en crédits. Les banques de marché et autres entités financières doivent se résoudre à opérer sans l’argent des contribuables, en mettant de l’ordre dans leurs comptes par elles-mêmes, et, le cas échéant, déposer le bilan.
3. Fermer les marchés de produits dérivés sans lien avec l’économie réelle, dans le cadre d’accords entre gouvernements.
4. Mettre immédiatement en place un système de taux de change fixes, périodiquement ajustables par les gouvernements dans certaines limites.
5. Réorganiser la dette des Etats et des entreprises en procédant, lorsque cela s’avère indispensable pour conserver leur rôle productif, à l’annulation partielle ou totale de leur dette.
6. Créer dans chaque pays une Banque nationale dans la tradition d’Alexander Hamilton, de sorte que l’émission de crédit se fasse sous le contrôle des gouvernements souverains. On pourra ainsi atteindre le plein emploi productif grâce à des investissements dans les infrastructures de base et l’innovation.
7. Négocier entre banques nationales des accords à long terme sur des crédits à faible taux d’intérêt, permettant d’investir dans un programme d’infrastructure international et des projets de « Pont terrestre mondial », tels que ceux présentés dans le dossier de l’Institut Schiller, La Nouvelle Route de la soie devient un Pont terrestre mondial, et ceux mis en œuvre par la Chine dans son initiative « Belt and Road ».
8. Elargir ce Pont terrestre mondial, offrant à tous les pays des avantages économiques communs qui deviendront à leur tour la base d’une nouvelle architecture de sécurité internationale, prenant en compte les intérêts de sécurité de chaque nation sur cette Terre. Le nouveau nom de la paix est le développement.

Nous, signataires de cet appel, sommes convaincus que le système prédateur de mondialisation, avec son « capitalisme vautour », a échoué, économiquement, financièrement et moralement. Nous devons faire de l’être humain la priorité de l’économie, qui n’est pas un libre-service pour milliardaires et millionnaires, mais doit servir le bien commun. Le nouvel ordre économique doit garantir les droits inaliénables de tous les habitants de la Terre.

Liste partielle des signataires

France

  • Col. Alain Corvez, colonel (ret.), conseiller international, ancien conseiller du général commandant la Force des Nations Unies au Sud-Liban (FINUL)
  • Dominique Delawarde, général (à la retraite), officier de l’Armée de Terre
  • Henri Proglio, industriel
  • Henri Temple, professeur de Droit économique, co-fondateur du Centre du droit de la consommation
  • Hubert de Gevigney, officier de marine en 2ème section, contre-amiral, ancien ambassadeur de l’Ordre de Malte près la République du Sénégal
  • Jacques Cheminade, président, Solidarité et Progrès, ancien candidat à la présidentielle
  • Raphaël Durans, artiste plasticien
  • Thierry Lambert, professeur, Université d’Aix-Marseille
  • Valérie Bugault, analyste de géopolitique, docteur en droit
  • Jacques Perget, économiste

    Afghanistan

  • Dr Shah M. Mehrabi, président du comité d’audit, membre du conseil d’administration de la Banque centrale d’Afghanistan

    Afrique du Sud

  • Kelvin Kemm, pdg, Stratek Business Strategy Consultants, ancien président du conseil d’administration, South African Nuclear Energy Corporation, Afrique du Sud
  • Princy Mthombeni, spécialiste de la communication nucléaire, fondatrice d’Africa4Nuclear

    Algérie

  • Ali Brahimi, universitaire juriste, avocat, Alger

    Allemagne

  • Ole Doering, professeur, université normale du Hunan , professeur agrégé, département de santé mondiale, Université de Pékin ; Privatdozen, KIT
  • Rainer Sandau, directeur technique, satellites et applications spatiales, académie internationale d’astronautique (IAA)
  • Uwe Behrens, responsable logistique, auteur

    Argentine

  • Alejandro Yaya, vice-président, institut civil de technologie spatiale Argentine
  • Enrique Juan Box, personnalité médiatique, Argentine
  • Juan Francisco Numa Soto, procureur constitutionnel, ancien professeur de droit constitutionnel à l’Université de Buenos Aires, Argentine
  • Ricardo Macedo, sociologue, consultant politique, Argentine
  • Roberto Fritzsche, professeur, département des sciences économiques, Université de Belgrano

    Bolivie

  • Général Edwin Alfonso De La Fuente Jeria, ancien commandant en chef des forces armées boliviennes

    Brésil

  • Jairo Diaz Carvalho, professeur de philosophie de la technologie, Université fédérale d’Uberlândia, Brésil
  • Marcos de Oliveira, éditeur, monitor Mercantil, Brésil
  • Monseñor Norberto Polanco, évêque élu, église apostolique catholique Vetero du Brésil
  • Thiago Maia, doct. en physique nucléaire et astrophysique, spécialiste international de l’énergie et de l’ingénierie, Brésil

    Canada

  • Faisal Huda, pdg de BUNA Capital Inc., Canada
  • Julien Fell, biologiste, codirecteur de la zone F, gouvernement régional de Nanaimo, Colombie-Britannique, Canada

    Colombie

  • Mario Guillermo Acosta, scientifique et auteur ; directeur général, CIFRA (Space Lab City) Colombie
  • Pedro Rubio, président, association des fonctionnaires du bureau général de la comptabilité de Colombie

    Côte d’Ivoire

  • Eblin Pascal Fobah, enseignant chercheur ; professeur d’université

    Costa Rica

  • Enrique Dubon, économiste, Costa Rica

    Côte d’Ivoire

  • Eblin Pascal Fobah, enseignant chercheur, professeur d’université, Bouaké

    Danemark

  • Dr Li Xing, directeur, centre de recherche sur le développement et les relations internationales, professeur, département de politique et société, Université d’Aalborg, Danemark

    Egypte

  • Dr Mohammed Ali Ibrahim, professeur d’économie ; fondateur et ancien doyen, collège du transport international et de la logistique, Égypte

    Equateur

  • Napoléon Saltos, professeur d’université, Equateur

    Etats-Unis

  • Dr. Athar Abbasi, major, armée américaine (retraité)
  • Barbara Suhrstedt, pianiste de concert international, président conseil d’administration, Framingham Lomonosov Association for Mutual Exchange (FLAME).
  • Dr. Bennett Greenspan, ancien président de SNMMI (Société de médecine nucléaire et d’imagerie moléculaire), collège américain de radiologie
  • Betty Jean Alexander, sénatrice de l’Etat du Michigan (Démocrate - Detroit)
  • Caleb Maupin, fondateur et directeur, center for political innovation
  • Charles Borowski, président de l’institut international d’études régionales
  • Christopher Fogarty, président, amis de la liberté irlandaise, Chicago, Illinois
  • Dr. Clifford Kiracofe, président de l’institut de Washington pour la paix et le développement
  • David Meiswinkle, avocat
  • Don et Janell Diehl, auteur, ancien rédacteur en chef de Salpulpa Daily Herald
  • Diane Sare , candidat du parti LaRouche au sénat américain de New York
  • Earl Rasmussen, vice-président exécutif, Eurasia Center, Washington D.C.
  • Frank Endres, exploitant agricole, blé et bétail, Californie États-Unis
  • Fred Huenefeld, ancien trésorier, comité central du Louisiana state democraty party (LSDP)
  • Frederick Weiss, musicien professionnel
  • Dr. Graham Fuller, ancien responsable de la CIA, vice-président, conseil national du renseignement, auteur, érudit
  • Dr. George Koo, président de la fondation Burlingame, consultant en affaires à la retraite, relations sino-américaines
  • Jack Gilroy, co-coordinateur de bensalmon.org
  • James Benham, président national de l’union des agriculteurs de l’Indiana, membre du conseil d’administration de l’union nationale des agriculteurs
  • Dr. James George Jatras, ancien diplomate américain, ancien conseiller auprès de la direction républicaine du sénat américain, analyste politique
  • James Moore, ancien président de l’Association des trollers de l’Alaska, comité exécutif pour NSRAA et AKI (aquaculture)
  • Jeffery S. Philbin, phd , ingénieur nucléaire, consultant technique, entrepreneur indépendant, Albuquerque, Nouveau Mexique
  • Joel Dejean, candidat au congrès indépendant de LaRouche, 38e district, Texas
  • John Shanahan, ingénieur civil, président Go Nuclear Inc., éditeur site web : allaboutenergy.net
  • Jon Baker, éleveur de bétail, agent de banque agricole, Iowa
  • Neil Brown, ingénieur nucléaire (retraité) à Portland, Orégon
  • Peter Schuller, professeur émérite de Philosophie, Université de Miami
  • Qasim Tarin, président, réseau des entreprises afghanes, président de la fondation Qtarin, membre du conseil d’administration chambre de commerce afghano-américaine, co-fondateur du mouvement pour l’unité et la liberté d’Afghanistan
  • Robert Branca, lieutenant (à la retraite), U.S. naval reserve, vétéran du Vietnam
  • Sam Pitroda, inventeur et entrepreneur, président du congrès indien d’outre-mer
  • William F Reid, md, premier Afro-Américain élu à la législature de Virginie depuis la reconstruction
  • Wilbur Kehrli, conseil d’administration national, American Blue Cattle Association, ancien directeur du district quatre, Iowa pork producers board
  • Zaher Wahab, professeur émérite d’éducation, ancien conseiller auprès du ministère afghan de l’enseignement supérieur, a enseigné à l’Université américaine d’Afghanistan (2013-2020)
  • Geoff Young, candidat démocrate à la Chambre des représentants des États-Unis, Kentucky 6e CD

    Grèce

  • Léonidas Chrysanthopoulos, ambassadeur ad honorem ; secrétaire général, organisation de coopération économique de la mer Noire (BSEC), 2006-2012, Grèce
  • Maria Negreponti - Delivanis, ancien recteur et professeur, Université de Macédoine, Grèce
  • Georges Tsobanoglou, professeur de sociologie, Université de la mer Egée, Grèce

    Guatemala

  • Roger Antonio Baldizon Morales, économiste ; professeur d’université et spécialiste de la planification et du développement, Guatemala City
  • Raúl Aníbal Marroquín, observatoire Citoyen pour la paix « La Pupille du Ciel », San Cristobal Verapaz, Guatemala

    Guinée

  • Jacques Bacamurwanko, ancien ambassadeur du Burundi aux États-Unis, Guinée

    Honduras

  • José Antonio Flores Arriaza, analyste politique, maîtrise en relations internationales (MIR), Honduras

    Hongrie

  • Andrea Szegó, professeur (retraité), économie, Hongrie

    Irak

  • Mustafa Jabbar Sanad, député, économiste, Irak

    Italie

  • Alessia Ruggeri, syndicaliste, Comitato per la Repubblica
  • Antonio Grazia Romano, avocat
  • Prof. Bruno Brandimarte, professeur de mesure électronique, Rome
  • Carlo Pettirossi, ingénieur nucléaire, Atomi per la Pace , Allemagne/Italie
  • David Baccini, président-directeur général, Supranext
  • Davide Donateo, fondateur et éditeur Database Italia
  • Federica Mancini, ingénieur nucléaire, Atomi per la Pace , Milan
  • Filippo Rossi, journaliste, coureur de marathon
  • Gaetano Santoro, syndicaliste, unione partite IVA (UPI)
  • Guido Grossi, président, Sovranità Popolare
  • Gianmarco Landi, manager financier
  • Liliana Gorini, présidente, Movisol, Milan
  • Lino Mungari, président, Accademia Progetto Uomo (projet de l’académie de l’homme), Rome
  • Luca Russo, secrétaire, italexit, lecce.
  • Luca La Bella, analyste financier
  • Mariano Jodice, biologiste et journaliste
  • Paola Ghedini, manager, consultant international, Rome
  • Philippe Rossi, journaliste ; marathonien
  • Vincenzo Romanello, chercheur nucléaire principal et chef de projet, institut national de radioprotection (SURO), République tchèque

    Malaisie

  • Mohd Peter Davis, ph.d, biotechnologiste ; biochimiste ; architecte ; consultant, agriculture tropicale profonde ; chercheur invité, Université Pertanian (retraité)

    Mali

  • Adam Ouologuem, journaliste basé à Washington DC, Mali

    Mexique

  • Alberto Vizcarra Ozuna, coordinatrice du Mouvement Citoyen pour l’Eau, Ciudad Obregón, Sonora, Mexique
  • Celeste Saenz de Miera, président, club des journalistes du Mexique
  • Enrique Lopez Ochoa, médecin ; professeur d’angiologie, Université de Sonora
  • Simon Levy, fondateur, Cátedra México-Chine, Université nationale autonome du Mexique (UNAM)

    Mozambique

  • Samo Fernando Soares de Manhiça, directeur exécutif, alliance internationale pour le développement
  • Kamel Hamiche, diplomate, conseiller, Maputo

    Nicaragua

  • Bolívar Tellez, professeur d’université, Managua, Nicaragua

    Niger

  • Amani Mounkaila Boureima, journaliste, Niamey

    Nigeria

  • Abiodun Afolabi, maître de conférences en philosophie, Université Adekunle Ajasin, Nigeria
  • Adeshola Raheem Kukoy, fondateur, Equilibrium Perspectives, Université de Lagos, Nigeria
  • Abdulkadir Isa, membre, Front anti-dette , conseiller en recherche et organisation, Nigeria
  • David Ajetunmobi, dirigeant syndical, Nigeria

    Norvège

  • Thore Vestby, ancien maire et député, co-fondateur, Fondation ICHI, Norvège

    Pays-Bas

  • Dr. A. J. (Guus) Berkhout, professeur-émérite géophysique, Univ. de Delft, président de CLINTEL, membre, Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas
  • C. (Kees) le Pair, phd., physicien, Univ. de Leyde, Pays-Bas

    Pérou

  • Adrián Flores Konja, ancien doyen, faculté des sciences administratives et comptables, Université Nationale de San Marcos (UNMSM), directeur, école post-universitaire de l’UNMSM
  • Carlos Francisco Gallardo Neyra, président, parti chrétien démocrate du Pérou
  • Dino Gavancho Cilliani, secrétaire national du parti chrétien démocrate du Pérou
  • Fabiola María Morales Castillo, membre du congrès national, parti Renovación Popular du Pérou
  • Fernando Fauché, secrétaire national, parti chrétien démocrate du Pérou
  • José Antonio Benllochpiquer Castro, vice-président, parti chrétien démocrate du Pérou
  • Roberto Vela Pinedo, président, collège national des économistes du Pérou
  • Víctor Raúl Orihuela Paredes, président de la fondation UNMSM Pérou

    Philippines

  • Antonio Butch Valdès, fondateur et président du Parti démocrate philippin (PDK) , fondateur, Save the Nation

    République Dominicaine

  • Antonio Ciriaco Cruz, économiste, chercheur, Université Autonome de Santo Domingo (UASD)
  • Ramón Emilio Concepción, avocat, pré-candidat présidentiel pour le parti PRM (2020)
  • Enrique Antonio Sanchez Liranzo, avocat, écrivain, poète
  • José Rodríguez Portorreal, président, parti de la solidarité
  • Luis González, directeur, centre d’analyse des études internationales, Universidad del Caribe
  • Marino J. Elsevyf Pineda, avocat
  • Rafael Reyes Jerez, journaliste, réalisateur tv, Face to Face, Economie et Politique, Canal 69
  • Ramón Gross, professeur de troisième cycle, Université catholique de Saint-Domingue
  • Ramón Zabala, journaliste

    Royaume-Uni

  • Mike Robinson, éditeur, The UK Column
  • Suliman Ebrahim, avocat à la retraite ; écrivain, auteur de « Message to Mankind in the 21st Century »

    Russie

  • Dr Leo Semashko, conseiller d’État, Saint-Pétersbourg ; fondateur, Gandhian Global Harmony Association (GGHA)

    Serbie

  • Goran Kapetinovic, diplomate, ambassadeur (ret.), Belgrade
  • Blagoje Babic, professeur d’université

    Suède

  • Mats Lonnerblad, auteur, militant des droits civiques, membre du conseil d’administration, mouvement des droits civiques, Suède
  • Ulf Sandmark, Institut Schiller, Suède

    Suisse

  • Soumaya Hallak, chanteur lyrique ; président de « 1,2,3 Hope, Love, Life for Peace » pour les enfants victimes de la guerre en Syrie, Suisse

    Trinité-et-Tobago

  • Dr Kirk Meigho, économiste politique ; responsable des relations publiques ; ancien sénateur et professeur d’université, Trinité-et-Tobago

    Ukraine

  • Natalia Vitrenko, docteur en sciences économiques ; député du peuple d’Ukraine (MP) 1995-2002 ; candidat à la présidence de l’Ukraine en 1999 et 2004
  • Volodymyr Marchenko, député du peuple d’Ukraine (MP) 1990-2002

    Vénézuela

  • Emil Guevara Munoz, membre du parlement latino-américain, 2006-2011, Vénézuela
  • Román Rojas Cabot, ancien ambassadeur du Vénézuela auprès de la Communauté européenne

    Yémen

  • Abdel-Aziz Saleh bin Habtour, premier Ministre du gouvernement de Salut national
  • Hisham Sharaf Abdullah, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Salut national
  • Fouad Al Ghaffari, président, Parlement des jeunes yéménites BRICS

    Zambie

  • Tsé Anye Kevin, vice-président, State55

    Zimbabwe

  • Munashe Chiwanza, ingénieur civil, Zimbabwe







  • Dansk/Danois :https://schillerinstitut.dk/si/2022/06/indkaldelse-til-et-ad-hoc-udvalg-for-et-nyt-bretton-woods-system/
    Deutsch/Allemand :https://schillerinstitute.com/de/blog/2022/06/29/aufruf-fuer-ein-internationales-ad-hoc-komitee-fuer-ein-neues-bretton-woods-system/
    English/Anglais :https://schillerinstitute.nationbuilder.com
    Italiano/Italien :https://movisol.org/appello-per-un-comitato-ad-hoc-per-una-nuova-bretton-woods/
    Português/Portugais :https://portugues.larouchepub.com/Boletins/2022/0624-apelo-a-criacao-comite-novo-bret-woods.html
    Svenska/Suédois :https://schillerinstitutet.se/?s=bretton+woods

    Votre message