« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > L’avenir de l’humanité en tant qu’espèce créatrice

Le potentiel que les Nouvelle Routes de la soie représentent pour l’Europe

27 novembre 2019

Wang Weidong est Ministre conseiller, directeur du Département de Commerce et d’échanges de l’Ambassade de Chine en Allemagne

J’aimerais d’abord remercier Mme Zepp-LaRouche pour son invitation. C’est un grand plaisir pour moi d’échanger ici avec les participants venus de nombreux pays au sujet de l’ Initiative une Ceinture, une Route (ICR).

Le terme « route de la soie » est inextricablement lié à l’Allemagne. Il a été inventé en 1877 par le géographe allemand Ferdinand von Richthofen pour devenir depuis longtemps une expression commune. Mais le développement de la Route de la soie remonte à plus de 2100 ans. Du temps de la dynastie des Han, le dirigeant chinois Zhang Qian fut envoyé deux fois en Asie centrale, ouvrant ainsi la porte aux relations amicales entre la Chine et les pays d’Asie centrale. En même temps, il ouvrit une liaison transversale d’est en ouest qui reliait les routes commerciales vers l’Europe sous forme de la Route de la soie. Des produits chinois tels que la soie, la porcelaine et le thé se répandaient dans le monde entier, tandis que le confucianisme et la culture chinoise se propageaient grâce à la Route de la soie. Une grande page de l’histoire des échanges Est-Ouest fut ainsi écrite.

Aujourd’hui, 2100 ans plus tard, nous nous trouvons dans une ère de défis constants et de risques grandissants. L’unilatéralisme et le protectionnisme menacent sérieusement la paix et la stabilité du monde, aucun pays n’y étant épargné. La bonne réponse serait de lancer une coopération interrégionale d’une ampleur encore plus grande, à un niveau encore plus haut et dans des domaines plus nombreux. Lorsque le président Xi Jinping a proposé en 2013 l’initiative d’une coopération internationale pour la mise en place de la Nouvelle Route de la soie, il avait pour objectif une amélioration de la connectivité et l’approfondissement de la coopération pragmatique, afin de faire face main dans la main aux risques et aux défis de l’humanité et de propulser le développement commun à l’avantage mutuel.

Quels succès ont été réalisés au cours des six premières années de l’ICR ? Le projet a rencontré un soutien et une approbation toujours plus grands au niveau international. A ce jour, plus de 160 pays et organisations internationales ont signé 195 accords gouvernementaux avec la Chine. Les Nations Unies, le G20 et l’APEC ont déjà inclus l’ICR et ses points clés dans leurs documents finaux.

Au cours de ces six années, le commerce total de la Chine avec les États de l’ICR a dépassé les 6000 milliards de dollars, et des investissements directs de plus de 90 milliards de dollars ont été consentis dans les pays impliqués. Un grand nombre de projets de coopération ont été lancés sur le plan local. Ainsi, l’ICR a fourni une nouvelle plateforme au commerce international et aux investissements et créé de nouvelles perspectives pour la croissance économique mondiale.

Selon un rapport de la Banque mondiale, une fois que tous les projets de transport de l’ICR seront achevés, les échanges augmenteront entre 2,8 % et 9,7 %, et 7,6 millions de personnes auront été libérées de l’extrême pauvreté. Ces succès montrent clairement que, même si l’ICR a débuté en Chine, ses effets positifs rayonnent dans le monde entier.

En ce qui concerne la coopération entre la Chine et l’Allemagne dans le cadre de l’ICR, les deux pays ont déjà tiré profit de leurs premiers succès. La liaison ferroviaire entre la Chine et l’Europe est sans aucun doute le projet le plus efficace à cet égard. Le temps nécessaire est environ 30 % inférieur à celui par bateau et les coûts ne représentent qu’un cinquième du fret aérien. Les avantages sont évidents. À ce jour, plus de 17 000 trains ont circulé, dont 40% entre la Chine et l’Allemagne. Les trains transitent par plus de 50 villes dans 15 pays et assurent une utilisation équilibrée dans les deux sens.

Prenons l’exemple de la ville de Duisburg. Depuis la visite du président Xi Jinping en mars 2014, le trafic ferroviaire entre la Chine et l’Europe a non seulement augmenté le volume de marchandises traitées dans le port de Duisburg, mais a également encouragé les investissements d’entreprises chinoises, de sorte que le nombre d’entreprises basées à Duisburg est passé de 40 à plus de 100. Rien que dans la logistique, environ 3000 nouveaux emplois ont été créés dans le port de Duisburg.

Hambourg, l’un des centres les plus importants de l’ICR, en profite également directement. On peut dire que le transport ferroviaire entre la Chine et l’Europe est devenu la liaison de coopération la plus longue sur le continent eurasiatique, donnant un nouvel élan à la croissance économique régionale.

Mesdames et Messieurs !

Cette année marque le 70ème anniversaire de la fondation de la nouvelle Chine, et cela fait 47 ans que les relations diplomatiques entre la Chine et l’Allemagne ont été établies. Sous le slogan « Coopération au bénéfice mutuel », les relations entre la Chine et l’Allemagne continuent de se développer et ont atteint une ampleur, une profondeur et une intensité sans précédent. Les relations bilatérales au niveau économique et commercial se sont développées sans interruption. Depuis plus de 43 ans, l’Allemagne maintient sa position de plus grand partenaire commercial de la Chine en Europe, tandis que la Chine est devenue le premier partenaire commercial mondial de l’Allemagne depuis trois ans. Depuis l’introduction par la Chine d’une nouvelle série de mesures de réformes et d’ouverture, des sociétés allemandes comme BASF, BMW et Allianz figurent parmi les principaux bénéficiaires.

Si nous nous tournons vers l’avenir, la question se pose des opportunités que la coopération sur la Nouvelle Route de la Soie offrira à la Chine et à l’Allemagne. En avril de cette année, lors du deuxième Sommet international de l’ICR le Président Xi a présenté ses idées pour une expansion conjointe de haute qualité de la Nouvelle route de la soie. En mai, lors de la visite de la chancelière Merkel au port de Hambourg, elle a clairement souligné les avantages évidents de l’ICR pour le développement du port de Hambourg. La Chambre de commerce et d’industrie allemande a donné la priorité à cette initiative et encourage les entreprises allemandes à mieux comprendre les énormes possibilités. Au cours de l’année passée en particulier, j’ai souvent reçu des demandes de renseignements ou des invitations à des événements concernant la Nouvelle Route de la Soie. L’intérêt est toujours plus grand.

En regardant vers la troisième décennie du 21ème siècle, la coopération internationale d’ICR entrera dans une nouvelle phase, où la Chine et l’Allemagne / l’Europe continueront d’approfondir leur coopération.

Cela veut dire tout d’abord contribuer à définir les règles. L’Allemagne est un membre fondateur de la Banque asiatique d’infrastructure et d’investissement (BAII), le quatrième actionnaire et le premier investisseur non régional. La coopération sino-allemande dans le cadre de la BAII sur des projets cofinancés s’avère extrêmement fructueuse. L’Europe, y compris l’Allemagne, est l’une des voix et des forces décisives dans la définition des règles et des normes. Si les normes de coopération dans le cadre de l’ICR sont encore améliorées à l’avenir, l’Allemagne sera également invitée à y prendre part et à y apporter sa contribution.

Deuxièmement, cela veut dire ouvrir des marchés tiers. De nombreuses entreprises allemandes ont déjà commencé à tirer profit de la coopération avec des parties tierces dans le cadre de la BRI. Par exemple, Siemens et Voith ont ouvert des marchés étrangers de concert avec plus d’une centaine d’entreprises chinoises. Le port de Duisburg participe activement au développement d’un parc industriel sino-biélorusse et négocie avec les entreprises chinoises une intensification de la coopération en matière de logistique. La coopération sur les marchés tiers est le modèle d’un type de coopération internationale caractérisée par l’ouverture et la tolérance, le pragmatisme et l’efficacité. Il incarne de manière convaincante la règle d’or de la BRI, à savoir : participer à la discussion, à la création et aux bénéfices. En outre, il aide les parties impliquées à créer de nouveaux moteurs à l’aide de synergies et à réaliser un effet de bénéfice mutuel suivant la formule « 1 + 1 + 1 est supérieur à 3 ».

Troisièmement, cela signifie promouvoir le développement écologique. Dans le sillage de son développement économique, la Chine ne veut plus coller à l’ancienne. Par conséquent, lors du développement de la Nouvelle Route de la Soie, la compatibilité écologique et la protection de l’environnement sont considérées comme primordiales. L’idée est de construire une « route de la soie verte ». Nous continuerons d’adhérer aux concepts d’ouverture, d’écologie et d’honnêteté et, en vue de la prochaine phase du développement optimal et durable de la Nouvelle route de la soie, nous avons introduit une série de mesures concernant des aspects tels que le financement, la lutte contre la corruption. et protection de l’environnement. Notre partenaire allemand est invité à y participer et à apporter sa riche expérience.

Troisièmement, cela signifie faire avancer le développement écologique. Dans le passé, nous avions l’habitude de « polluer d’abord et réparer les dégâts par la suite ». Au cours de son développement économique, la Chine ne veut plus suivre l’ancienne voie. Par conséquent, en développant la nouvelle route de la soie, la compatibilité environnementale et la protection de l’environnement sont d’une importance capitale. Il s’agit de construire une « route de la soie verte ». Nous continuerons d’adhérer aux concepts d’ouverture, d’écologie et d’intégrité et nous avons adopté un certain nombre de mesures en matière de financement, de lutte contre la corruption et de protection de l’environnement afin de donner une nouvelle impulsion au développement optimal et durable de la Nouvelle Route de la Soie. La partie allemande est invitée à participer et à y apporter sa riche expérience.

Mesdames et Messieurs,

Le monde est à la croisée des chemins et confronté à un choix. Voulons-nous des murs ou des ponts ? Le multilatéralisme ou l’unilatéralisme ? Le développement conjoint d’une nouvelle Route de la soie signifie soutenir une économie mondiale ouverte et des relations de partenariat. Mais malgré le grand intérêt du monde économique, la position officielle de l’UE et de certains gouvernements d’Europe occidentale reste réservée voire négative. Les médias établis et les soi-disant « groupes de réflexion » considèrent toujours l’initiative de manière critique et relaient souvent des « fake news » ou des nouvelles alarmantes. C’est très regrettable. De notre côté, nous espérons que davantage de pays et d’entreprises, y compris l’Allemagne bien sûr, participeront activement à cette initiative.

En conclusion, je voudrais prendre cette occasion pour remercier Mme Zepp-LaRouche et l’Institut Schiller. D’un côté, contrairement à la plupart des groupes de réflexion occidentaux, vous comprenez profondément l’importance de l’initiative de l’ICR pour la coopération mondiale, l’avenir de l’humanité, ou ses différentes perspectives économique, culturelle et de mondialisation, sans critiquer cette initiative encore et toujours, comme le font les autres, souvent par calcul géopolitique ou idéologique. De l’autre côté, vous avez offert une bonne plateforme d’échange et de dialogue pour les invités venant de différents pays. Mes sincères remerciements pour cela.

Enfin, je souhaite le meilleur à tous les amis présents.
Merci de votre attention !