« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Interventions

Russie : Helga Zepp-LaRouche présente la Route de la soie à l’Université de Doubna

12 janvier 2016

L’importance de la Ceinture économique de la Route de la soie pour l’ensemble de l’Eurasie était un thème dominant lors de la cinquième conférence internationale sur le développement qui s’est ouverte le 21 décembre à l’université (d’État) de Doubna, dans la région de Moscou.

Un message de l’économiste Lyndon LaRouche et un discours de la présidente de l’Institut Schiller Helga Zepp-LaRouche, projeté en vidéo, étaient parmi les temps forts de la première séance plénière.

Citant l’œuvre exemplaire de l’académicien russe Vladimir Vernadsky, M. LaRouche a mis l’accent sur :

La responsabilité unique de la science d’assurer une perspective d’existence durable à l’humanité en tant qu’espèce galactique.

Le message de Na Jinhua, présidente de l’École normale de science et technologie du Jiangxi en Chine, fut également présenté.

La contribution de Mme Zepp-LaRouche sur « la portée stratégique de la Nouvelle Route de la soie », suscita beaucoup d’enthousiasme, et provoqua un tonnerre d’applaudissements à sa fin :

Les conférences à Doubna ont été lancées en 2010 par le professeur Boris Bolchakov, un proche associé de feu Pobisk Kouznetsov, un scientifique visionnaire russe et organisateur de l’industrie du pays, qui devint un proche ami de Lyndon LaRouche au cours des dernières années de sa vie, avec qui il a entretenu un dialogue productif.

Au deuxième jour de la conférence s’est tenue une table ronde intitulée « Planifier le système financier du monde de demain », qui démarra par l’enregistrement vidéo de la présentation par Rachel Douglas de la revue EIR, sur la rupture du système économique transatlantique, puis sur le système de crédit hamiltonien et les « Quatre lois » de Lyndon LaRouche comme les grandes lignes d’une solution à la crise actuelle.

Par ailleurs, plusieurs orateurs russes se sont exprimés sur l’incompétence scientifique des accords de Rio en 1992 sur le « développement durable », et de la COP21. Le professeur Nikolai Petrov, par exemple, a présenté l’histoire du changement climatique naturel, non-anthropogène, sur une période de plusieurs millénaires.