« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Interventions

De bonnes raisons d’être optimiste pour l’Afrique

Helga Zepp-LaRouche invitée par l’Institut Mandela

18 juillet 2018

La présidente de l’Institut Schiller Helga Zepp-LaRouche était invitée à prendre la parole le 6 juillet à Paris, lors des Journées économiques et consulaires de l’Afrique à l’Institut Mandela, sur le thème « Partenariat, Croissance inclusive et infrastructure en Afrique ». Cette invitation faisait suite à son message adressé le 15 juin à l’Union européenne, l’appelant à appliquer au développement de l’Afrique l’esprit du sommet de Singapour entre les présidents Kim et Trump. Sa proposition, intitulée « L’histoire s’écrit maintenant en Asie ! Le sommet de l’UE doit suivre l’exemple de Singapour », a été largement diffusée en France et dans toute l’Europe.

La première session de la journée, ouverte par Mme Hanna Simon ambassadrice d’Erythrée en France, évoqua la fin de la guerre avec l’Ethiopie et les perspectives économiques découlant d’une véritable coopération dans la région, alimentée par la zone de libre-échange fraîchement inaugurée à Djibouti.

Le ministre plénipotentiaire du Ghana et premier conseiller de l’ambassade à Paris, Bonaventure Adjavor, a ensuite développé le concept d’une nouvelle ère pour le continent noir, lorsqu’il ne sera plus un simple exportateur de matières premières mais les transformera sur place.

Dans son discours, Helga Zepp-LaRouche a souligné le profond changement survenu ces dernières années dans la situation stratégique mondiale dû surtout à la politique chinoise de Nouvelle Route de la soie, ouvrant à l’Afrique la perspective de vaincre la pauvreté et de devenir une puissance industrielle. Elle a passé en revue quelques-uns des projets d’ infrastructure que l’Institut Schiller a élaborés ou proposés au cours des dernières décennies, dont le prodigieux projet Transaqua pour renflouer le lac Tchad et métamorphoser l’ensemble de la région.

Les nations africaines, selon elle, « ne sont pas obligées de parcourir toutes les étapes de l’industrialisation des pays occidentaux, mais peuvent, comme la Chine, passer directement aux technologies les plus avancées, en privilégiant les trains à grande vitesse, la lévitation magnétique, le nucléaire civil de quatrième génération, etc. Dans ce cadre, il faudrait mettre en place une banque régionale d’investissement dans l’infrastructure, comme la BAII pour l’Asie, et parallèlement, des banques nationales de crédit, afin de fournir un financement interne des équipements. »

Le modèle de la Chine, qui a connu une transformation extraordinaire, passant en 40 ans d’un pays très sous-développé à une économie hautement dynamique, tout en sortant 700 millions de Chinois de la pauvreté, pourrait inspirer de nombreux pays africains, a proposé Mme LaRouche. Cette perspective est assurément préférable au terrorisme, à la guerre, à l’instabilité financière et aux crises migratoires qui ont tourmenté le continent sous le régime du FMI et de la Banque mondiale.

Le public composé de diplomates, d’entrepreneurs et de représentants d’institutions civiles a su apprécier la perspective présentée par Mme Zepp-LaRouche et l’Institut Schiller.

Vidéo de sa présentation (en anglais) : https://www.facebook.com/SchillerInstitute/videos/1786728528074441/