« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

La chine expose le rôle du « National Endowment for Democracy »

12 mai 2022


Probablement dans le but de faire « d’une pierre plusieurs coups », le gouvernement chinois a publié une « fiche d’information - plus précisément un rapport de 12 000 mots - sur le National Endowment for Democracy » (NED), une entité américaine issue des services de renseignements et très active pour promouvoir les intérêts géopolitiques des USA dans le monde entier.

Lors d’une conférence de presse, lundi 9 mai, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a qualifié la NED de « deuxième CIA », selon l’agence de presse chinoise Xinhua. Il a également accusé la fondation de recevoir ses instructions directement du gouvernement américain et de manipuler les ONG servant de couverture à ses opérations en leur fournissant des fonds pour mener des actions de subversion, d’infiltration et de sabotage au service des intérêts américains.

Pour Zhao Lijian, le constat est là : les Etats-Unis clament depuis longtemps leur engagement envers la “démocratie” comme moyen de miner de l’intérieur les structures démocratiques indépendantes et ne partageant pas leur agenda politique.

La « fiche d’information » explique comment les opérations de sape menées par la CIA contre des gouvernements étrangers pendant la guerre froide ont été transformées en une sorte de mécanisme public-privé par le biais d’« ONG » pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays et façonner leur politique pour qu’ils soient conformes aux objectifs géopolitiques des États-Unis. Le document examine, pays par pays, ces opérations visant à fomenter des révolutions de couleur et à renverser les gouvernements élus par le peuple, dès lors qu’ils ne sont pas alignés sur les États-Unis. On y trouve notamment un récapitulatif des opérations de la NED en Pologne (Solidarnosc), en Géorgie, en Russie, en Ukraine, en Biélorussie, au Kirghizistan, en Serbie et en Mongolie, ainsi que dans des pays d’Amérique latine, en Bolivie, au Nicaragua, à Cuba, au Venezuela et en Afrique, en Libye, en Ouganda et au Soudan, ainsi qu’en Thaïlande en Asie du Sud-Est.

Le document passe également en revue l’ensemble des opérations menées par la NED contre la Chine, notamment ses campagnes pour l’indépendance de Hong Kong, l’indépendance du Tibet et les revendications de « génocide » et de « droits de l’homme » au Xinjiang. Il note également comment certaines de ces opérations de la NED sont menées en tandem avec Taïwan. Plutôt que de traiter de ces questions individuellement, du contexte de la situation en Ukraine ou de la nature des opérations au Xinjiang et à Hong Kong, la Fact Sheet se concentre plutôt sur le modus operandi caractéristique de la politique américaine visant à renverser les gouvernements qui représenteraient une quelconque menace pour l’hégémonie américaine.

La date de publication de ce document n’est certainement pas sans rapport avec l’annonce de la révision de la politique américaine envers la chine qui devait être annoncée cette semaine par le secrétaire d’État Blinken, mais qui a été retardée suite à son infection par le Covid. En effet, si l’on considère l’attitude vindicative des Etats-Unis à l’égard de la Chine, tout particulièrement dans le contexte de la guerre - par Ukraine interposée - Etats-Unis/Russie, tout semble bien indiquer que cette « révision » n’ira pas dans le sens de l’apaisement.

Votre message