« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Etats-Unis, Russie

Biden saura-t’il résister aux va-t’en-guerre du complexe militaro-industriel ?

14 février 2022

Aux Etats-Unis, des voix s’élèvent contre la folie belliciste qui fait des ravages parmi les instances dirigeantes du pays.
C’est le cas de Tulsi Gabbard, connue pour ses positions courageuses, qui n’a pas mâché ses mots dans l’émission de Tucker Carlson, le 11 février. Ses propos font écho à l’inquiétude de Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, face à l’évacuation d’Ukraine de personnels de l’OSCE.

.

« La Russie va envahir l’Ukraine la semaine prochaine »
Quand les Américains décident que « La Russie envahira l’Ukraine la semaine prochaine » et fixe déjà l’agenda ...

Dans un tweet publié tôt ce matin, Tulsi Gabbard, ancienne membre du Congrès (Démocrate-Hawaï), et ancienne candidate à la présidence des États-Unis, a souligné : « Biden peut très facilement prévenir une guerre avec la Russie en garantissant que l’Ukraine ne deviendra pas membre de l’OTAN. De toute façon, il n’est pas dans notre intérêt de sécurité nationale que l’Ukraine devienne membre de l’OTAN, alors pourquoi ne pas donner cette garantie à la Russie ? Est-ce parce que les bellicistes souhaitent en fait que la Russie nous envahisse ? Pour que nous puissions imposer des sanctions draconiennes à la Russie et établir fermement une nouvelle guerre froide qui rapportera au complexe militaro-industriel des profits sans fin pour les décennies à venir ? »

C’est lors d’une courte interview à Tucker Carlson Tonight le 11 février, que Tulsi Gabbard a développé sa pensée : « La réalité est qu’il est très, très improbable que l’Ukraine devienne un jour membre de l’OTAN de toute façon. La question est donc de savoir pourquoi le président Biden et les dirigeants de l’OTAN ne le disent pas tout simplement et ne le garantissent pas. Ce qui soulève la question de savoir pourquoi nous sommes alors dans cette position si la réponse à cette question et à la prévention de cette guerre est très claire comme le jour. Et vraiment, cela ne mène qu’à une seule conclusion que je vois, à savoir qu’ils veulent vraiment que la Russie envahisse l’Ukraine. Et pourquoi ? Premièrement, parce que ça donne à l’administration Biden une excuse claire pour imposer des sanctions draconiennes, c’est-à-dire un siège moderne contre la Russie et le peuple russe. Et deuxièmement, cela cimente cette guerre froide en place. »

« Le complexe militaro-industriel est celui qui en profite », a-t-elle poursuivi. « Ils contrôlent clairement l’administration Biden. Les va-t’en-guerre des deux bords [républicains et démocrates - NdlR] à Washington qui ont attisé ces tensions, s’ils parviennent à ce que la Russie envahisse l’Ukraine (...) le complexe militaro-industriel va gagner beaucoup plus d’argent qu’il n’en a jamais gagné en combattant Al-Qaïda ou en fabriquant des armes pour Al-Qaïda. Et qui va payer ? Les Américains paieront, les Ukrainiens paieront, les Russes paieront. Notre propre sécurité nationale en sera affaiblie, mais le complexe militaro-industriel, qui contrôle tant de nos politiciens, gagne. Et ils courent à la banque. » Tucker Carlson a souligné qu’en tant qu’élue et vétéran militaire, Tulsi Gabbard a un point de vue qui fait autorité car elle sait de quoi elle parle. (Gabbard a le grade de lieutenant-colonel dans la garde nationale d’Hawaï et a été déployée pour des missions de combat en Irak et au Koweït.)

La gravité de la situation est bien celle que décrit Tulsi Gabbard, à telle enseigne que, le 13 février, Maria Zakarova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a publié une déclaration commentant le déplacement d’une partie du personnel de la mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine. Elle a observé qu’« un certain nombre de pays » avaient décidé de redéployer leurs ressortissants hors du service de l’OSCE en Ukraine, ce qui, selon l’OSCE, était « dû à la détérioration des conditions de sécurité ».

Zakharova a été citée aujourd’hui par diverses agences de presse, dont Le Figaro, comme ayant déclaré : « Ces décisions ne peuvent que nous inquiéter sérieusement. La mission est délibérément entraînée dans la psychose militariste gonflée par Washington et utilisée comme un outil pour une éventuelle provocation. Nous demandons aux dirigeants de l’OSCE de mettre résolument fin aux tentatives de manipulation de la mission et d’empêcher l’Organisation d’être entraînée dans les jeux politiques sans scrupules qui se jouent autour d’elle. Nous présumons que dans des conditions de tension artificiellement accrue, les activités de surveillance de la Mission, en pleine conformité avec son mandat, sont plus que jamais demandées. »

Votre message