« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences

Conférence internationale du 4 février

Âge de raison ou annihilation de l’humanité ?

23 janvier 2023

Le 4 février à 16h00, heure de Paris
Une traduction en français sera assurée

Nous vivons un changement d’époque basée sur la fin de l’ère de la répression coloniale et l’émergence des pays du Sud qui réclament désormais leur droit inné au développement.

L’ordre ancien, qui ne suit aucune règle et répand le chaos, tente d’empêcher un changement du statu quo protégeant les droits des milliardaires mais négligeant les milliards de personnes qui souffrent de la pénurie.

La tentative d’établir une OTAN globale à travers un réseau interconnecté de traités militaires – accord OTAN-UE, AUKUS (partenariat Australie/Royaume-Uni/États-Unis), « accord d’accès réciproque » Royaume-Uni/Japon – s’apparente à une ultime épreuve de force mondiale destinée à contenir l’inexorable montée en puissance de la Russie, de la Chine et des pays refusant l’imposition d’un ordre unilatéral.

Il est donc urgent de trouver dans tous les pays du monde des forces de paix, qui comprennent que nous devons passer à un nouveau paradigme dans les relations internationales. Nous devons mettre en place une nouvelle architecture internationale de sécurité et de développement, tenant compte des intérêts de chaque pays de la planète en matière de sécurité et comprendre enfin qu’il ne peut y avoir de paix sans développement.

Il nous faut discuter des principes sur lesquels bâtir l’ordre futur de l’humanité, afin d’être en mesure de se gouverner soi-même.

Nous avons atteint un carrefour dans l’histoire de l’humanité, où soit nous nous autodétruisons dans une guerre nucléaire mondiale, soit nous trouvons une solution qui surmonte les conflits actuels en nous portant à un niveau de raison plus élevé.

Alors, pour discuter de ces différentes voies qui s’offrent à nous à ce tournant de l’histoire, rejoignez-nous pour cette prochaine conférence !

Age de la raison ou anéantissement de l’humanité ?

Conférence de l’Institut Schiller du 4 février 2023

Programme prévisionnel

Samedi 16h00

1ère session : Comment éviter la troisième guerre mondiale nucléaire ?

Introduction musicale

• Modérateur : Dennis Speed de l’Institut Schiller

Helga Zepp-LaRouche (Allemagne), fondatrice de l’Institut Schiller : « Comment éviter la guerre nucléaire : la nature de l’homme ».
S. E. Donald Ramotar (Guyana), ancien président de la Guyana : « La Russie/Ukraine et son importance pour le Sud ».
S.E. Amb. Chas Freeman (Etats-Unis), ancien ambassadeur en Arabie saoudite, ancien chef de mission adjoint en Chine : « Nous devons changer l’Amérique pour éviter la guerre ».
Dr. Wolfgang Bittner (Allemagne), juriste, auteur : « Nous sommes en mode guerre »
Sam Pitroda (États-Unis/Inde), Innovateur dans le domaine des télécommunications et des technologies de l’information : « Le potentiel de paix dans un monde hyperconnecté ».
Diane Sare (États-Unis), candidate au Sénat américain (New York) ;
Nick Brana (États-Unis), Président national du Parti du Peuple (People’s Party) ;
Angela McArdle (États-Unis), présidente du Libertarian National Committee : « Les Américains peuvent-ils mettre de côté leurs divisions pour arrêter la guerre nucléaire ? »
• Responsables religieux (États-Unis)

Séance de questions/réponses

Samedi 20h00

2ème session : Le nom de la paix : une nouvelle architecture de sécurité et de développement économique

• Modérateur : Dennis Small, Institut Schiller et Executive Intelligence Review (EIR)
Jacques Cheminade (France), Président du parti Solidarité et Progrès, ancien candidat à la présidence : « Le projet de LaRouche pour le nouveau paradigme ».
Shakeel Ahmad Ramay (Pakistan), PDG de l’Institut asiatique de recherche et de développement sur l’éco-civilisation : « La paix durable par le développement inclusif : Une étude de cas de l’IDG et de la GSI ».
Prof. Liu Haifang (Chine), Université de Pékin : « Les relations UE-Chine-Afrique et la nouvelle architecture ».
Fred M’membe, (Zambie), président du Parti socialiste de Zambie, ancien rédacteur en chef du Zambia Post et ancien candidat à la présidence.
Elison Karuhanga (Ouganda), avocat ; expert en droit de l’énergie ; ancien procureur d’État, direction du contentieux civil, cabinet du procureur général.
Prof. Yoro Diallo, (Mali/Chine), directeur exécutif, Centre d’études francophones, directeur, Musée africain, Institut d’études africaines, Université normale de Zhejiang, Chine : « La coopération sino-africaine : Construire une communauté de paix et de développement partagé ».
Marcelo Muñoz (Espagne), fondateur et président émérite du think tank Cátedra China, « Si l’Europe se découple de la Chine, elle sombrera dans la pauvreté ».
Julio De Vido (Argentine), ancien ministre de la planification et des investissements publics, ancien membre du Congrès : « BRICS-Plus : amener l’initiative « Belt and Road » dans les Amériques ».
Pedro Pinho (Brésil), président de l’Association des ingénieurs de Petrobras (AEPET) : « Le Brésil doit soutenir ses partenaires des BRICS pour mettre fin à l’ordre mondial unipolaire ».
Celeste Sáenz de Miera (Mexique), secrétaire général, Club de la presse, Mexique.

Séance de questions/réponses