« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > Pas de paix possible sans réorganisation du système financier transatlantique (...) > Les discours de la conférence

Institut Schiller

Visioconférence internationale les 18 et 19 juin 2022

Invitation et inscription

6 juin 2022

En cette année 2022, où nous aurions fêté le centième anniversaire de notre ami, l’économiste et politique américain, Lyndon LaRouche, il est temps de reconnaître enfin la justesse de ses analyses. Durant des décennies, il a averti que la poursuite de la spéculation financière et des politiques de pillage du système de libre-échange et de taux de change flottants de la City de Londres et de Wall Street, adoptés après août 1971, conduirait nécessairement à une guerre, potentiellement nucléaire. Couplée à l’effondrement mondial de l’économie physique et à la dépopulation qui en résulterait, tout cela pourrait conduire à la mort de millions, voire de milliards d’êtres humains, par la famine et les pandémies.

Il est donc plus que temps de recourir aux solutions politiques proposées par Lyndon LaRouche et de remplacer ce système moribond par une nouvelle architecture internationale de sécurité et de développement, inspirée des mêmes principes philosophiques et politiques qui ont donné lieu à la paix de Westphalie en 1648.

En ce qui concerne le danger de guerre nucléaire, certains porte-paroles du système transatlantique ont été explicites quant à leur intention de pousser la Russie au bord du gouffre, dans l’espoir de la faire reculer et de la soumettre à l’empire unipolaire. Malcolm Chalmers, directeur général adjoint du Royal United Services Institute (RUSI), le principal groupe de réflexion en matière de planification politique de l’Empire britannique depuis sa fondation en 1831, a déclaré ouvertement que les Britanniques étaient en train de « faire bouillir la grenouille russe » et qu’ils avaient l’intention de provoquer une crise des missiles en Crimée pour forcer la Russie à capituler sur le plan stratégique.

En ce qui concerne l’effondrement de l’économie physique, la Réserve Fédérale a embarqué le monde dans un telle frénésie d’assouplissement quantitatif qu’elle a déclenché une hyperinflation galopante, se propageant désormais, depuis les 1,9 quadrillion de dollars de produits dérivés impayables et autres actifs financiers, vers les secteurs des biens de production et de consommation de l’économie. En conséquence, il y a des pénuries drastiques et croissantes de nourriture, d’énergie et d’autres biens essentiels à la survie humaine. Sur les quelque 8 milliards d’habitants de la planète, près de 2 milliards sont confrontés cette année à une insécurité alimentaire qui, si elle n’est pas inversée de toute urgence, se transformera rapidement en famine pour près d’un quart de l’humanité. Bien que les sanctions imposées à la Russie et l’impact de la guerre en Ukraine aient aggravé la crise, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en nourriture et en énergie, l’idée que celle-ci ait été causée par la guerre, ignore tout simplement la réalité. La fin de la guerre ne mettra pas fin à l’effondrement systémique du système financier occidental.

Il ne fait aucun doute qu’une révolte mondiale se prépare contre ces conditions économiques et le danger de guerre qui y est associé. La plupart des nations d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie ont refusé de suivre la politique suicidaire de sanctions contre la Russie, et même l’Union européenne a du mal à parvenir à un consensus sur la question.

Une autre indication forte de l’inquiétude profonde qui monte sur les dangers auxquels l’humanité est confrontée, est la réponse à l’entretien du 26 avril 2022 du Colonel Richard Black par l’Institut Schiller, mettant en garde contre le danger de guerre, qui au 31 mai, a été vue plus de 630 000 fois.

Une telle effervescence est une condition nécessaire, mais non suffisante, à l’avènement du nouveau paradigme mondial requis. Comme l’a dit Helga Zepp-LaRouche lors de la période de discussion d’une conférence de l’Institut Schiller le 26 mai :

« Même si l’on obtient une solution négociée pour l’Ukraine, ce que je pense être absolument nécessaire, même si cela devait réussir, nous ne serions pas sortis d’affaire. Car c’est la menace d’une explosion hyperinflationniste du système financier, qui est la véritable locomotive du danger de guerre. Plutôt que de réformer et de reconnaître que le système néolibéral est fini, ils préfèrent partir en guerre plutôt que d’accepter leurs pertes. »Par conséquent, tant que vous ne vous attaquez pas à la raison sous-jacente, qui est l’effondrement du système financier, je ne pense pas qu’il y aura une solution aux problèmes. Je pense que ma proposition de créer une architecture de sécurité internationale et de développement, est la seule solution. Et cela soulève, naturellement, la grande question : Y a-t-il un espoir d’amener les États-Unis à changer de cap ?"

Rejoignez-nous à la conférence internationale de l’Institut Schiller, les 18 et 19 juin, pour vous convaincre que la réponse à cette question est affirmative, et pour bâtir, avec nous, un puissant mouvement international pouvant mettre en œuvre les solutions de Lyndon LaRouche à la crise mondiale.

Programme

I. Session 1 Un découplage des deux systèmes ou un nouveau paradigme pour l’humanité ?

Modérateur : Dennis Speed

— Helga Zepp-LaRouche (Allemagne) ; fondatrice de l’Institut Schiller : Remporter la mission impossible ou trouver une autre planète
— Andrey Kortunov (Russie) ; directeur général du Russian International Affairs Council (RIAC) : La Russie et la sécurité indivisible de toutes les nations.
— Dr Wang Wen (Chine), doyen exécutif de l’Institut d’études financières de Chongyang et vice-doyen de l’école de la Route de la soie de l’Université Renmin de Chine : Pourquoi l’essor de la Chine est bénéfique pour le monde.
— Col Richard Black (retraité) (États-Unis) ; ancien chef de la Division du droit pénal de l’armée américaine au Pentagone et ancien sénateur de l’État de Virginie ; Les États-Unis conduisent le monde à la guerre nucléaire
— Sam Pitroda (États-Unis/Inde) ; innovateur, entrepreneur et décideur politique : L’Inde et la nouvelle architecture mondiale émergente
— Dr. Wolfgang Bittner (Allemagne) ; auteur, docteur en droit ; Le conflit est/ouest, une orchestration
— Clifford Kiracofe (États-Unis) ; ancien membre du personnel de direction de la Commission sénatoriale des relations étrangères : Diplomatie et coopération en temps de crise

Questions-réponses

II. Session 2, Inflation galopante ou Glass-Steagall ?

Modérateur : Harley Schlanger

— Diane Sare (Etats-Unis) ; candidate indépendante LaRouche au poste de sénateur de New York : L’effondrement de l’Occident et l’urgence de rejoindre l’initiative "Une ceinture une route
— Daisuke Kotegawa (Japon) ; Ancien fonctionnaire du ministère japonais des finances et ancien directeur exécutif du Japon au Fonds monétaire international : Ne laissez pas ce monde être détruit par des joueurs dégoûtants qui se font appeler Wall St. et les banquiers de la City de Londres
— Dr. Uwe Behrens (Allemagne) ; Responsable logistique et auteur, Berlin : La doctrine non-rival
— Nino Galloni (Italie) ; économiste ; ancien directeur général du ministère italien du Travail : Rendre l’Afrique à nouveau autosuffisante
— Geoff Young (États-Unis) ; candidat démocrate au siège du 6e district du Congrès du Kentucky : Pourquoi les États-Unis doivent rejoindre l’initiative Une ceinture une route
— Amb. Leonidas Chrysanthopoulos (Grèce) ; ancien ambassadeur en Pologne, au Canada et en Arménie, ancien secrétaire général de l’Organisation de coopération économique de la mer Noire (BSEC) : « La crise en Méditerranée orientale et l’initiative »Une ceinture une route« -- Table ronde des producteurs de denrées alimentaires (États-Unis) : Robert Baker (Virginie ; liaison agricole, Institut Schiller) ; Mike Callicrate (Colorado/Kansas ; Ranch Foods Direct) ; Jon Baker (Iowa, éleveur de bovins, banquier rural) ; Wilbur, Ken et Kyle Kehrli (Iowa ; éleveurs, producteurs de cultures) ; Frank Endres (Californie), blé, bovins ; James Moore (Alaska) ; chef de file des pêcheurs à la traîne de saumon ; James Benham (Indiana) ; président de l’Union des agriculteurs de l’Indiana ; conseil d’administration de l’Union nationale des agriculteurs : »La science et la culture pour mettre fin à la famine - Principes de la productivité agricole".

Questions-réponses

III. Session 3, Principes de la science pour un progrès économique durable

Modérateur : Stefan Ossenkopp

— Jason Ross (États-Unis) ; secrétaire-trésorier de l’Organisation LaRouche ; conseiller scientifique de Lyndon LaRouche : Le temps vernadskien - le temps de l’humanité
— Francesco (« Franco ») Battaglia (Italie) ; professeur de chimie physique à l’université de Modène, Italie : La fraude de la transition climat/énergie
— Dr Ed Calabrese (États-Unis) ; professeur de sciences de la santé environnementale, Université de Mass. Amherst ; co-rédacteur en chef, Hormesis : A Revolution in Biology, Toxicology and Medicine : La vraie science prouve le mythe de la radiation sans seuil linéaire (LNT)
— Prof. Sergei Pulinets (Russie) ; chercheur scientifique principal de l’Institut de recherche spatiale, Académie des sciences de Russie, Moscou : Une approche vernadskienne à la prévision des tremblements de terre
— William C. Jones (Etats-Unis) ; ancien correspondant de l’EIR à la Maison Blanche : V. I. Vernadsky, la pensée scientifique comme force géologique

Questions-réponses

IV. Session 4, La culture classique et le dialogue des civilisations

— Jacques Cheminade (France) ; Président, Solidarité & Progrès : Discours introductif.
— Felipe Maruf Quintas (Brésil) ; professeur de sciences politiques, Université fédérale Fluminense, Rio de Janeiro ; chroniqueur au Monitor Mercantil : Le rôle du Brésil dans l’économie physique mondiale
— Zaher Wahab (Afghanistan) ; ancien conseiller du ministre afghan de l’enseignement supérieur : L’Afghanistan et le génie universel d’Ibn Sina
— Dr George Koo (États-Unis) ; consultant en affaires à la retraite spécialisé dans le commerce entre les États-Unis et la Chine ; président de la Burlingame Foundation : « Les relations culturelles entre les États-Unis et la Chine sont essentielles pour prévenir la guerre ».
— Mike Robinson (Royaume-Uni.), rédacteur en chef, The UK Column : La méta-sphère déshumanisante

Questions-réponses