« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > Le monde après les élections américaines, créer un monde fondé sur la (...)

Une unité de santé mobile contre la Covid-19

2 février 2021

Dr Walter Faggett, Colonel (cr), pédiatre, professionnel de la santé mentale, administrateur médical, analyste politique

Discours du Dr Fagget

Merci beaucoup. C’est un vrai plaisir d’être ici, dans le cadre de la conférence de l’Institut Schiller sur la crise sanitaire mondiale et la pandémie de famine. Nous, le Dr Jones et moi-même, sommes des frères d’armes de la 82e division aéroportée. J’aimerais prendre un moment, car aujourd’hui c’est la date anniversaire du lendemain de l’attaque de Pearl Harbor (1941), et nous vous demandons une minute de silence pour commémorer nos compagnons tombés en ce jour d’infamie. Merci.

Depuis Pearl Harbor et la Seconde Guerre mondiale, nous, les militaires, avons parfois joué un rôle clé dans le type d’action que le Dr Elders recommande pour se mettre en capacité d’attaque face à plusieurs problèmes mondiaux. Je sais que le Dr Jones était sur le terrain en Irak et en Afghanistan. Les militaires disposent de ressources et d’une grande expérience qui peuvent vraiment être utiles pour mener de façon coordonnée l’effort mondial nécessaire pour répondre à la fois à la famine et à la crise pandémique.

Je suis un militaire à la retraite, après 21 ans d’active. J’ai servi à la Grenade, en Corée, et au cours de ces affectations, j’ai eu l’occasion de faire vraiment beaucoup pour la population civile là où nous étions affectés. A la Grenade, nous fournissions des services aux civils ainsi qu’à la force de maintien de la paix dans les Caraïbes. Nous avons partagé une grande partie de nos fournitures médicales avec l’hôpital de la Grenade. Ce n’est qu’un exemple de ce que représente notre tradition dans l’armée. J’ai également eu le privilège de diriger le programme d’assistance médicale de l’armée à l’Académie des sciences de la santé de Sam Houston. Nous étions en mesure de dispenser une formation aux trois corps d’armée [terre, air et mer]. C’est encore un savoir-faire qui pourra nous aider au sein de l’équipe médicale.

Parmi mes autres expériences, après avoir quitté l’armée, j’ai eu le privilège de servir au ministère de la Santé à Washington DC en tant que médecin-chef, ainsi que (…) dans le cadre du Medicaid, le programme de santé publique pour les plus démunis. Nous avons participé à la lutte contre la pandémie de grippe H1N1 et contre le virus Ebola. Je pense que le virus Ebola est un bon exemple de l’importance de l’armée pour assurer la sécurité et construire des unités de soin essentielles pour contenir l’épidémie au Liberia – en fait dans toute l’Afrique de l’Ouest, en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée. Nous sommes impatients de partager aujourd’hui avec vous les leçons apprises.

Je vais laisser à mon collègue la majeure partie de notre temps de parole. Je dirai simplement que nous avons travaillé avec le gouvernement libérien pour développer un programme de santé mobile afin d’améliorer le système de soins au Liberia. Sur place, nous coopérions avec une communauté religieuse ainsi qu’avec le ministère de la Santé.

Nous travaillons en coordination avec l’Université Howard, l’Université Drew de Californie et l’Université George Washington, à Washington DC. L’Association nationale des étudiants en médecine travaille avec nous, ainsi que des étudiants en dentisterie, pharmacie, etc. Cela s’inscrit vraiment dans la vision que le Dr Elders a si éloquemment exposée, concernant la mise en place d’une équipe, en particulier pour les jeunes Américains qui se rendront dans les pays sous-développés, notamment en Afrique, pour travailler avec les jeunes de ces pays.

Vous entendrez le Dr Lang, qui siège au Conseil des affaires internationales de l’Association médicale nationale, dont le Dr Niva Lubin Johnson est le président. Le Dr Lang vous fera part des travaux très importants que compte réaliser cette organisation, qui représente 50 000 médecins afro-américains dans notre pays.
Je préfère attendre les questions-réponses afin de vous donner plus de détails sur certains des points que nous aimerions vraiment approfondir, pour vous donner une idée de ce à quoi ressemblerait un programme coordonné, dont une unité de santé mobile pourrait constituer l’élément clé. Je suis heureux d’avoir avec nous le Dr Don Jones, un de mes compagnons d’armes du 82e aéroporté, qui nous présentera quelques-unes des stratégies, ainsi que les équipements et installations très complètes qui ont été fournis. Pour revenir à l’effort que nous avons décrit concernant le déploiement de l’unité sanitaire mobile, en collaboration avec des collèges et autres universités historiquement noirs, ainsi qu’avec l’Association nationale des étudiants en médecine, des étudiants en médecine dentaire, en pharmacie et en soins infirmiers, je pense que cela correspond vraiment à l’expression si bien formulée par le Dr Elders, lorsqu’elle parle de création de brigades et de bataillons de jeunes gens courageux. C’est une plate-forme qu’on pourrait exploiter. Alors que l’Association nationale de médecine tient à disposition ses médecins, le Dr Lang vous en dira davantage sur leurs ressources dans son exposé. Mais vous pouvez déjà voir qu’il y aurait là une très puissante coopération d’expertise. Une fois de plus, pour paraphraser le Dr Elders, nous ne pouvons enseigner ce que nous ne savons pas, et nous ne pouvons conduire là où nous n’allons pas. Je le crois profondément et je pense que ce projet peut vraiment refléter sa vision dans ce domaine également.

C’est pourquoi, globalement, ce qu’il y a d’intéressant dans la 82e division aéroportée, c’est comme si nous faisions partie des forces du bien contre toutes les forces du mal. Et nous voilà à nouveau en train de combattre toutes ces mauvaises forces, pandémiques et autres. C’est passionnant de faire partie de l’Institut Schiller et de travailler avec d’autres personnes partageant les mêmes idées en vue de l’intérêt général. Nous sommes heureux de participer à cet effort hautement louable.