« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > Face au risque de nouvelle guerre mondiale, les pays européens doivent (...)

conférence internationale de Strasbourg 8 et 9 juillet

Sur la diabolisation de la culture russe

4ème session

2 août 2023

Discours de Tatjana Zdanoka, députée européenne, Lettonie

Nous avions l’habitude de dire : « Mon Dieu, ne m’amène pas à vivre à une époque de grands changements. » Mais c’est bien ce que nous vivons aujourd’hui. Les méthodes de gestion axées sur l’unification de la population de l’Europe et du monde selon les valeurs de l’homo economicus - le consommateur rationnel autosuffisant - traversent une crise systémique. La « personne économique » n’est même pas une abstraction, c’est une réduction, une projection plate de l’une des mesures de tout être humain. En réalité, tous les êtres humains - Européens de l’Ouest, Européens de l’Est, Chinois, Indiens ou Russes - ne peuvent être réduits à la somme de leurs besoins économiques et à leur fonctionnement en tant que consommateurs de biens et de bénéfices.

Chaque individu n’existe que dans les interrelations et ses relations avec d’autres personnes, et ces communications sont irréductibles à un échange économique mutuellement avantageux ou mutuellement acceptable. Il s’agit de communications sociales et politiques - appartenance à la langue, à la culture, à la communauté nationale ou infranationale ou à la communauté religieuse. Ces communications et ces intérêts sont irréalisables en dehors de la communauté, en dehors de l’espace politique.

Le phénomène suivant est évident : avec la croissance de l’intégration, au contraire, la conscience de l’originalité augmente. Il existe une règle mathématique connue : le processus d’intégration doit être accompagné d’un processus de différenciation. J’ai souvent l’habitude de citer les mots de Yehudi Menuhin : "Soit l’Europe devient l’Europe des cultures, soit elle se meurt. »

Le titre de mon intervention est « La diabolisation de la culture russe ».

Il n’est pas nécessaire d’affirmer que l’UE est infectée par la russophobie. Voici un exemple parmi des milliers d’autres.

Vous voyez sur cette diapositive l’invitation à la discussion « Pushing Pushkin : l’impérialisme et la décolonisation de la culture russe » coanimée par Rasa Juknevičienė, députée européenne de Lituanie, et Raphaël Gluksmann, député européen de France.

L’idée principale défendue par les organisateurs et les invités de cette discussion est que la Russie a toujours utilisé et continue d’utiliser toute œuvre de culture comme une « arme de colonisation ».
La haine brûlante dans les pays Baltes, en particulier dans mon pays, la Lettonie, à l’égard de tout ce qui est russe, est irrationnelle et causée par un complexe d’infériorité des élites nationales.
En ce moment, la minorité russe de Lettonie est au bord de la catastrophe sous les coups des décisions prises par les politiciens au pouvoir, qui représentent exclusivement la majorité nationale. Depuis le printemps dernier, la situation s’est considérablement détériorée. La guerre en Ukraine a servi de signal pour une nouvelle persécution des russophones de Lettonie.

Il y a quatre ans, ma collègue au Parlement européen, Inese Vaidere, originaire de Lettonie, m’a dénoncée au Service de sécurité de l’État pour avoir déclaré publiquement que les Russes de Lettonie se sentaient comme les Juifs à la veille de la Seconde Guerre mondiale (en disant que ce n’est pas comparable, que la situation des Juifs en Allemagne était pire). Aujourd’hui, une autre collègue, Sandra Kalniete, tweete calmement que « nous devrions profiter de la ‘fenêtre d’opportunité’ qui s’est ouverte pour résoudre des questions importantes pour ‘notre peuple’, en premier lieu, l’élimination de l’enseignement en russe et la démolition des monuments aux libérateurs de la Lettonie contre les envahisseurs nazis ».

Les Russes ethniques représentent 25 % de la population de la Lettonie, la minorité linguistique russophone représentant 37 % de la population du pays. Cette partie de la population est d’origine mixte - certains sont les descendants des citoyens de la République de Lettonie de la période 1918-1940, et d’autres, les travailleurs migrants de l’ère soviétique. Il y a environ 25 % de citoyens russophones parmi les électeurs du pays, puisque 12 % des résidents permanents russophones ont un statut proche de celui d’un apatride et ne peuvent pas voter.

En parlant de « fenêtre d’opportunité », la collègue lettonne a supposé : « Nous pouvons maintenant atteindre nos objectifs sans trop attirer l’attention de la communauté internationale. »
Quels sont ces objectifs ? Il s’agit d’une campagne à grande échelle menée par les autorités lettones pour déshumaniser, supprimer et marginaliser la population russophone du pays. La société lettone est en train de sombrer sous la vague de discours haineux propagés dans les médias grand public et les réseaux sociaux.

Les chroniqueurs et les commentateurs comparent ouvertement les compatriotes russophones à des « animaux », à une « cinquième colonne » et à des « occupants agressifs ». L’un des membres du Parlement national (Saeima) du parti de la coalition au pouvoir a ouvertement appelé à un nettoyage ethnique, visant à augmenter la proportion de Lettons de souche dans la population du pays. Une pétition recueille des signatures pour expulser les « citoyens déloyaux » du pays et les priver de leur citoyenneté lettone, ainsi que pour l’interdiction de mon parti, l’Union russe lettone, qui défend les droits de la minorité russophone.

L’Union européenne dispose théoriquement d’un instrument pour lutter contre ce type de manifestation. Il s’agit de la décision-cadre 2008/913/JAI du Conseil du 28 novembre 2008 sur la lutte contre certaines formes et expressions de racisme. Ce document n’a pas d’effet direct - il oblige les Etats à criminaliser les actes concernés dans leur législation. Le code pénal letton contient un article qui punit l’incitation à la haine nationale, ethnique et raciale. Le nœud du problème est que cet article n’est appliqué que de manière sélective dans mon pays.

Les appels à la police et aux organes de sécurité de l’État concernant l’utilisation de discours de haine et d’appels à la violence à l’encontre des résidents russophones de Lettonie restent vains. Des refus constants d’engager des poursuites pénales sont opposés. Dans le même temps, des accusations d’incitation à la haine contre la population titulaire ont été portées contre plusieurs journalistes écrivant en russe, les plus connus d’entre eux étant Yuri Alekseev et Vladimir Linderman.

Le gouvernement a préparé un ensemble d’initiatives visant à détruire les mémoriaux dédiés aux soldats de l’armée soviétique qui ont libéré la Lettonie de l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Environ 150 000 soldats soviétiques sont morts au combat pour libérer la Lettonie. Dans presque toutes les familles de Lettons russophones et dans de nombreuses familles lettones, la mémoire des victimes de la guerre et des ancêtres qui ont combattu du côté de la coalition anti-hitlérienne est préservée. Cette initiative prive les gens de la possibilité de préserver la mémoire de leur famille.

Grâce aux efforts de notre parti, des plaintes ont été déposées auprès du Comité des droits de l’homme des Nations unies et un règlement temporaire a été demandé, notamment l’interdiction de démolir huit monuments jusqu’à ce que les plaintes soient finalisées. Toutes ces demandes ont été acceptées. Cependant, le gouvernement a ignoré la décision du Comité des droits de l’homme des Nations unies, déclarant qu’elle était de nature consultative.

Au cours de l’été et de l’automne derniers, plus de 70 monuments à la mémoire des libérateurs de la Lettonie contre les occupants fascistes allemands ont été démantelés, en dépit des décisions du Comité des droits de l’homme des Nations unies obligeant la Lettonie à s’abstenir de toute démolition.

Je faisais partie de ceux qui se sont adressés à la commission. Le destin a voulu que le terrain sur lequel se trouvait l’un de ces monuments appartienne à mes ancêtres, victimes de l’Holocauste. Il est situé à Alosha, dans la ville de Rezekne, la capitale de Latgale.
Outre la démolition des monuments de la Seconde Guerre mondiale, les autorités se sont récemment attaquées à d’autres sites. Vous voyez sur cette diapositive la statue de Pouchkine, dans un parc de Riga, qui a été récemment démolie.

La lutte contre les monuments du passé se poursuit par une répression à l’encontre de certains habitants. Des personnes âgées risquent de devenir des clandestins. La nouvelle norme rétroactive prévoit l’annulation, en cas de mauvaise maîtrise de la langue lettone, du permis de séjour permanent pour ceux ayant acquis la citoyenneté russe.
Mais les conséquences les plus graves de l’utilisation de la « fenêtre d’opportunité » touchent la jeune génération. La destruction de l’éducation des minorités, commencée en 1995 (enseignement secondaire), s’est poursuivie en 2004 (enseignement secondaire) et en 2018 (enseignement primaire). Les derniers amendements aux lois sur l’éducation de la République de Lettonie sont censés abolir totalement l’enseignement en langue russe. Cette mesure s’appliquera aux écoles publiques et privées.

Je conclurai mon intervention par un fragment du clip vidéo produit par notre équipe en 2003, lorsque les manifestations de masse des russophones contre la réforme de l’éducation ont commencé. Les fragments du célèbre clip des Pink Floyd ont été utilisés avec l’aimable autorisation de Roger Waters.

L’enseignement scolaire dans la langue maternelle des minorités ethniques et linguistiques traditionnelles est l’une des valeurs les plus importantes de l’UE. La communauté russophone de Lettonie est l’une de ces minorités linguistiques traditionnelles de l’Union européenne, comme beaucoup d’autres, et ses droits doivent être respectés.

Votre message