« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Le 11 septembre et les Etats-Unis : d’un gouvernement mondial à l’extorsion mafieuse

16 septembre 2021

Le 10 septembre, le quotidien italien Il Fatto Quotidiano a publié un article de Pino Arlacchi montrant la continuité entre le 11 septembre 2001 et le retrait des troupes américaines d’Afghanistan le 30 août dernier.

Ancien député italien et ancien coordinateur de l’ONU pour la lutte contre les stupéfiants en Afghanistan, Pino Arlacchi était orateur dans une récente conférence de l’Institut Schiller. Helga Zepp LaRouche a également proposé que M. Arlacchi soit nommé coordinateur du programme d’aide d’urgence pour l’Afghanistan.

Par Pino Arlacchi

La coïncidence entre le retrait des troupes d’Afghanistan et le 20e anniversaire du 11 septembre 2001suggère qu’un cycle a pris fin. Beaucoup l’identifient comme le cycle de l’empire américain. L’hégémonie des États-Unis sur le « monde libre », qui s’est établie après 1945, reposait sur une offre de protection contre la principale menace extérieure, l’expansionnisme de l’U.R.S.S. La menace était manifestement exagérée et n’a servi qu’à légitimer la revendication d’un gouvernement mondial américain. Mais l’offre américaine finit par être acceptée parce qu’en Europe, le danger soviétique devint progressivement une prophétie auto-réalisatrice. Peu importe que le réarmement russe ait été un effet et non une cause de la Guerre froide. Tous ceux qui, sur le continent, se trouvaient à portée des missiles soviétiques ont fini par adhérer de plein gré à la protection proposée par la bannière étoilée. La protection de l’Oncle Sam était légitimée.

La situation commença à changer avec la défaite américaine au Vietnam, mais le tournant radical fut l’effondrement soudain du communisme en 1989. Un grave problème apparut alors. Avec la disparition du « Grand Ennemi », comment justifier le maintien de la protection américaine, et du bloc de pouvoir auquel elle a donné naissance, c’est-à-dire le complexe militaro-industriel-politique que l’on appelle aujourd’hui le Deep State (Etat profond) ?

De 1989 au 11 septembre 2001, le gouvernement mondial et l’État profond ont traversé une crise de survie. Il était clair que tôt ou tard, une fois l’adversaire de l’époque vaincu, l’heure de vérité sur la réduction des dépenses militaires sonnerait.

La Belle Époque clintonienne se passa à la recherche d’un nouvel ennemi. On élabora le concept de « sources multiples de menaces ». Après avoir tué le grand dragon communiste, il y avait à sa place tant de grands et de petits serpents à décapiter : les mafias, les barons de la drogue, « l’axe du mal » des États dits voyous.

Mais ces petits serpents n’étaient pas très convaincants en tant que menaces existentielles pour la sécurité de l’Amérique et de la planète. Ils ne pouvaient pas être considérés comme des dangers à affronter avec l’attirail militaire classique. Pour les garder sous contrôle, quelques dizaines de milliards de dollars de renseignements, de satellites et de forces spéciales pourraient suffire.

Malheureusement, un certain nombre de ces dangers commencèrent également à s’épuiser dans les années 1990. Le crime ordinaire et le crime organisé commencèrent à décliner, la détente internationale favorisa les négociations avec l’Iran, la Libye et la Corée du Nord, et les attaques terroristes commencèrent à décliner dans la proportion presque incroyable de 83 % entre 1991 et 2000. Sous Clinton, le budget militaire américain diminua de 45 % et le complexe [militaro-industriel et médiatique, ndt] qui domine Washington commença à craindre que ses jours soient comptés.

Dans ces conditions, il n’est pas exagéré de dire que Ben Laden a sauvé l’État profond américain d’une menace mortelle. L’immense réaction de colère et de peur provoquée par le 11 septembre engendra les guerres calamiteuses au Moyen-Orient et le grand réarmement des États-Unis qui se poursuit aujourd’hui.

Cependant, ce réarmement ne s’est pas trouvé justifié par l’émergence de nouvelles menaces réelles. Au-delà de la rhétorique de la lutte contre le terrorisme, aucun allié des États-Unis, dont l’Europe en premier lieu, ne les a suivis dans l’augmentation des dépenses militaires et les stratégies militaires de lutte contre le terrorisme.

La raison profonde de la protection américaine a ainsi disparu. Aucun partenaire des Etats-Unis ne se sent aujourd’hui menacé dans son existence ou dans ses intérêts vitaux par un quelconque ennemi irréductible. Pas même par la Chine, pas même par la Russie.

Le semblant de protection légitime du passé se transforma alors en une forme classique d’extorsion mafieuse, où celui qui offre le service est aussi celui qui crée la menace.

Consciemment ou non, les États-Unis ont créé au cours des dernières décennies les menaces contre lesquelles ils prétendent offrir leur protection aujourd’hui.