« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Lac Tchad : l’ONU s’engage financièrement

11 mai 2019

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari a convaincu le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à participer à l’effort pour lever les 50 milliards de dollars nécessaires pour financer le projet Transaqua de remise en eaux du lac Tchad. C’est ce chiffre qui a été proposé lors de la Conférence internationale pour le lac Tchad qui a eu lieu en février 2018 à Abuja. A cette occasion, le projet Transaqua intégrant le transfert d’eau et diverses infrastructures, a été approuvé comme seule solution viable pour remplir à nouveau le lac.

Il s’agit de transférer jusqu’à 100 milliards de mètres cubes d’eau par an du bassin du Congo vers le lac Tchad via un système de barrages, de réservoirs d’eau et de canaux qui interceptent tous les affluents de la droite du fleuve Congo. Le projet est également connu comme le « transfert d’eau inter-bassin ». Le gouvernement italien co-finance l’étude de faisabilité du projet.

Le président Buhari a fait savoir le 24 avril, par l’intermédiaire de son attaché de presse, que le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres avait accepté de co-présider une session de levée de fonds pour rassembler les 50 milliards de dollars nécessaires. Selon les médias nigérians, le président Buhari lui avait soumis la proposition sachant qu’un tel forum serait nécessaire vu le montant du capital requis pour le projet, qui dépasse les moyens des pays du bassin du lac Tchad.

La diminution du lac Tchad, qui n’en est plus qu’à 10% de sa taille d’autrefois, s’est traduite par la famine et la mise en péril de la subsistance des 30 millions d’habitants de la région. Elle a eu également un impact majeur sur la sécurité internationale en encourageant la migration illégale vers l’Europe et en renforçant les groupes terroristes, y compris l’Etat islamique dans l’Ouest de l’Afrique et Boko Haram, qui a recruté des milices et s’est renforcé dans la région.