« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Approfondir > Science de l’esprit humain > Beethoven : l’étincelle de joie

#7 - La marche funèbre de la symphonie héroïque

18 novembre 2020

une note de Fred Haight

Nous avons déjà présenté le premier mouvement de la Symphonie n°3 de Beethoven dite L’Héroïque. Aujourd’hui, nous présentons le deuxième mouvement, La marche funèbre. Quel est le rapport entre une marche funèbre et la joyeuse célébration de la créativité et du courage que nous avons entendue dans le premier mouvement ?

On pourrait considérer que l’introduction d’une marche funèbre « casse l’ambiance » et que le retour soudain à la joie dans le troisième mouvement sape le sérieux du deuxième mouvement.

Tournons-nous de nouveau vers Friedrich Schiller pour obtenir des conseils. Dans ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, Schiller écrit que le but de l’art est d’éduquer nos émotions afin que nous puissions passer de la joie à la tristesse, et revenir à la joie, sans « partir en vrille », parce que notre intelligence et nos émotions se développent de telle manière qu’elles sont intégrées. Nous restons la même personne dans la joie et dans la douleur, parce que nous avons réfléchi à ces questions et développé une force intérieure, une profondeur et un sens de soi qui « peut faire face aux tempêtes et n’être jamais ébranlé ».

La profonde tristesse de Beethoven dans ce mouvement, est un effet miroir de sa joie profonde dans le premier. Ce mouvement invoque quelque chose de plus grand que la perte personnelle : le deuil de toute une société après la perte d’un dirigeant respecté, universel ; ou encore, le changement du cours de l’histoire lui-même lorsque personne ne se lève pour relever le flambeau ? Les exemples d’Abraham Lincoln, Franklin Roosevelt, John F Kennedy, Martin Luther King, de Gaulle, Indira Gandhi, Socrate ou Beethoven lui-même sont quelques uns parmi ceux qui viennent à l’esprit.

À la 5ème minute de l’enregistrement, le spectacle évoque un souvenir heureux de la vie de ce personnage historique et de ce qu’il a donné à l’humanité qui vit après lui. Puis, à 8:12, nous entendons une section fugitive qui évoque la crise que représente pour l’ensemble de la société le vide laissé par la mort de celui-ci. que ce moment surgisse lors de la mort de ce personnage ou bien quand « tout est joué », comme avec Napoléon.

Il y a beaucoup de vie dans cette marche funèbre. Plutôt que de continuer plus avant, nous vous invitons à partager votre relation personnelle avec Beethoven, et à nous dire ce que vous entendez.