« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Le LA à 432 hz

Revenons au diapason de Verdi

Chanteurs « bel canto ». Bas-relief de Luca della Robia, Musée du dôme, Florence.

Le 9 avril 1988 avait lieu à Milan, dans le bâtiment que Giuseppe Verdi fit construire pour les musiciens à la retraite, la première conférence internationale pour baisser la hauteur du diapason. Organisée à l’initiative de l’Institut Schiller dans le cadre d’une campagne internationale, elle avait pour objet de fixer le diapason à la hauteur déterminée par le compositeur Giuseppe Verdi lui-même : la = 432 hz. Pour Verdi, grand connaisseur des voix par excellence, il était clair que la légitimité de ce diapason reposait sur sa cohérence avec les caractéristiques physiologiques de la voix humaine.

Au point de départ de cette campagne historique, les réflexions de l’économiste, homme politique et penseur américain, Lyndon LaRouche, sur le rôle crucial de la culture classique et tout particulièrement celui de la musique* classique dans la société.

Contre toute attente concernant un sujet aussi spécifique, l’appel de l’Institut Schiller « Revenons au diapason scientifique fixant le la à 432 hertz » rassembla des milliers de signataires au delà même des grands noms de l’art lyrique comme Piero Cappucilli, Renata Tebaldi, Carlo Bergonzi, Montserrat Caballé, Peter Schreir, Placingo Domingo, etc.

Le grand retentissement de cette campagne était lié à l’intérêt et la curiosité qu’elle suscitait en permettant à nombre d’amoureux de la musique de découvrir des enjeux artistiques insoupçonnés, comme nous le verrons dans la suite de ce dossier.

L’impact fut profond - et durable - car « l’enjeu » du la 432 hz recouvrait et démontrait pédagogiquement deux principes : l’art est incompatible avec l’arbitraire ; il tire sa puissance de sa capacité à jouer avec des éléments reflétant légitimement les lois de l’univers, il fait « résonner » en nous certaines « harmoniques ».

Nous présentons ici, en plusieurs chapitres tirés de la brochure publiée en 1988, les aspects essentiels liés au la 432 Hz et à la campagne menée par l’Institut Schiller.

  1. « Quand de grands artistes proclament qu’il faut revenir au diapason scientifique de Verdi », résumé de la conférence du 9 avril 1988
  2. « Giuseppe Verdi et le diapason scientifique », la bataille de Verdi pour l’adoption du diapason scientifique
  3. « Un projet de loi historique », le projet de loi présenté devant le sénat italien le 13 juillet 1988
  4. « La lutte pour le diapason scientifique : un historique », l’historique de la bataille pour le diapason scientifique

.
.
.
.
.
.