« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > Le Pont terrestre eurasiatique, un « New Deal » mondial en devenir

Conférence de Kiedrich

VI. Le cosmodrome de Svobodny, site potentiel pour un complexe industriel spatial au coeur de la Sibérie

21 octobre 2007

par Youri Kroupnov

Youri V. Kroupnov, directeur de l’Institut pour la démographie, la migration et le développement régional, a transmis à la conférence de l’Institut Schiller un exposé sur le cosmodrome de Svobodny. Spécialiste de l’éducation et des projets industriels, notamment dans le domaine infrastructurel, M. Kroupnov est le fondateur du Mouvement pour le développement et de sa branche politique, le Parti du Développement. Tout récemment, différents responsables gouvernementaux de l’extrême-orient russe l’ont consulté au sujet du développement de couloirs économiques particulièrement denses. La communication de Youri Kroupnov a été présentée par Ilnour Batyrchine, qui dirige la section jeunes du Mouvement pour le Développement à Kazan.

La situation dans la région extrême-orientale de la Fédération russe ressemble à un désastre : nous avons de graves problèmes avec les infrastructures de transport, beaucoup d’industries ont été fermées et les bâtiments rasés.

Mais le problème le plus préoccupant est la dépopulation continue de la région. Actuellement, il n’y a plus que 18 millions d’habitants dans l’extrême-orient russe et ce nombre diminue d’année en année.

Cette présentation sur le potentiel de développement du site de lancement spatial de Svobodny, dans la région Amour, comporte un ensemble de propositions venant appuyer le programme gouvernemental pour encourager la réinstallation volontaire, en Fédération russe, d’anciens résidents expatriés.

Conscient de ce problème, le président Vladimir Poutine a déclaré au Conseil d’Etat de la Fédération russe, le 20 décembre 2006 : « Tous nos plans doivent se fixer comme objectif ultime de faire de l’extrême-orient un endroit confortable et attractif pour vivre. »

Il s’agit donc de soutenir la décision du Président et d’endiguer le départ des citoyens russes d’extrême-orient, mais en même temps de favoriser l’immigration interne par un afflux de population provenant des régions occidentales de Russie, ainsi que le retour de nos compatriotes installés à l’étranger.

Le second objectif d’un tel programme d’Etat est de créer des emplois industriels qualifiés. Le résultat combiné permettrait d’atteindre une plus forte densité de population et un meilleur niveau de qualification dans cette région frontalière de la Chine.

Dans l’oblast d’Amour, l’une des principales régions de l’extrême-orient de la Fédération russe, la densité démographique est de 2,4 habitants par kilomètre carré, alors qu’elle est de 80 le long du fleuve Amour, dans la province chinoise de Heilongjiang. Ce programme vise à l’augmenter pour atteindre entre 2,8 à 3 habitants en moyenne par kilomètre carré, ce qui ferait passer la population de son niveau actuel de 873 000 habitants à un million, et ce en l’espace de cinq ans.

Pour lancer le développement intensif de la région, créant des dizaines de milliers de nouveaux emplois hautement qualifiés, le nouveau gouverneur a annoncé la création de cinq « complexes » dans les secteurs économiques suivants : industrie du bois, exploration spatiale, construction de machines, soja, transport et énergie.

En 1995-96, Svobodny a été choisi par le ministre russe de la Défense, l’Etat-major des forces armées, l’Agence spatiale russe et d’autres ministères et organismes fédéraux, pour accueillir une nouvelle installation de lancement spatial. A proximité se trouve la base militaire d’Uglegorsk. La transformation du site de lancement de Svobodny en centre spatial complet pourrait servir de socle au projet de repeuplement de la région.

Des avantages de taille

Le cosmodrome de Svobodny bénéficie d’atouts incontestables :

  • avant tout, la plus grande concentration de spécialistes qualifiés dans la partie orientale de Russie, région s’étalant sur cinq fuseaux horaires,
  • sa position géographique à 52° de latitude nord, soit la plus avantageuse de Russie pour le lancement spatial,
  • un grand nombre d’angles de lancement possibles, variant de 51 à 110°,
  • des étendues désertes pouvant servir de zones de lancement, dangereuses à cause des débris,
  • une capacité quasi unique, en Russie, de lancer des satellites héliosynchrones,
  • une capacité de lancer des satellites géostationnaires et des vaisseaux habités.

La vision stratégique du nouveau cosmodrome de Svobodny tient en quelques mots : le premier cosmodrome véritablement russe – un grand cosmodrome national remplissant toutes les fonctions.

Depuis sa création, le site de lancement de Svobodny a lancé des satellites à usage commercial, y compris pour des clients américains, suédois et israéliens. Il vise désormais la première place mondiale, en lançant des satellites militaires et commerciaux en orbite géostationnaire ou non géostationnaire, ainsi que des vaisseaux habités.

PNG - 50 ko
Figure 1

Le site de Svobodny conserve son importance militaire. Il fournit à la Russie l’accès au cosmos, de même que la capacité à surveiller ce que nous appelons la Région stratégique mondiale numéro un, soit l’océan Pacifique occidental le long de la côte chinoise (figure 1).

Développer Svobodny permettrait peut-être aussi de ranimer le projet de liaison ferroviaire Baïkal-Amour (BAM), en tant que système de transport secondaire régional, avec la construction d’une ligne de 220 km reliant le BAM au Transsibérien, via Uglegorsk.

L’avenir de l’installation de Svobodny et de la base d’Uglegorsk n’a pas encore été décidé. Ils pourraient être fermés, mais cette option enlèverait à la région Amour 5100 habitants et les 7 milliards de roubles investis dans l’infrastructure de Sovobdny seraient alors perdus. La deuxième option consisterait à les maintenir, mais au niveau d’activité relativement restreint de ces dernières années.

C’est la troisième option qui paraît la plus attractive et prometteuse : créer le premier cosmodrome national russe. (Le programme spatial soviétique, comme vous le savez peutêtre, utilisait le cosmodrome de Baïkonour, situé au Kazakhstan, que la Russie loue toujours aux autorités kazakhs).

Dans cette optique, Svobodny accueillerait un centre de voyage spatial à part entière, capable de lancer des fusées de type Zénith, mais aussi la navette spatiale réutilisable Clipper. Les fusées Zénith sont produites à proximité, dans la ville de Komsomolsk sur l’Amour. Le complexe spatial de Svobodny et le couloir de développement oriental « Svobodny-Komsomolsk » peuvent fournir les bases industrielles et technologiques pour le développement de l’extrêmeorient russe. Par « complexe », nous entendons le regroupement concentré, en un seul endroit géographique, d’entreprises, d’organisations, de fournisseurs de biens et de services, de sociétés actives dans des secteurs industriels afférents, ainsi que de centres de recherche-et-développement et d’institutions éducatives.

Je voudrais ajouter que cette région joue un rôle important dans le Pont terrestre eurasiatique et le projet de construction d’un tunnel sous le détroit de Béring. Les problèmes qu’elle affronte, notamment le dépeuplement, constituent une menace pour ce projet.

PNG - 60.3 ko
Figure 2

Le couloir de développement oriental irait d’Uglegorsk à Komsomolsk sur l’Amour, et de là, vers l’île de Sakhaline et le Pacifique (figure 2). Ce corridor définit une plateforme pour le développement industriel de l’extrêmeorient sur la base de l’innovation. Développer le corridor Uglegorsk-Komsomolsk encouragerait la revitalisation et la modernisation de la voie ferrée BAM et le lancement d’une croissance industrielle dans la région Amour et le territoire de Khabarovsk.

Ce faisant, on créera des marchés pour de nouvelles installations sidérurgiques dans la région (utilisant les minerais de fer de Garin) et la production d’autres métaux. Cette expansion servirait de base au doublement, voire au triplement de la population dans la région de ce corridor au cours de la prochaine décennie.

Depuis ce corridor oriental, il serait naturel de construire un pont ou un tunnel enjambant ou traversant le détroit séparant le continent de l’île de Sakhaline, le district russe qui s’étend jusqu’à l’île japonaise de Hokkaido. Ainsi, ce projet contribuerait à relier le Japon par voie ferrée.

Ce complexe spatial implanté en extrême-orient serait unique au monde. La création d’emplois bien rémunérés attirera nos compatriotes vivant en Europe occidentale, en Amérique ou au Canada, aussi bien que de nouveaux diplômés sortant de nos universités. En développant l’industrie spatiale dans la région de l’Amour et l’extrême- orient, à un rythme plus soutenu que les taux de croissance moyens, on aura besoin des qualifications des ingénieurs, concepteurs et scientifiques venant des villes situées à l’est de l’Oural, comme Tomsk, Novosibirsk (avec son centre scientifique d’Akademgorodok), Omsk et Krasnoïarsk. On contribuera ainsi à stopper l’exode des cerveaux de Sibérie, et de l’ensemble de la Russie.

Si nous créons un centre de lancement de fusées légères et de nanosatellites, nous pourrons augmenter la population d’Uglegorsk, de 6000 habitants actuellement à 15 ou 20 000 dans dix ans. Et si nous optons pour le programme maximum, en construisant le premier cosmodrome national russe, leur nombre pourrait atteindre 50 000 à 70 000.

Si nous développons, autour du cosmodrome de Svobodny, les capacités nécessaires pour le cycle entier de production et de services de l’industrie spatiale, en s’appuyant sur la Société aérospatiale de Komsomolsk et ses chantiers navals, cela se traduira par la création de 30 000 emplois qualifiés et d’au moins 60 000 emplois semi- qualifiés. La croissance démographique due aux travailleurs et à leur famille serait d’environ 120 000 personnes et la population de Komsomolsk pourrait passer des 270 000 habitants actuels à 500p ;&nbs000.

Uglegorsk dispose de l’infrastructure pour commencer à développer un tel complexe spatial, y compris un excellent parc de logements (certains appartements sont déjà disponibles) et des infrastructures sociales. La construction de maisons supplémentaires en bois, à un seul étage, créerait un marché pour l’industrie du bois.

PNG - 51.2 ko
Figure 3

A 400 mètres de l’entrée d’Uglegorsk passe l’autoroute fédérale reliant Chita à Khabarovsk (figure 3). Le Transsibérien ne passe qu’à un kilomètre de là, au sud, parallèlement au tracé de la liaison BAM, situé à 220 km plus au nord. A proximité, on trouve aussi deux aéroports régionaux, un aéroport important près de la base stratégique d’Ukrainka, ainsi qu’un terminal de transport sur la Zeya, qui relie Svobodny au port de Blagoveshchensk et aux autres ports de l’Amour.

En outre, ce corridor est traversé par le nouvel oléoduc reliant la Sibérie orientale et l’océan Pacifique, encore en construction, à 20 kilomètres d’Uglegorsk, tandis qu’une ligne électrique relie les stations hydroélectriques de Bureysk et Zeya, à 3 kilomètres d’Uglegorsk.

La loi russe autorise la création de zones économiques spéciales, ce qui serait une approche optimale pour la création d’un tel complexe à haute technologie. Une zone économique spéciale centrée sur l’industrie spatiale attirerait des investissements à la fois russes et étrangers. Aux côtés de la Chine, Singapour, la Corée du Sud et le Japon pourraient rejoindre les partenaires étrangers.

Les principaux problèmes à résoudre, en vue de créer ce complexe industriel spatial, concernent la formation et l’affectation des anciens bureaux, la bonne utilisation des avoirs du ministère de la Défense, ainsi que les questions liées à l’interaction entre le ministère de la Défense et les agences civiles.

La force de travail militaire qualifiée d’Uglegorsk est l’atout majeur pour développer la région. Si nous la préservons, nous pourrons alors y attirer des immigrés et lancer un programme de repeuplement exemplaire.

Il faut donner la priorité aux projets de développement régional à grande échelle les plus prometteurs, compte tenu de leurs avantages compétitifs et de leur potentiel. Des projets de développement comme le complexe spatial de Svobodny constituent le meilleur moyen de réussir la croissance économique à grande échelle.

J’ajouterais que la ville de Svobodny joue un rôle crucial non seulement pour le développement de la région entière, mais aussi du Pont terrestre eurasiatique, dont une grande partie traverse l’extrême-orient russe.