« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Un responsable russe invite les Grecs à se joindre à la banque des BRICS

22 mai 2015

Alors que l’Union européenne continue à exiger des sacrifices impossibles de la part de la population grecque, la Russie a proposé à la Grèce de devenir le sixième membre de la Nouvelle banque de développement (NBD) fondée récemment par les BRICS. L’offre a été officiellement transmise le 11 mai par le vice ministre russe des Finances, Sergueï Storchak, au Premier ministre Alexis Tsipras lors d’une conversation téléphonique.

Le Premier ministre grec s’est dit « agréablement surpris », et a déclaré que la Grèce était intéressée par cette invitation, qui sera examinée avec soin. Il a ajouté qu’il aurait l’occasion d’en discuter avec les autres dirigeants des BRICS dans le cadre du Forum économique de Saint-Pétersbourg qui doit se tenir le mois prochain, bien que l’offre ne sera pas officiellement soulevée avant le prochain sommet des BRICS prévu pour juillet à Oufa, en Russie.

Le lendemain, le Premier ministre-adjoint grec Yannis Dragasakis, qui coordonne également la politique économique du gouvernement, a fait part de l’offre russe aux responsables de l’Association bancaire grecque et des quatre banques systémiques du pays, avant de charger Panagiotis Roumeliotis, vice-président de la Banque du Pirée, d’étudier le dossier.

Ce dernier, dans un entretien avec la chaîne STAR TV, a précisé que la Grèce n’a pas à choisir entre l’Occident et les BRICS. « Les politiques imposées par le Fonds monétaire international et l’Union européenne au cours des dernières années ont provoqué une contraction de l’économie et un accroissement du chômage, a-t-il dit. Le fait d’explorer d’autres voies et de développer l’économie du pays ne nuit aucunement aux intérêts de la Grèce. »

L’accès au crédit de la NBD pourrait consolider le rôle de la Grèce comme partenaire clé de la politique « Une Ceinture, une Route » poursuivie par la Chine, sachant que le Port de Pirée est déjà une porte d’entrée importante vers le centre et l’est de l’Europe, pour les produits chinois et asiatiques en général. Athènes vient tout juste de finaliser dans ce contexte sa proposition de privatisation de l’Autorité du Port de Pirée, pour laquelle la Chine est l’un des principaux soumissionnaires.

La proposition de rejoindre la NBD et le rôle de la Chine ont tous deux été soulignés par le ministre de la Défense grec Panos Kammenos lors d’une conférence parrainée par The Economist. Il a déclaré que si les « prêteurs souhaitent étouffer la Grèce… elle n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers d’autres sources de financement », et de trouver sa propre voie. Concernant la Chine, il a déclaré que la coopération bilatérale allait avancer.