« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Réchauffement climatique : des prévisions qui relèvent de la divination

12 janvier 2016

On n’en entend pas parler dans les médias agréés, mais il existe une opposition significative aux objectifs de la COP21 qui s’est tenue à Paris. Elle ne vient pas seulement de dirigeants de pays émergents qui refusent de condamner leur population au sous-développement, mais aussi de milieux scientifiques.

En Italie, certains se sont exprimés plus ouvertement qu’ailleurs. Trois institutions, la Société italienne des physiciens (SIF), la Société pour l’histoire de l’océanographie et l’Union des académies agricoles, ont fait retirer leur signature d’une déclaration à l’intention de la COP21, rédigée à la mi-novembre par 11 associations italiennes. En effet, elles refusent de cautionner des affirmations telles que :

L’influence humaine sur le système climatique est sans équivoque, et il est extrêmement probable que les activités humaines soient la principale cause du réchauffement constaté à partir du milieu du 20e siècle.


L’Association italienne des chimistes avait, quant à elle, refusé de signer dès le départ.

L’un des « climato-sceptiques » les plus connus est Antonino Zichichi, qui dirige la Fédération mondiale des scientifiques et qui a fondé le Centre Ettore Majorana d’Erice, en Sicile. Sous le pontificat de Benoit XVI, Zichichi avait joué un rôle de premier rang dans le débat au sein de l’Académie pontificale des sciences en s’opposant à la faction malthusienne. Alors qu’il était resté relativement discret depuis la parution de l’encyclique Laudato Si du pape François, son intervention aujourd’hui contre la frauduleuse « décarbonisation de l’économie » est particulièrement significative.

Dans un entretien avec le quotidien napolitain Il Mattino du 29 décembre, Zichichi a souligné que la pollution est une chose et que :

L’effet de serre en est une autre, l’homme n’y est pas pour grand-chose. Je mets au défi tout climatologue de démontrer que d’ici cent ans, la Terre sera en surchauffe. L’histoire du changement climatique est une opinion ; un modèle mathématique qui prétend démontrer l’indémontrable.

Les mécanismes réglant le climat ne sont pas encore connus, a-t-il poursuivi. Les scénarios décrivant le futur sont par conséquent de la « divination », loin de la méthode scientifique.

Affirmer que l’homme est responsable de la surchauffe globale est une énormité sans fondement : de la pure pollution culturelle. L’action de l’homme affecte le climat pour pas plus de 10%.

Au cours des années 80, le professeur Zichichi, aujourd’hui âgé de 85 ans, avait activement promu la coopération entre les Etats-Unis et l’Union soviétique autour de l’Initiative de défense stratégique, visant à rendre obsolètes les armes nucléaires.