« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Pour stopper le danger de guerre nucléaire : il faut neutraliser Barack Obama

4 décembre 2015

Dans un communiqué publié le 28 novembre par le Comité d’action politique (PAC), Lyndon LaRouche insiste à nouveau sur la nécessité d’éloigner immédiatement le président Obama du pouvoir. Sa mise en garde fait suite à « l’escalade de la politique d’affrontement du président américain vis-à-vis de la Russie, dont le dernier exemple en date est l’avion militaire russe abattu en Syrie par la Turquie, pays membre de l’OTAN et allié des Etats-Unis. Cette action n’aurait pas été entreprise sans le feu vert de la Maison Blanche. »

Si des experts américains en matière de sécurité sont d’accord avec cette évaluation, il existe « une réticence stupide de leur part à exiger le seul remède capable de retirer le monde du bord de l’abîme, à savoir l’éloignement d’Obama du contrôle des forces nucléaires américaines, au moyen de la destitution ou du 25ème amendement à la Constitution ». Cet amendement s’applique en cas d’inaptitude du président à gouverner.

« La plus récente mise en garde contre une éventuelle imminente guerre nucléaire vient d’être publiée dans Politico Magazine par un ancien officier chargé du lancement de missiles nucléaires, Bruce G. Blair. Il attire l’attention sur la politique de lancement-sur-alerte dont Barack Obama vient de confirmer la nécessité et sur le très court délai dont dispose un dirigeant pour décider de lancer ou non un missile. » Ainsi le danger n’a jamais été plus grand depuis la Guerre froide.

Le LaRouchePAC accuse Obama de vouloir créer une crise existentielle pour la Russie, même si cela met le monde à deux doigts d’une guerre thermonucléaire. « Depuis le début de la présidence de Barack Obama, LaRouche a averti que l’on a affaire à un tueur narcissique. Toutes ses actions depuis lors prouvent que LaRouche avait raison. » Il se donne volontiers le rôle de bourreau, en organisant par exemple des réunions hebdomadaires (le mardi) pour dresser la liste de suspects à exécuter par drone. Sa défense de la Turquie et des rebelles ayant tiré sur les pilotes russes alors en parachutage en sont un autre exemple.

Ce n’est plus le moment de débattre, conclut le communiqué. Il faut évincer Obama du pouvoir dès maintenant.