« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Philae : le courageux atterrisseur accomplit sa principale mission scientifique

20 novembre 2014

La mission Rosetta de l’Agence spatiale européenne a fourni à l’homme son premier regard in situ sur l’un des corps les plus primitifs du système solaire. Au bout d’un voyage de dix ans, le petit Philae lourd de cent kilos s’est posé le 12 novembre sur la surface de la comète 67P/C-G (Tchourioumov-Gerasimenko) pour commencer sa campagne scientifique.

JPEG - 35.8 ko
Comète Tchourioumov-Gérasimenko - Site d’atterrissage choisi par l’ESA.
© ESA

Vu les hauts risques de la mission, Philae avait été programmé pour entreprendre dès son atterrissage la collecte des données, après avoir pris des photos pendant sa descente. Le directeur du projet Stephan Ulamec a annoncé avec fierté dans la soirée du 14 novembre que pendant ses 57 heures d’activité sur la surface, l’atterrisseur avait déjà collecté 80 % des données que les chercheurs espéraient obtenir. Ils examinent actuellement les renseignements transmis sur Terre, dont une série spectaculaire d’images panoramiques de 360 degrés. Les données couvriront les premières mesures détaillées du champ magnétique de la comète, sa composition chimique et sa topographie.

Comme on le sait, malgré des manœuvres sophistiquées, Philae est entré en hibernation faute d’obtenir suffisamment de lumière solaire pour recharger ses batteries, mais à l’été prochain, vu le changement des positions relatives de la comète et du Soleil, l’atterrisseur pourrait se réveiller et reprendre son travail.

Mais d’ores et déjà, la mission Rosetta a transformé notre compréhension des comètes. L’irrégularité de la forme, la surface poussiéreuse, les falaise et les cratères sur le noyau sont différents de ce qu’on attendait sur un si petit corps de seulement 4 km de long. On a également détecté une douzaine de métaux différents. Pourquoi est-ce si important ?

Les scientifiques ont une bonne idée du système solaire aujourd’hui, notamment grâce aux multiples missions planétaires effectuées depuis l’aube de l’ère spatiale. Mais comment il a été formé, comment il a évolué, comment sa complexité grandissante s’est développée, comment il sera à l’avenir – voilà de grandes inconnues. Des missions comme Rosetta sont indispensables pour permettre à l’humanité d’organiser et de gérer le système solaire dans le futur.

Entre-temps, Rosetta exécutera sa mission pour un an, accompagnant la comète sur son parcours vers le Soleil et même après. Ce sera la première fois que les scientifiques auront pu tracer l’évolution d’une comète qui quitte les régions froides et distantes du système solaire pour se diriger vers l’intérieur, qui s’échauffe et interagit avec le Soleil.