« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Nouvelle vidéo du LaRouche PAC : Pourquoi Wall Street doit être fermé

13 août 2013

Dans une nouvelle vidéo de 12 minutes, intitulée Glass-Steagall : vacance bancaire permanente pour Wall Street, le Comité d’action politique de LaRouche présente six mesures pour fermer Wall Street, une entreprise criminelle qui tue déjà aujourd’hui, et pas seulement aux Etats-Unis, et tuera encore demain des millions de personnes faute de l’arrêter avec une loi à la hauteur (http://larouchepac.com/node/27570).

Lorsque Glass-Steagall sera rétabli, la présentatrice affirme, « cela signifiera que l’Etat américain organise le plus grand krach financier de l’histoire humaine. Les banques et les non banques opérant aux Etats-Unis disposeront d’une certaine période pour faire le choix : soit elles se débarrassent de leurs opérations de jeu et reçoivent une protection fédérale à titre de banques commerciales soumises à la FDIC, soit leurs investissements, titres et autres opérations spéculatives seront privés du filet de sécurité de l’Etat et elles devront se débrouiller toutes seules sur le marché libre. La plupart de ces dernières feront faillite, mais nul ne versera de larme. (…)

« Wall Street sera effectivement fermé et prendra des vacances bancaires indéfinies. L’idée selon laquelle il faut empêcher un krach des institutions financières d’importance globale et systémique est terminée. Le temps où les banques d’importance systémique faisaient chanter les gouvernements en faisant croire que leur faillite mènerait à l’effondrement de toute l’économie est révolu. »

Six mesures détaillées sont ensuite présentées, que nous résumons ci-dessous :

1. Engager des poursuites judiciaires contre les banques de Wall Street et de la zone euro pour leur pillage des populations :

*Les ventes frauduleuses de swap de taux d’intérêt (une forme de produits dérivés) à des villes, des comtés et des Etats, seront poursuivies en justice comme fraudes en valeurs mobilières, à l’égard d’investisseurs non avertis, en l’occurrence les entités publiques encouragées à acheter ces swaps ;

*La manipulation à la hausse des prix de denrées et de services, par exemple le montage de JP Morgan en Californie qui consistait à vendre aux distributeurs californiens du courant à 999 dollars le MWe alors que le prix courant était de 12 dollars le MWe.

2. Mettre fin au statut de holding bancaire de Goldman Sachs et Morgan Stanley.

3. Interdire aux banques commerciales d’inscrire au bilan des titres non admissibles, dont les produits dérivés et les MBS.

4. Interdire aux banques et aux holdings bancaires commerciales de détenir des denrées/matières premières, des courtiers de denrées ou des équipements pour leur production et leur transport.

5. Faire liquider des filiales bancaires dont la société mère n’est pas soumise à la loi bancaire américaine et dont l’activité ne peut être réglementée par la loi Glass-Steagall.

Lors de cette étape, la Réserve fédérale devra fermer tout prêt de liquidité aux filiales américaines de banques européennes, et se verra obligée de rétrocéder les MBS et les bons du Trésor américain qu’elle a achetés à ces banques dans le cadre des plans d’assouplissement quantitatifs QE1 à QE4.

6. Démanteler les plus grandes holdings bancaires américaines, tels Citigroup, Wells Fargo, Bank of America, JP Morgan Chase et Morgan Stanley-Smith Barney.

En somme, avec Glass-Steagall, le LPAC entend mettre fin à l’activité criminelle de Wall Street et rétablir le système de crédit public, qui servira de fondation à la reconstruction de l’économie réelle.