« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Nouvelle perspective de Chine pour le tunnel ferroviaire sous le détroit de Béring

13 mai 2014

Le gouvernement chinois envisage la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre la Chine et les Etats-Unis, en passant sous le détroit de Béring. La ligne « Chine-Russie-Canada-Amerique », comme on la surnomme, serait la plus longue du monde. Elle n’est qu’un projet parmi quatre nouvelles lignes ferroviaires transcontinentales à grande vitesse actuellement à l’étude à Pékin.

L’Institut Schiller a présenté des projets semblables lors d’une conférence en Allemagne en septembre 2007, intitulée « Le Pont terrestre mondial devient réalité », avec la participation de représentants russes et américains impliqués dans la proposition de tunnel sous le détroit de Béring. La coopération autour de tels projets n’est pas seulement économiquement avantageuse pour tous, mais aussi la meilleure façon de favoriser des relations pacifiques.

La proposition chinoise a été décrite dans le Beijing Times, qui citait Wang Mengshu, un expert ferroviaire et membre de l’Académie chinoise d’ingénierie. Il propose une ligne qui partirait du nord-est de la Chine pour traverser la Sibérie orientale, puis passerait sous le détroit de Béring pour atteindre l’Alaska et le Canada et ensuite les Etats-Unis.

« Nous sommes d’ores et déjà en discussion, a dit Wang. La Russie y pense déjà depuis des années. » Il n’est pas dit si les autorités chinoises ont déjà consulté leurs homologues américaines et canadiennes.

La ligne ferroviaire ferait 13 000 km de long, soit quelque 3000 km de plus que le Transsibérien. Avec une vitesse moyenne de 350 km/h, le voyage entier prendrait deux jours. Le défi le plus grand du projet est de construire le tunnel de 200 km sous la mer, soit quatre fois la longueur du tunnel sous la Manche. Toutefois, selon le China Daily, la technologie du tunnel est « déjà en place » et « le projet sera financé et construit par la Chine ».

Les trois autres lignes ferroviaires à grande vitesse prévues ou en cours de construction sont :

  • une ligne de Londres à la Chine via Paris, Berlin, Varsovie, Kiev et Moscou, où elle se diviserait en deux, l’une se dirigeant vers la Chine en passant par le Kazakhstan, l’autre vers la Sibérie orientale ;
  • une ligne à Ürümqi, en Chine occidentale, vers l’Allemagne en passant par le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, l’Iran et la Turquie ;
  • une ligne de la ville de Kunming, au sud-ouest de la Chine, jusqu’à Singapour.