« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Maglev : le transport urbain d’avenir des villes chinoises

29 mars 2017

La technologie de lévitation magnétique (maglev) n’est pas seulement avantageuse sur les grandes lignes, elle l’est aussi pour le transport urbain. En Chine, une ligne pilote exploitée à Changsha depuis mai 2016, relie la ville et son aéroport sur 19 km à une vitesse moyenne de 70 km/heure. Des projets similaires sont désormais prévus dans d’autres villes pour un investissement total (jusqu’à présent) d’environ 60 milliards de yuan (environ 8,7 milliards de dollars américains).
 
Avantage considérable, le maglev est particulièrement silencieux par rapport au système traditionnel où des roues se déplacent sur des rails. La nuisance pour les habitants riverains est donc minimale, tandis que les passagers peuvent se parler sans crier dans les wagons. La construction d’une ligne maglev est également bien moins coûteuse qu’une ligne de métro traditionnelle : 200 à 300 millions de yuan par km, contre les 500 à 800 millions de yuan par km de rail d’un métro traditionnel en raison des travaux d’excavation, etc. Enfin, le rail lui-même prend beaucoup moins d’espace.
 
Vu tous ces avantages, les projets maglev font école en Chine, comme le fait remarquer la revue économique japonaise Nikkei du 8 mars. Le China Railway Group construit une ligne de 20 km de maglev dans la banlieue de Beijing, qui sera inaugurée cette année pour un coût de 12 milliards de yuan. En octobre 2016, la China Railway Construction a créé une filiale contrôlée à 100 % pour accélérer la construction de lignes maglev et a signé un accord avec le gouvernement de Qingyuan, dans la province de Guangdong, pour un réseau de 30 km qui doit entrer en service fin 2018 pour un coût de 10 milliards de yuan. D’autres réseaux sont envisagés pour Urumqi, dans la région autonome ouighour de Xinjiang, et pour relier les villes de Deyang et Chengdu. Cette dernière ville est le point de départ de la majorité des liaisons conventionnelles de fret entre la Chine, la Russie et l’Europe.
 
Depuis février 2016, un maglev est en service en Corée du Sud à l’aéroport Incheon (Séoul) ; la technologie, entièrement développée en Corée, sera bientôt proposée à l’exportation à d’autres pays dont la circulation dans les zones urbaines est saturée.