« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Les grandes opportunités ouvertes par la Nouvelle Route de la soie

20 septembre 2016

Renforcée par les rencontres au sommet qui se succèdent depuis début septembre – Forum de Vladivostok, sommet du G20 à Hangzhou, réunions de l’ASEAN (Association des pays du Sud-est asiatique) au Laos – la dynamique mondiale se trouve clairement déterminée par un groupe de nations, conduit par la Russie et la Chine, qui cherche à établir un nouveau paradigme dans les relations internationales, reposant sur une coopération autour de grands projets d’infrastructure.

Même si les populations européennes ne le savent pas, a fait remarquer Helga Zepp-LaRouche, présidente de l’Institut Schiller, elle a participé au Forum T20 à Bejing en préparation du G20,

Le monde a changé pour le meilleur au cours des derniers jours.

L’innovation : une nouvelle voie du développement économique

A l’issue du sommet du G20, le président Xi Jinping a présenté ce qu’il appelait « le consensus de Hangzhou », qui permettra de transformer le groupe des vingt en un instrument ouvrant au monde une « nouvelle voie de développement économique » fondée sur l’innovation scientifique et technologique. « Nous ne pouvons plus compter sur la seule réforme fiscale et monétaire » pour faire face à la crise a-t-il déclaré.

Nous envisageons une approche de l’innovation pluridimensionnelle, à géométrie variable et couvrant un large spectre, dont le moteur sera la recherche scientifique et le progrès technologique, mais en l’élargissant pour couvrir la philosophie du développement, les mécanismes institutionnels et les modèles économiques, afin de faire partager par tous les bienfaits de l’innovation.

Objectif : éliminer la pauvreté dans le monde

Dans cette optique, le développement de l’Afrique est une priorité pour la Chine, a souligné Xi, et sa volonté d’aider les pays les plus pauvres a été clairement démontrée par la présence d’un nombre record de dirigeants de pays en voie de développement, que la Chine avait invités à participer cette année au sommet du G20.

Dans la foulée des résultats obtenus lors des derniers sommets en Asie, les prochaines grandes initiatives diplomatiques seront prises à New York dans le cadre de l’Assemblée générale de l’ONU, qui s’ouvre le 13 septembre. Un sommet des BRICS suivra à la mi-octobre, tandis que le sommet de l’APEC Asie-Pacifique se tiendra au Pérou à la mi-novembre.

Il est clair que le monde prend ses distances par rapport au « Consensus historique de Washington » (FMI, Banque mondiale), marqué par la domination des puissances transatlantiques et de leur politique monétariste. La Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure (BAII), le Fonds de la Route de la soie, la Nouvelle banque de développement des BRICS (NBD) et autres institutions similaires offrent de nouvelles opportunités enthousiasmantes. Si le changement de paradigme n’est pas encore pleinement réalisé, l’on peut espérer que les États-Unis et l’Europe finiront par s’y rallier.