« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Les Grecs indépendants traînent la Troïka devant la justice

22 janvier 2013

Le 16 janvier, un parlementaire des Grecs indépendants a déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre Paul Thomsen, du FMI, Mathias Morse, de l’UE, et Klaus Mazouch, de la BCE.

La plainte affirme que les mesures imposées en Grèce par les accusés ont mené à 3500 suicides, à une augmentation massive du chômage avec plus de 1,5 millions d’emplois perdus, à la fermeture de milliers d’entreprises, à la destruction du bien-être de familles et à une profonde dépression. Ces mesures constituent une violation de l’Article 2 du Statut de Rome sur la protection des droits humains et des libertés fondamentales, ainsi que de la Charte des droits fondamentaux de l’UE, y compris sa proclamation que « chacun a droit à la vie », mais aussi de la Constitution grecque et de la Convention européenne des droits de l’homme.

Par une initiative similaire, le président de la Confédération générale du travail grecque (GSEE), Yiannis Panagopoulos, a annoncé que son organisation déposerait une plainte contre les mesures d’austérité brutale de la Troïka auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.

Au cours de la même semaine, les Associations médicales du Portugal, de Grèce, d’Espagne et d’Irlande ont publié une « Lettre ouverte aux dirigeants politiques et autorités de la santé d’Europe », dénonçant les effets désastreux des politiques d’austérité imposées par la Troïka sur la santé et la vie des peuples.

La déclaration accuse la Commission européenne, la BCE, le FMI et les gouvernements nationaux de ne pas avoir pris en compte les effets de leurs mesures sociales sur les systèmes de santé nationaux, et appelle au renversement rapide de ces décisions.

L’appel sans précédent met cependant de côté l’urgence d’une réforme à la Glass-Steagall pour mettre fin à ces politiques financières qui tuent les peuples, et de la mise en place immédiate du programme de LaRouche pour « un miracle économique en Europe du Sud, la région méditerranéenne et l’Afrique ».