« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Les BRICS passent à l’action

27 janvier 2015

Nouvelles institutions financières

La Russie, qui assumera à partir d’avril 2015 la présidence annuelle des BRICS, accueillera en juillet à Oufa les sommets des BRICS et de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Dans un entretien accordé le 13 janvier à Xinhua, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Igor Morgoulov, a déclaré que la Russie et ses partenaires entendent « transformer les BRICS, de leur rôle actuel de forum de dialogue (…) en mécanisme d’interaction généralisé portant sur les questions économiques et politiques globales.

« Parmi les intérêts stratégiques unissant les membres des BRICS, je voudrais noter leur désir de réformer le système financier et économique international en conformité avec les réalités actuelles de l’économie globale, leur intérêt à renforcer le cadre juridique des relations internationales et leur volonté de mieux mettre à contribution la nature complémentaire des économies de manière à accélérer le développement de nos pays.  »

Précision importante, Morgoulov a souligné que la Russie s’efforcera, au cours de sa présidence, de « mettre en œuvre la décision des BRICS de créer leurs propres institutions financières (Nouvelle banque de développement, Accord sur la réserve en devises), ayant vocation à aider à stabiliser les marchés de capitaux des pays participants en cas de crise globale, approfondir l’intégration de nos pays et renforcer nos capacités d’échanges commerciaux et d’investissement. »

Concernant l’OCS, Morgoulov a déclaré que la Russie aimerait la voir s’élargir à l’Inde et au Pakistan, entre autres.

Le Cambodge inaugure un barrage construit par la Chine

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a inauguré le 12 janvier le barrage de Russei Chrum Krom, une installation de 338 MW réalisée par une entreprise chinoise et destinée à fournir de l’électricité aux zones rurales et aux entreprises du pays. Le projet, d’un coût total de 500 millions de dollars, a été conçu par la China Huadian Corp., qui l’exploitera pendant une période de 35 ans avant de le restituer aux autorités cambodgiennes. La construction de ce barrage est vue comme une étape historique de la coopération économique entre les deux pays.

JPEG - 215.7 ko
Le barrage hydroélectrique construit par la Chine sur le cours d’eau Russei Chrum Krom, dans la province de Koh Kong, au Cambodge.
© news.cn

Alors que seule la moitié des foyers cambodgiens ont aujourd’hui accès à l’électricité, le gouvernement entend porter ce chiffre à 70 % minimum d’ici 2030. Les entreprises chinoises ont investi plus de 1,6 milliard de dollars pour la construction de six barrages, avec une capacité installée de 928 MW.

L’Afrique veut lancer son programme spatial

La Fondation pour le développement de l’espace, une association sans but lucratif domiciliée à Cape Town en Afrique du Sud, a lancé une campagne de financement pour l’envoi d’un vaisseau spatial vers la Lune. Son objectif, comme l’a expliqué le responsable du projet Jonathan Weltman au quotidien britannique The Guardian, est d’inciter les jeunes à étudier la science et à rester en Afrique.

Aux critiques qui prétendent que l’Afrique, encore aux prises avec Ebola, la pauvreté et les conflits, ne devrait pas se mêler d’exploration spatiale, Weltman répond qu’« on voit là l’afro-pessimisme à l’œuvre ». Oui, concède-t-il, « il faut éliminer la corruption, il faut s’occuper des maladies, éradiquer la pauvreté. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas en même temps planifier l’avenir. »

L’Afrique dépend déjà, plus que toute autre région, des technologies spatiales, fait-il remarquer, car elle n’a aucune « infrastructure de base », tels que les systèmes de communication terrestre construits depuis plusieurs décennies par les pays développés.