« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

La déclassification des 28 pages sur l’Arabie saoudite : une immense victoire

23 juillet 2016

L’administration Obama a finalement autorisé le 15 juillet la divulgation (avec quelques censures) du chapitre de 28 pages du Rapport d’enquête bicaméral du Congrès de 2002 sur les attentats du 11 septembre 2001. La décision a été communiquée quelques heures seulement avant la suspension des travaux du Congrès pour les vacances d’été. Une lecture attentive du chapitre en question montre clairement que le député Thomas Massie avait raison de déclarer que les informations qui s’y trouvent remettent en question tout ce qui s’est déroulé ces 15 dernières années.

Contrairement au récit préparé pour l’occasion par le président Obama, les services de renseignements et les principaux médias, les éléments démontrant l’implication de Saoudiens dépassent de loin tout ce que le public savait jusque là. Plusieurs dizaines de responsables saoudiens et membres de la famille royale ont été étroitement impliqués dans des réseaux d’Al Qaïda, et plusieurs d’entre eux étaient en contact direct avec les pilotes kamikazes. Le FBI et la CIA disposaient de preuves solides, bien avant 2001, sur le soutien saoudien à Al Qaïda, mais toute contre-mesure sérieuse a été bloquée et les enquêteurs trop curieux ont été congédiés ou bien mutés.

Barack Obama, ainsi que James Clapper (Directeur national du renseignement), John Brennan (Directeur de la CIA) et autres prétendent que les informations contenues dans le rapport ont été par la suite rejetées par l’enquête de la « Commission sur le 11 septembre », mais c’est plutôt le directeur de cette Commission, Philip Zelikow, qui a expressément interdit d’examiner la piste saoudienne et a même congédié la personne chargée de cet aspect de l’enquête, comme l’ont reconnu par la suite d’autres membres de la Commission sur le 11 septembre.

Le Rapport d’enquête bicaméral du Congrès sur le 11 septembre a été finalisé et publié en décembre 2002 — mais sans ce chapitre de 28 pages. Il est évident que ce chapitre a été supprimé en raison des préparatifs de guerre contre l’Irak déjà bien avancés de l’équipe Bush-Cheney. L’objectif était de renverser Saddam Hussein, accusé d’être à l’origine des attentats du 11 septembre et de posséder un arsenal d’armes de destruction massive. Que des mensonges, comme nous le savons aujourd’hui.

Une nouvelle enquête exhaustive est aujourd’hui nécessaire et même urgente. Elle doit aussi examiner les guerres et les autres atrocités ayant suivi les attentats du 11 septembre, dont les guerres d’Irak et de Libye, l’effort actuel pour faire tomber le gouvernement syrien, etc.

La publication des 28 pages, survenue quelques jours à peine après la publication du Rapport de la Commission Chilcot au Royaume-Uni sur la guerre d’Irak frappe au cœur l’empire anglo-saoudien. En même temps, la pression augmente sur le Congrès américain pour adopter la loi JASTA, qui permettrait de poursuivre en justice les responsables saoudiens ayant soutenu des activités terroristes.

Suite à la divulgation des 28 pages, le député Walter Jones, qui a dirigé la lutte pour cela à la Chambre, a remercié le mouvement de Lyndon LaRouche pour son rôle central dans cet effort.