« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

"La ceinture et la route" arrive en Amérique latine et aux Caraïbes

19 octobre 2017

Le 15 août, l’institut de recherche chinois Southwest Municipal a signé un accord avec le maire de la capitale de Haïti, Ralph Youri Chevy, pour la reconstruction et la modernisation de Port-au-Prince sur les trois ans à venir, ce qui devrait créer quelques 20 000 emplois. Du point de vue international le projet est petit, mais sur le plan humain, il est gigantesque.

La société chinoise s’occupera des systèmes d’approvisionnement en eau, des travaux de d’assainissement, de l’électricité, du réseau de communication, de logements et de mesures de contrôle des crues – soit les travaux qu’aucun autre pays ne s’est proposé de faire, et certainement pas l’administration Obama, après le séisme de janvier 2010 qui a complètement ravagé ce pays. Les récentes tempêtes ont amené un nouveau lot de destruction à Haïti et à d’autres îles des Caraïbes.

Cette action signale le début d’un changement profond de la région qui ne pourra se faire en dehors de l’initiative Une Ceinture et une Route lancée par la Chine.

Cette réalité s’impose. Le président mexicain Enrique Peña Nieto avait entamé des discussions sur les opportunités de cette initiative lors de sa visite du 3 au 6 septembre en Chine, où il a participé au sommet des BRICS. Mais aujourd’hui, alors que le Mexique est obligé, suite aux séismes de septembre, de reconstruire deux de ses Etats les plus pauvres ainsi que la capitale, le débat sur la coopération avec la Chine est revenu avec force.

Au Panama, alors que le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi y effectuait une visite de deux jours mi-septembre, le premier ambassadeur panaméen en Chine a déclaré à Xinhua que son pays souhaite devenir un centre logistique de Une Ceinture et une Route en Amérique du Sud.

Cela fait tout juste trois mois que la Chine et le Panama ont établi des relations diplomatiques, et Wang s’est fait un plaisir d’ouvrir l’ambassade dans la capitale. Dans ses réunions avec le président Juan Carlos Varela et le chef de la diplomatie Isabel Saint Malo, plus de 12 accords de coopération ont été discutés, dont la construction d’une voie ferrée pour fret et voyageurs allant de Panama à la frontière costaricaine et la relance du projet hydroélectrique Chan II. Les accords pourraient être signés lors de la rencontre avant la fin de l’année entre le président Varela et Xi Jinping à Beijing.

Le ministre des Affaires étrangères de Costa Rica, Manuel Gonzalez, a indiqué que son gouvernement souhaite explorer les possibilités de coopération trilatérale avec la Chine et le Panama.