« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Troisième Guerre mondiale : déjà commencée ?

20 mai 2016

Lors de la Conférence internationale sur la sécurité de Moscou, fin avril, plusieurs hauts responsables militaires dont le ministre de la Défense Choïgou ont fait clairement savoir que la Russie souhaiterait s’appuyer sur sa collaboration avec les États-Unis dans les pourparlers de Genève sur la Syrie, afin d’établir un cadre élargi pour la coopération. Malheureusement, tous les signaux en provenance de Washington, incluant maintenant du secrétaire d’État John Kerry, vont dans le sens de l’affrontement.

Ultimatum et fuite en avant

Si Kerry continue à travailler en étroite collaboration avec son homologue russe Sergueï Lavrov pour parvenir à un cessez-le-feu et une solution diplomatique en Syrie. L’ultimatum qu’il a soudainement donné au président Assad la semaine dernière trahit l’état de panique de Barack Obama. Kerry a en effet déclaré à Genève, suite à sa rencontre avec l’envoyé onusien pour la Syrie Staffan de Mistura et à un entretien téléphonique avec Lavrov, qu’Assad avait jusqu’à début août pour lancer le processus de son départ.

Ce changement de ton rime avec d’autres actions de responsables américains en Europe la semaine dernière. Le secrétaire-adjoint à la Défense Robert Work s’est rendu sur le vieux continent, suivi de son patron Ashton Carter et du chef des États-majors des armées, le général Joseph Dunford, pour s’entretenir avec des responsables de l’OTAN et assister au transfert du commandement militaire au général Curtis Scaparrotti.

Lors de leur passage à Bruxelles, ces responsables ont confirmé les plans de création d’une force permanente rotative de l’OTAN, composée de 4000 soldats, destinée aux pays baltes et à la Pologne et équipée de matériel de guerre lourd. Le déploiement d’une telle force aux frontières de la Russie est une pure provocation, notamment au vu de la clause de sécurité collective de l’OTAN.

Le côté russe a immédiatement riposté, le président Poutine annonçant le projet de créer de nouvelles divisions au sein de l’armée, qui seront déployées tout le long du front occidental du pays.

Le système antimissile THAAD

En Asie, Washington reste déterminé dans sa volonté d’installer un système antimissile THAAD sur le territoire sud-coréen, considéré par la Russie et la Chine comme une menace à leur égard. Les institutions militaires des deux pays ont décidé d’organiser ce mois-ci, pour la première fois, un exercice conjoint de simulation de défense antimissile. Selon le ministère russe de la Défense, l’exercice vise à améliorer les capacités de réponse en cas « d’attaques accidentelles ou de nature provocatrice de missiles balistiques ou de croisière sur le territoire des deux pays ».

Ainsi, les agissements de Washington et de l’OTAN ont fait monter d’un cran le danger de voir éclater une guerre entre superpuissances. Lyndon LaRouche a déclaré sans détour le 7 mai que la Troisième Guerre mondiale a à toutes fins pratiques déjà commencé, avec des fronts de bataille disséminés depuis l’Afghanistan, en passant par la Syrie et l’Irak, jusqu’à l’Afrique du Nord, et maintenant le long de la frontière entre la Russie et l’alliance atlantique. Il a fait le parallèle avec la Première Guerre mondiale, qui avait de fait débuté bien avant 1914.