« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

La Nouvelle banque de développement des BRICS bientôt opérationnelle

7 mars 2015

JPEG - 8.2 ko
La Nouvelle banque de développement fut inaugurée officiellement le 15 juillet 2014 à l’occasion du 6e sommet des BRICS à Fortaleza au Brésil.

Les cinq membres des BRICS progressent rapidement vers la ratification de la Nouvelle banque de développement des BRICS (NDB) et du Fonds de réserve en devises (CRA), qui auront pour vocation de financer le progrès et de mieux se protéger contre les attaques spéculatives.

En Russie, le Conseil de la Fédération a approuvé l’accord le 25 février, cinq jours après la Douma, parachevant ainsi le processus de ratification parlementaire.

Le même jour, le cabinet indien dirigé par le Premier ministre Narendra Modi a fait de même, donnant ainsi le feu vert à l’activation de la banque cette année même. Dès que les cinq pays membres auront déposé auprès du Brésil leurs instruments de ratification, la banque pourra « ouvrir ses portes ».

Le 19 février, le cabinet sud-africain a soumis l’accord à la ratification du Parlement.

Le Sénat brésilien doit encore se prononcer, mais le dirigeant de la puissante Fédération nationale de l’industrie (CNI) a appelé le 10 février à une procédure rapide.

Le gouvernement indien a publié un communiqué après la réunion du cabinet, rappelant les objectifs de cet audacieux projet : « La Nouvelle banque de développement mobilisera les ressources pour l’infrastructure et les projets de développement durable dans les pays membres des BRICS et dans d’autres économies émergentes et pays en voie de développement, et s’ajoutera aux efforts existants des institutions multilatérales et régionales pour la croissance mondiale et le développement. (...) La création de la banque reflétera également les relations étroites entres les pays des BRICS, tout en fournissant un outil puissant pour renforcer leur coopération économique. »

Notons toutefois la tentative des dernières semaines de faire dérailler la dynamique des BRICS avec le lancement d’opérations de type « révolutions de couleur » contre l’Afrique du Sud et le Brésil, sans même mentionner la Russie.