« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

La Chine à l’avant-garde des technologies du futur

30 juin 2017

L’engagement de la Chine en faveur du progrès technologique s’est encore manifesté récemment dans le cadre de trois projets ayant de fortes répercussions sur le plan international

Télescope spatial : La Chine a lancé le 15 juin son Hard X-ray Modulation Telescope (HXMT- un télescope à rayons X), baptisé « perspicacité », qui permettra d’étudier les pulsars et les trous noirs et de capter les sursauts de rayons gamma correspondant à des ondes gravitationnelles. Le télescope, qui devrait fonctionner au moins quatre ans, sera en mesure de couvrir un spectre de fréquence plus large que les instruments précédents grâce à son trio de capteurs adaptés aux fréquences de rayons-X de basse, moyenne et haute énergie. Son aire de détection est la plus grande de tous les télescopes de ce type dans le monde.

L’instrument devrait permettre de mieux saisir la nature de certains objets observés. « Nous ne comprenons pas encore très bien l’intérieur des pulsars, a expliqué Zhang Shuangnan, le responsable scientifique de la mission. Les lois physiques actuelles ne peuvent pas bien décrire les substances se trouvant dans l’état de pulsar, puisqu’aucun laboratoire sur Terre n’est en mesure de reproduire des densités de matière aussi élevées. Il nous faut donc poursuivre les observations. » Une meilleure compréhension de ce qui fait clignoter les pulsars nous aidera à utiliser ces émissions de rayons-X qui se produisent à des intervalles très réguliers (avec une haute précision temporelle) pour la navigation spatiale.

Transport à lévitation magnétique : il a été annoncé le 14 juin que la première ligne maglev conçue et fabriquée en Chine est actuellement en phase d’essai avancée, et qu’un essai dans des conditions réelles sera conduit d’ici la fin de l’année. Cette ligne surélevée de 10,2 km desservira huit stations à Beijing, réduisant le temps de transport entre deux stations des deux-tiers par rapport aux lignes de bus actuelles. La vitesse maximale de cette ligne (la S1) sera de 100 km/h. L’usage de systèmes maglev pour le transport urbain et régional de masse revêt un grand intérêt pour les autres grandes métropoles du monde, car la consommation énergétique et les frais de maintenance sont considérablement moins élevés qu’avec les autres systèmes de train de banlieue.

Réacteur nucléaire modulaire : d’ici quelques semaines, la Chine doit lancer son projet de réacteur nucléaire modulaire pilote baptisé « Dragon agile » (Linglong). Il est destiné plus spécialement à l’utilisation dans des régions isolées, sur des bateaux ou même à bord d’aéronefs. La Chine prévoit aussi de déployer de petits réacteurs flottants près d’îles situées dans la mer de Chine méridionale, en intégrant des composants développés pour les petits réacteurs terrestres. Le projet pilote sera installé sur la côte de l’île de Hainan. C’est là que se situe également la nouvelle plateforme de lancement spatial Wenchang.

Le petit réacteur, d’une puissance inférieure à 300 MW, aura les dimensions d’un bus et pourra être transporté par camion. D’ores et déjà, le Pakistan, l’Iran, la Grande-Bretagne, l’Indonésie, la Mongolie, le Brésil, l’Egypte et le Canada ont fait part de leur intérêt.