« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Interventions

L’urgence du Glass-Steagall et les Nouvelles Routes de la soie, encore et toujours

23 novembre 2018

Lors d’un événement public le 8 novembre à Berlin, l’économiste allemand Folker Hellmeyer et Claudio Celani, de l’Institut Schiller, ont appelé les gouvernements européens, et notamment allemand, à mettre en place une séparation stricte entre banques d’affaires et banques de dépôts (le fameux Glass-Steagall Act de Franklin Delano Roosevelt) et de participer pleinement à l’Initiative une Ceinture une Route lancée par la Chine.

Ils étaient tous deux invités à discuter du film documentaire « Mort d’un banquier » avec l’auteur Moritz Enders. Le film reconstitue la crise de la plus vieille banque au monde, l’italienne Monte dei Paschi di Siena, sur toile de fond de ce qui semble être le suicide du chef des communications MPS David Rossi en 2013.

Au cours de la discussion, les intervenants se sont interrogés sur la cause de la grande crise financière, qui était principalement la dérégulation du système bancaire. Cela a commencé, selon Hellmeyer, avec le « big bang » du 27 octobre 1986 de la Bourse londonienne. La Communauté européenne, a ajouté Celani, a procédé à cette dérégulation en vertu de sa directive 646/89 établissant le système de banque universelle. Tous deux ont dénoncé l’immense bulle faite de produits dérivés, de dettes extérieures et de dettes d’entreprises, mais si Hellmeyer estime que les banques sont plus résilientes aujourd’hui grâce à des réserves de capitaux plus élevées qu’en 2008, Celani a exprimé de sérieuses réserves sur la fiabilité des récents stress tests des banques de l’UE, qui ont fait abstraction des actifs dans les bilans des mêmes banques. Dans tous les cas, la solution réside dans l’introduction d’une séparation des activités bancaires.