« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences > La paix basée sur le développement des Nations

L’intérêt véritable des Etats-Unis d’Amérique

Sen. Richard Black, sénateur de Virginie (Etats-Unis)

26 juillet 2018

Je suis le sénateur Dick Black et je suis heureux de me joindre à vous pour cette importante conférence. Mes remarques se limiteront au conflit au Moyen-Orient et à la guerre non déclarée des Etats-Unis contre le peuple syrien.

A l’heure actuelle, les actions que nous menons contre la Syrie sont illégales et vont à l’encontre de l’intérêt national. Plus important encore, elles représentent un risque direct de guerre à plus grande échelle, bien plus dangereuse et imprévisible qu’une guerre contre l’Iran et ses voisins.

La Syrie est l’épicentre de la guerre contre le terrorisme. En d’autres termes, la survie de ce pays en tant qu’Etat viable pourrait bien déterminer le résultat de la guerre globale contre le terrorisme. Si l’Amérique atteignait son objectif à long terme de renverser le gouvernement syrien, cela mènerait à une expansion sans précédent de la terreur djihadiste. Il suffirait de quelques mois pour que le Liban et la Jordanie s’effondrent, incitant alors le président Erdogan, le dictateur turc, à retirer du champ de bataille des hordes de djihadistes entraînés au combat pour les lancer sur les nations d’Europe.

C’est pour cette raison que l’opposition obstinée de l’Amérique contre l’Etat-Nation syrien représente un danger évident et immédiat pour l’Europe et pour la civilisation tout entière. Soyons bien clair : je ne suis pas un pacifiste. J’ai servi sous les drapeaux pendant 32 ans. J’ai été blessé en tant que contrôleur aérien dans le 1er Régiment de Marine et j’ai participé à 70 patrouilles de combat, généralement de nuit, loin derrière les lignes ennemies. J’ai été blessé pendant une attaque et mes deux opérateurs radios sont morts à mes côtés. Auparavant, j’ai réalisé 269 missions de combat en tant que pilote d’hélicoptère. Mon appareil a été touché par le feu ennemi au cours de quatre missions. J’ai également servi comme chef divisionnaire au bureau du Juge-avocat général au Pentagone. Là, j’ai préparé des ordres exécutifs destinés à la signature présidentielle et témoigné devant le Congrès au nom de l’Armée américaine.

Je vous dis cela pour que vous sachiez que j’aime mon pays. J’ai versé mon sang pour lui. Et je respecte les hommes et les femmes qui obéissent aux ordres qui leur sont donnés, lorsqu’on les envoie à la guerre, même si j’ai souvent jugé que ces ordres étaient absolument catastrophiques.

Je suis très préoccupé par la direction que prend la politique étrangère de l’Amérique, en particulier en ce qui concerne la Syrie, car cette nation constitue un accès stratégique vers la Turquie, donc vers l’Europe elle-même.

Avant que le début de la guerre, en 2011, la Syrie était l’une des cinq nations les plus sûres du monde. Elle garantissait les meilleurs droits aux femmes et la plus grande liberté religieuse de toutes les nations arabes. Elle n’avait aucune dette ; elle produisait sa propre énergie, sa nourriture, la plupart de ses propres produits manufacturés ; son économie était très équilibrée et elle était autosuffisante. La Syrie était en paix avec Israël depuis 40 ans. En 2013 (juste pour vous donner un exemple de la nature laïque de son gouvernement), elle a érigé une des plus grandes statues de Jésus-Christ, regardant vers Israël, le Liban et la Syrie. La Syrie est un pays de diversité et de laïcité. Elle compte environ 2 millions de chrétiens et 2 millions d’alaouites. Aujourd’hui, les alaouites sont une population très moderne. Il y a également des Druzes, et une forte population de sunnites et un peu moins de chiites chez les musulmans. La grande majorité de chacun de ces groupes religieux a soutenu le gouvernement central. Le Grand Mufti Ahmad Hassoun, le leader spirituel des musulmans sunnites de Syrie, est un soutien inconditionnel du président syrien Bachar el-Assad.

Durant ces sept années de guerre brutale, la nation syrienne, qui compte environ 23 millions d’habitants, s’est unie et a résisté aux forces combinées des deux tiers de la puissance industrielle et militaire mondiale. Or, malgré cette pression internationale massive, il n’y a pas eu une seule tentative d’assassinat contre le président Assad, qui bénéficie d’un soutien global et passionné de l’armée et de son peuple. La Syrie a dû affronter la puissance combinée des forces américaines, britanniques, françaises, israéliennes, turques, qataris et saoudiennes.

Selon toute définition raisonnable, les Etats-Unis sont en guerre contre la Syrie. Depuis 2012, ils ont mis en place des camps d’entraînement de terroristes en Jordanie, en Turquie, au Qatar, en Arabie saoudite et maintenant, à l’intérieur même de la Syrie. Nous avons fourni aux terroristes pour des dizaines de milliards de dollars d’armes, munitions, entraînement et personnel, et ceci dans le cadre d’un programme classifié de la CIA baptisé « Timber Sycamore » (bois de sycomore). Dès que ce programme a été connu, on l’a aussitôt interrompu, mais les armes, la formation et les ressources humaines américaines continuent d’affluer librement entre les mains des terroristes, sous d’autres programmes secrets.

Malgré cette longue guerre d’agression, pas un seul terroriste n’est devenu une figure populaire parmi le peuple syrien. Le peuple reste fidèle au président Assad et aux forces armées syriennes. Rappelez-vous que c’est Al-Qaïda qui a piraté des avions de ligne pour les jeter sur les Tours jumelles et le Pentagone le 11 septembre 2001, tuant 3000 Américains. En dépit de cela, à travers la guerre de Syrie, les Etats-Unis collaborent avec Al-Qaïda et ses affiliés contre la Syrie. Pratiquement tous les groupes de soi-disant « rebelles modérés » ont, à un moment ou un autre, combattu aux côtés d’Al-Qaïda ou de l’ISIS. Les djihadistes dominants ont fait le serment de décapiter tout chrétien ou alaouite et de faire de leurs femmes, sœurs et enfants des esclaves sexuels. C’est pourquoi le succès de l’aventurisme américain pourrait entraîner le plus grand génocide de l’histoire récente.

Contrairement à la propagande occidentale, la guerre n’a jamais résulté d’un soulèvement populaire. Le président Assad n’a pas pris de mesures drastiques contre les premiers manifestants. En fait, il a ordonné aux troupes anti-émeutes de se munir de bâtons au lieu d’armes à feu. En conséquence, parmi ces troupes, bon nombre sont morts aux mains d’Al-Qaïda et des Frères musulmans avant qu’Assad ne cède et leur permette de se protéger avec des armes chargées.

Maintenant, je vais vous dire ce qu’il en est de l’affirmation souvent répétée selon laquelle Assad aurait utilisé du gaz de combat, franchissant ainsi une « ligne rouge ». C’est totalement faux : la même propagande montée de toutes pièces a d’abord été utilisée par la CIA comme prétexte pour envahir l’Irak. La fraude a si bien fonctionné pour la guerre en Irak, qu’elle a été utilisée à plusieurs reprises au cours du conflit en Syrie pour accuser le président Assad de gazer sa propre population. Ce mensonge a fait que les Américains se sont laissé entraîner toujours plus loin dans la guerre syrienne. Mais posez-vous la question : si la Syrie voulait utiliser du gaz de combat, pourquoi l’aurait-elle utilisé contre ses enfants et leurs parents, plutôt que pour se défendre contre ISIS et Al-Qaïda, dans les combats désespérés qui font rage dans tout le pays ?

Par ailleurs, on n’utilise pas de gaz de combat dans des attaques limitées contre des cibles civiles. Lorsqu’on l’utilise, c’est pour des attaques massives, en parallèle avec des manœuvres offensives de grande envergure sur le champ de bataille. Chacune des trois attaques sous fausse bannière, mises en scène par Al-Qaïda et ses alliés, a été dénoncée de manière tout à fait convaincante par le journaliste d’investigation le plus respecté au monde, Seymour Hersh, qui a remporté le Prix Pulitzer – c’est lui qui a écrit l’histoire du massacre de My Lai au Vietnam et les abus commis dans la prison d’Abu Ghraïb en Irak. Il a davantage accès aux travaux internes de la CIA et du Pentagone qu’aucun autre journaliste au monde à l’heure actuelle. Il aurait été totalement irrationnel de la part du président Assad d’utiliser du gaz de combat, étant donné le retour de flamme prévisible et l’absence de tout avantage militaire pour la Syrie.

Cela fait longtemps que les Etats-Unis planifient un changement de régime en Syrie. Selon le général Wesley Clark, ancien Commandant suprême des forces alliées en Europe, c’est en 2001 que l’Amérique a commencé à élaborer des plans pour renverser la Syrie. Wikileaks a publié des plans secrets actualisés qui avaient été développés par l’ambassade des Etats-Unis à Damas en 2006. Ces plans proposaient des étapes détaillées pour déstabiliser et renverser le gouvernement légitime de la Syrie. En 2010, devenue secrétaire d’Etat, Hillary Clinton mit à exécution les plans pour renverser la Libye, afin de s’emparer de son arsenal militaire pour armer les terroristes en Syrie. Lorsque le dirigeant libyen, le colonel Mouammar Kadhafi, fut assassiné en 2011, nous avons envahi la Libye sous prétexte d’y établir une « zone d’exclusion aérienne ». Nous avons rapidement donné aux Turcs le contrôle d’un espace aérien libyen, puis on a commencé à larguer en Turquie des armes volées à la Libye en utilisant des appareils Qatari. Le premier appareil qui a été envoyé depuis la Libye transportait 700 terroristes tunisiens, infiltrés en Syrie via la frontière turque.

Depuis 2011, les Etats-Unis se battent pour renverser le gouvernement démocratiquement élu de Bachar el-Assad et installer un régime fantoche. Mais pourquoi diable faisons-nous la guerre en Syrie ? Pourquoi diable faisons-nous sans cesse la guerre au Moyen-Orient ? Nos propres actions ont engendré des armées entières de terroristes de l’ISIS et d’Al-Qaïda. Si nous disparaissions du paysage, l’Irak et la Syrie pourraient éliminer en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire les derniers vestiges de ces groupes terroristes et remettre sur pied leurs propres nations. Alors, nous battons-nous pour servir les Etats-Unis… ou des intérêts étrangers ? Ne sommes-nous pas simplement en train de déployer nos courageux soldats comme une sorte de Légion étrangère pour le compte d’autrui ?

On a entendu le prince Mohammad bin Salman, le dictateur sanguinaire d’Arabie saoudite, affirmer : « Kuschner, je l’ai dans ma poche ! » Certains pensent que Jared Kuschner, qui a accès à des renseignements présidentiels, pourrait avoir révélé des noms de Saoudiens qui ont été déloyaux envers la Couronne princière, peu avant que le dictateur saoudien ne lance sa répression brutale contre ces dissidents. Tout cela pour des profits personnels ?

Il est certain que des opportunistes ont amassé des fortunes considérables grâce à ces guerres. Et nous savons que nos partenaires de la coalition, Qatar et Arabie saoudite, veulent renverser les obstacles pour pouvoir faire passer des pipelines de gaz et de pétrole à travers le territoire souverain de la Syrie.

Vous savez, je suis étonné de voir les Américains acquiescer à cet état de guerre perpétuelle au Moyen-Orient. Personne ne parle jamais de fin des hostilités ni de retour à la paix. En comparaison, la Première Guerre mondiale ne durait que depuis 17 mois lorsque les politiciens ont dû promettre que ce serait la « Der des Ders ».

Maintenant, réfléchissez à cela : après 17 ans, nous sommes toujours engagés simultanément dans des guerres sans aucune perspective d’en finir. Cela détruit nos forces militaires et met notre nation au bord de la faillite. Combien d’Américains réalisent qu’un tiers de toute la dette nationale des Etats-Unis résulte de nos guerres au Moyen-Orient ? Malgré tant de vies américaines perdues, de soldats estropiés, de trésors gaspillés ; malgré un million et demi de Libyens, Afghans, Yéménites, Irakiens et Syriens tués ; malgré des milliers de milliards de dollars de destructions, je ne peux citer une seule bonne chose que ces guerres aient pu apporter au peuple américain, ou pour l’intérêt vital de la nation des Etats-Unis. Au lieu de cela, nous avons généré des cohortes entières de réfugiés, hostiles aux valeurs occidentales et déterminés à détruire les cultures européennes.

Lorsque nous avons commencé ces guerres, nous avions affaire à un faible contingent de terroristes. Une génération plus tard, nous avons multiplié leurs rangs par mille, en armant, entraînant et finançant ces mêmes terroristes. Nous leur avons offert une expérience bien réelle du champ de bataille, faisant d’eux les forces prêtes au combat les plus aguerries au monde.

A mes yeux, c’est une folie suicidaire. La peur et le ressentiment immenses que nous avons générés ont détruit des générations entières de femmes et d’hommes de bonne volonté. C’est donc maintenant une quasi-certitude que la Chine va bientôt prendre, via des moyens pacifiques, le relais du commerce et de l’influence que les Etats-Unis ont tenté d’imposer par la peur et la terreur. A moins que les Etats-Unis ne développent une stratégie pour la paix, la Chine va nous remplacer comme puissance mondiale dominante. Notre stratégie actuelle se résume à faire tomber des régimes en place en envoyant des bombes, en détruisant des maisons et en ensanglantant les rues. Pendant ce temps, la Chine construit tranquillement des autoroutes, des usines, des barrages, des infrastructures, sans recourir à des coups d’Etat violents. Quelle approche sera la plus attirante pour les nations étrangères ? Si on leur donne le choix, elles choisiront inévitablement les routes, ponts, barrages et usines chinoises plutôt que les bombes, destructions et bains de sang made in USA.

Regardez l’Irak : depuis le début de la Guerre du Golfe, dans les années 1990, jusqu’à aujourd’hui, les Etats-Unis ont bombardé ce pays presque sans relâche. Durant ces 28 années de campagne, nous avons largué sur l’Irak un tiers de million de bombes et cette quantité ne cesse d’augmenter. La semaine dernière encore, nous, ou notre allié Israël, avons bombardé des forces de mobilisation populaire en Irak, tuant 22 personnes et en blessant 12 autres. Au moment de l’attaque, ces Irakiens combattaient ISIS, notre ennemi supposé. Cette opération vient ainsi compléter la 28e année d’actions hostiles en territoire irakien, contre une nation qui, tout comme la Syrie, n’a jamais mené une seule action hostile contre les Etats-Unis.

Mais revenons à la Syrie : les Etats-Unis, qui avaient pourtant promis qu’il n’y aurait « aucun soldat sur le terrain », auraient aujourd’hui pas moins de 8000 soldats, marins et sous-traitants déployés sur le sol syrien. Nous avons construit au moins 11 bases au nord-est de la Syrie, information que nous avons apprise de la Turquie, à notre grande surprise, en 2007. Les troupes américaines ont actuellement pour mission de sectoriser une petite zone enclavée, en y assurant la domination de la minorité kurde contre la région à prédominance arabe au nord-est de la Syrie. Cette région, entre l’Euphrate et la frontière turque, comprend l’équivalent de 30 % de la masse territoriale de la Syrie.

Bien que très peu peuplée, cette région recèle la majorité du pétrole, du gaz et des ressources agricoles pour subvenir aux besoins de toute la population syrienne. Si ce « Plan B » américain de partition de la Syrie aboutissait, cette nation s’en trouverait appauvrie pour longtemps – les Etats-Unis pouvant ainsi bloquer les anciennes voies commerciales reliant la Syrie, l’Irak et l’Iran. Tout ceci semble faire partie d’une stratégie d’ensemble, préparant le terrain en vue d’une guerre beaucoup plus étendue.

Mais il y a un immense espoir en Syrie. Les forces armées syrienne et leurs alliés ont libéré 90 % de la population. Depuis que la Russie est intervenue en 2015, la Syrie a engrangé un nombre impressionnant de victoires. Quasiment toutes les grandes villes ont été libérées par l’armée syrienne. C’est uniquement la résistance des Etats-Unis, d’Israël et de la Turquie qui empêche de mettre rapidement un terme à cette guerre. Il est grand temps pour les Etats-Unis de quitter la Syrie, et de quitter le Moyen-Orient. Avec notre départ, viendra le temps de la paix et de la réconciliation. Les réfugiés pourront rentrer chez eux et la reconstruction s’accélèrera.

Depuis sa libération par les forces syriennes en 2016, près d’un demi-million de Syriens sont rentrés à Alep, la deuxième ville de Syrie. Les Etats-Unis pourraient faire un geste humanitaire marquant, simplement en levant le blocus naval de la Syrie et les restrictions monétaires, afin de mettre un terme à la famine, la pauvreté et la privation de soins médicaux dont souffre la population.

Les Américains sont un peuple digne et bon. Notre Nation est plus belle que ne le suggère notre politique étrangère. Nous devons donc cesser d’infliger des violences en soutenant des groupes terroristes et restaurer la paix dans le monde.

Merci beaucoup [Applaudissements]