« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

L’ennemi n’est pas la Russie, mais Wall Street !

2 août 2017

L’épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes est celle d’un effondrement financier pire que celui de 2008. A la différence que la « boîte aux outils » dont disposaient à l’époque les banques centrales est désormais bien vide. Entre-temps, l’assouplissement quantitatif (QE) et les intérêts à taux zéro n’ont servi qu’à accroître les profits des spéculateurs aux dépens des contribuables, tandis que le fossé entre riches et pauvres s’est creusé dans le monde transatlantique.

Dans la zone euro, une crise dans le secteur de la banque commerciale qui aurait été gérable se transforme sous l’effet de la politique de l’Union européenne et la Banque centrale européenne en risque systémique. Aux Etats-Unis, l’endettement - d’entreprises, privé, public - atteint un niveau bien pire qu’en 2008. Sans parler des centaines de milliers de milliards de dollars de produits dérivés, pour la plupart hors bilan.

Par conséquent, le plus grand danger maintenant est que l’effondrement du système financier mène au chaos immédiat, se traduisant par la disparition de l’épargne, des retraites, etc. Pourtant à Washington, et aussi dans nombre de capitales en Europe, on perd son temps à se demander qui est le principal adversaire : la Russie, la Chine ou la Corée du Nord.

Cet adversaire, c’est Wall Street et la City, et tout ce système failli. Il faut vite le nettoyer, avant qu’un des nombreux facteurs potentiels provoque l’irréversible.

Dans ce contexte, le Comité d’Action politique de LaRouche aux Etats-Unis, ainsi que les mouvements politiques qui lui sont associés dans le monde, a lancé une mobilisation d’urgence la semaine dernière pour exiger une véritable séparation bancaire, suivant les critères de la loi Glass-Steagall, l’émission de crédits publics pour financer des projets d’infrastructure à grande échelle de même que le financement de secteurs à la pointe de la science dont l’exploration spatiale et l’énergie de fusion. Dans tous ces domaines, une coopération avec l’Initiative de la Ceinture et la Route de la Chine apportera un grand plus.