« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

L’accord irresponsable et impraticable de l’UE avec Erdogan

17 mars 2016

Une semaine plus que noire pour l’UE : après l’annonce des mesures insensées destinées à « sauver » l’euro, on graisse la patte au gouvernement turc dans l’espoir de résoudre la crise des réfugiés.
 
Le soutien d’Ankara aux groupes djihadistes en Syrie et en Irak, y compris à Daech est désormais notoire, tout comme ses tentatives de saboter le processus de cessez-le-feu ou encore ses attaques militaires répétées contre les Kurdes, qui sont parmi les combattants les plus efficaces contre Daech et al-Nosra.

Un accord honteux

En un mot, la Turquie contribue activement aux causes à l’origine de la crise des réfugiés, et il est peu probable que les milliards d’euros de l’UE changeront sa politique.
 
Mais cet aspect des choses n’a pas été discuté autour de l’accord obtenu la semaine dernière, du moins pas publiquement. On n’a rien dit non plus de la répression de l’opposition politique en Turquie par le président Erdogan. Sans parler du fait que le marchandage de vies humaines des réfugiés est une véritable honte en soi.
 
De plus, il est absurde de croire que la fermeture des frontières externes de l’UE empêchera les réfugiés d’arriver, car face à un flot de gens désespérés luttant pour leur survie, aucune frontière ne restera étanche.
 
Pour sortir de la crise, les dirigeants européens doivent se démener pour mettre fin à toutes ces guerres en Asie du sud-ouest – en dénonçant aussi leurs soi-disant « alliés » fauteurs de guerre – et de mettre en œuvre un programme de reconstruction économique, comme le Programme Phoenix de l’Institut Schiller et de l’EIR, parallèlement à la Nouvelle Route de la Soie lancée par la Chine.