« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

L’OTAN intensifie plus que jamais ses manœuvres en Ukraine

6 août 2015

Suite à la signature de l’accord P5+1 avec Téhéran et en raison du risque moindre de voir l’Iran lancer des attaques de missiles contre des cibles en Europe, les responsables russes ont bien pris acte de l’intention formellement annoncée de l’administration Obama de poursuivre quand même l’installation d’un système de défense antimissile en Europe de l’Est.

Côté positif, les Etats-Unis et la Russie ont mis en place un mécanisme bilatéral en vue de promouvoir le respect des accords Minsk II par toutes les parties, mais le fait que Victoria Nuland – qui se rendait sur le Maidan pour distribuer des petits gâteaux – a été nommée la représentante de Washington, ne peut être qu’une provocation.

En outre, l’OTAN a lancé deux manœuvres le 20 juillet dans la région de Lvov en Ukraine occidentale, impliquant 1800 soldats de 18 pays, soit le plus important contingent jamais employé par l’OTAN dans cette région. Le ministère russe des Affaires étrangères a souligné que de tels jeux de guerre dans des zones de conflit civil constituent toujours des provocations.

En même temps, l’administration Obama a fait savoir que le Pentagone allait élargir le programme d’entraînement militaire en Ukraine à l’armée régulière, en plus des unités de la Garde nationale, composées en grande partie de milices extrémistes.

En outre, plusieurs préposés à des postes militaires de haut rang aux Etats-Unis ont insisté sur la « menace stratégique » que représente la Russie pour l’Amérique. Si le script des auditions de nomination au Congrès est traditionnellement contrôlé par la Maison Blanche, le général Mark Milley, nommé chef d’état-major de l’Armée, et le général Robert Neller, nommé prochain commandant des Marines, ont répété une ligne très dure contre la Russie.

Si aucun des ces facteurs en tant que tels ne pose une menace immédiate de guerre générale, la multitude de provocations contre la Russie est indéniable. Et Moscou n’attendra pas les premiers tirs avant de passer à l’action.