« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences

L’Institut Schiller interpelle l’ONU

19 septembre 2018

Le 13 septembre, Helga Zepp-LaRouche, inaugurait à New York une conférence de l’Institut Schiller réunissant des représentants de forces internationales engagées à juguler le danger de guerre mondiale et à bâtir un futur partagé pour l’humanité.

Mme Zepp-LaRouche, présidente internationale de l’Institut Schiller, appela le public à prendre conscience que le monde est arrivé à un punctum saliens [1] de l’histoire universelle, déterminant si l’humanité se montrera moralement apte, ou non, à survivre. Elle appela également l’Assemblée générale de l’ONU, qui allait s’ouvrir le 18 septembre, à soutenir le changement de paradigmes en cours.

Parmi les autres intervenants des deux panels, il faut noter la présence d’orateurs tous très impliqués dans les efforts pour empêcher toute dérive vers un possible conflit mondial et profondément attachés à une véritable coopération internationale autour des enjeux communs à l’humanité. Le public a écouté très attentivement les interventions de Dmitry Polyanskiy, Premier représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU ; du Dr Xu Wenhong, chercheur principal au Centre une ceinture, une route de l’Académie chinoise des sciences sociales ; de James George Jatras, ancien diplomate américain ; de Richard Black, sénateur de l’Etat de Virginie ; de Roger Stone, stratège du Parti républicain de l’aile Trump, et de Jason Ross, co-auteur du dossier de l’Institut Schiller, « Etendre la Nouvelle Route de la soie vers l’Asie occidentale et l’Afrique : vision d’une renaissance économique ».

A la suite de ces exposés et compte tenu d’un contexte historique particulièrement tendu, les intervenants et le public ont engagé un dialogue intense sur la nécessité d’élever les relations internationales à un niveau supérieur.

Helga Zepp-LaRouche récapitula les différents éléments attestant de la réalité du potentiel de guerre dans laquelle nous nous trouvons. Le danger le plus immédiat est celui d’une vaste intervention militaire en Syrie, menée par les puissances occidentales sous prétexte d’une attaque à l’arme chimique dont on rendrait l’armée syrienne responsable, avec le risque de voir la situation dégénérer en conflit avec la Russie.

Les mêmes forces dans le monde anglo-américain qui s’opposent par principe à toute amélioration des relations avec la Russie et la Chine, intensifient leur campagne pour évincer Donald Trump du pouvoir par tous les moyens. Elles s’efforcent d’assurer au Parti démocrate (et aux néoconservateurs) une marge de victoire suffisante dans les élections de mi-mandat pour engager une procédure de destitution à la Chambre. En même temps, souligna Helga Zepp-LaRouche, nous avons la menace imminente d’un krach financier et du chaos qui s’ensuivrait.

A l’opposé, une nouvelle configuration est en train de s’étendre à une vitesse surprenante autour de l’Initiative une ceinture une route (ICR). En témoignent le récent sommet Chine-Afrique et la perspective de voir le continent africain devenir « la nouvelle Chine, mais avec des caractéristiques africaines », ainsi que le réalignement stratégique en faveur du développement, manifesté lors du Forum économique de l’Est qui vient de se tenir à Vladivostok. Par ailleurs, sous l’impulsion de l’ICR, l’Inde et le Pakistan envisagent de résoudre leur conflit historique.

La grande question aujourd’hui, est de savoir quelle voie choisiront d’emprunter les Etats-Unis et l’Europe. Celle de l’affrontement géopolitique et du sauvetage d’un système à l’agonie, ou celle du nouveau paradigme de paix par le développement, fondé sur des relations gagnant-gagnant.


Notes

[1Terme médical désignant les premières manifestations perceptibles du cœur de l’embryon. Egalement utilisé pour désigner le moment où se cristallisent des enjeux historiques