« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Glaziev : la Nouvelle banque des BRICS financera le développement, contrairement au FMI et à la BM

1er juin 2015

Le 7e Forum académique des BRICS, qui s’est tenu les 22 et 23 mai à Moscou, a permis à l’économiste Sergueï Glaziev, conseiller à l’intégration économique régionale du Président russe, de montrer avec une certaine ironie que la Nouvelle banque de développement des BRICS (NBD) ne fera aucunement concurrence au FMI et à la Banque mondiale.

Russia Today a paraphrasé les propos de Glaziev, pour qui la NBD « répondra aux défis dont les institutions occidentales ne s’occupent aucunement aujourd’hui. L’objectif de l’institution de développement des BRICS est d’aider ses pays membres à se développer, tandis que les institutions financières contrôlées par Washington, le FMI et la BM, ne le font plus ».

Le FMI, a affirmé Glaziev, représente les spéculateurs financiers et conditionne ses prêts à des mesures visant à démanteler les entraves aux mouvements de capitaux spéculatifs. « Le volume des capitaux spéculatifs a plus que triplé au cours des cinq dernières années, à cause de la progression du volume d’émission de devises au niveau mondial, mais l’impression de dollars, d’euros, de livres et de yens n’atteint les pays des BRICS que sous forme de vagues spéculatives. » Elle déstabilise l’économie au lieu de la soutenir.

Alors que les pays des BRICS ont besoin d’institutions financières qui promeuvent des programmes de développement à long terme, a poursuivi Glaziev, « ni le FMI ni la Banque mondiale ne le font aujourd’hui. Les institutions de ce type sont pour nous d’une grande importance, parce que nous vivons dans un espace économique commun qui devrait combiner leurs avantages compétitifs ».

Par ailleurs, un autre instrument majeur de financement se met en place : la Banque asiatique d’investissement dans l’infrastructure. A l’issue de trois jours de conférence à Singapour (du 19 au 21 mai), les 57 membres fondateurs de la BAII se sont mis d’accord sur la charte de la banque, qui sera signée à Beijing lors d’une cérémonie fin juin. Les détails de l’accord n’ont pas encore été rendus publics, mais on sait que la Chine et l’Inde en seront les deux principaux actionnaires.

Xinhua rappelait qu’au sein des autres institutions financières, « certaines normes sont dures et même rattachées à des conditions politiques », et que la Chine a fondé la BAII justement pour contourner ces difficultés.