« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Enfin, un protocole d’accord pour la remise en eau du Lac Tchad !

24 octobre 2018

Juste avant la rencontre entre le Premier ministre italien Giuseppe Conte et son homologue chinois Li Keqiang en marge du sommet Asie Europe de Bruxelles, le ministre des Finances Giovanni Tria recevait le directeur adjoint de la China Investment Corporation (CIC) Tu Guangshao, pour discuter d’un fonds commun pour les investissements industriels dans les deux pays. Cette rencontre fait suite à des entretiens préliminaires entre le ministre et le CIC (le plus gros fonds souverain du monde) lors de son dernier voyage en Chine fin septembre.

Un protocole d’accord sera signé en 2019 concernant non seulement le regroupement des capitaux mais également du savoir-faire et des études pour faire avancer la coopération entre les deux pays et entamer des initiatives communes impliquant des entreprises créées sur la base d’un dialogue mutuel », a affirmé Tria. Un autre protocole portant sur des investissements dans l’ Initiative la Ceinture et la Route, avec l’accent mis sur l’Afrique, devrait être signé avant la fin de l’année.

En parallèle, un protocole pour le financement initial d’une étude de faisabilité pour le projet Transaqua a été signé le 16 octobre à Rome par le gouvernement italien et la Commission pour le Bassin du Lac Tchad, basée à N’djamena, au Tchad.

Le document signé par Francesco La Camera, directeur général du ministère italien de l’Environnement, et Mamman Nuhu, Secrétaire exécutif de la Commission pour le Bassin du lac Tchad, prévoit une subvention de 1,5 million d’euros pour financer l’étude de faisabilité du projet développé par l’entreprise italienne Bonifica il y a plus de 35 ans. Il s’agit de remettre en eaux le lac Tchad tout en mettant en place un système d’irrigation, de transport, d’électricité et d’infrastructure agro-alimentaire pour le centre de l’Afrique. L’Institut Schiller promeut ce projet Transaqua au niveau international depuis des décennies.
 
La signature formelle fait suite à la décision, annoncée au cours de la Conférence internationale sur le lac Tchad des 26 et 28 février dernier à Abuja, au Nigeria. Certaines étapes administratives devront toutefois être franchies avant que l’argent soit débloqué et que l’étude de faisabilité démarre effectivement.

« C’est une étape historique, a déclaré le PDG de Bonificia Romina Boldrini au magazine Executive Intelligence Review. L’Italie consacre des fonds à Transaqua. Tout le monde s’attend désormais à ce que ce soit Bonifica qui démarre l’étude de faisabilité. » Marcello Vichi, qui avait dirigé l’équipe de Bonifica ayant fait les ébauches de l’étude dans les années 1970, s’est dit « très satisfait » de cet accord. « Enfin, au bout de tant d’années, Africains et Européens ont compris l’importance du projet. Maintenant, il faut rattraper le temps perdu. »

Alors que la décision de faire avancer Transaqua avait été prise par le précédent gouvernement, le nouveau gouvernement devrait soutenir le projet encore davantage. L’actuel sous-secrétaire Michele Geraci, qui dirige les négociations avec la Chine, avait soutenu Transaqua alors qu’il était professeur d’Economie à Pékin, qualifiant le projet de « modèle de coopération tripartite entre l’Italie, la Chine et l’Afrique. »