« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Notre action > Conférences

Conférence à New York : une coopération sino-américaine pour la Nouvelle Route de la soie mondiale

26 avril 2017

Peu après l’annonce officielle de la rencontre entre le président Xi Jinping et le président Trump les 6 et 7 avril à Mar-a-Lago (Floride), l’Institut Schiller a décidé de tenir une conférence extraordinaire de deux jours à New York pour inciter les Etats-Unis à se joindre pleinement au projet « Une Ceinture, une Route » et plus généralement à la dynamique du « nouveau paradigme » mondial.

Nous vous proposons ci-dessous, un résumé en image suivi d’une courte présentation, des deux journées de la conférence qui s’est déroulée une semaine après le sommet américano-chinois, les 13 et 14 avril. Nous avons mis en lien les vidéos originales des interventions (en anglais).

La coopération sino-américaine : un pont vers une nouvelle plateforme économique mondiale

JPEG - 46 ko
Mme Helga Zepp-LaRouche.

La journée du 13 avril a été ouverte par la présidente de l’Institut Schiller, Helga Zepp-LaRouche, qui a commencé de manière provocatrice en rappelant qu’elle avait choqué beaucoup de monde en déclarant que si le président Trump devait rallier la nouvelle Route de la Soie, il pourrait devenir l’un des plus grands Présidents américains. Et malgré ses graves erreurs, notamment l’attaque contre la Syrie et l’affrontement recherché avec la Corée du Nord, on peut espérer qu’il s’agit seulement d’un revers temporaire. Si Trump opte pour le nouveau paradigme, estime t-elle, cela voudrait dire la fin de la géopolitique, des guerres unilatérales impériales, et tout ce système qui fait tout pour torpiller l’agenda original de Trump. (vidéo).

Mme Zepp-LaRouche a été suivie par le Consul général adjoint du Consulat chinois à New York, Meifang Zhang, qui l’a remerciée pour son discours « qui nous a tous inspirés ». Elle a soulevé l’importance du dialogue entre les présidents Xi et Trump, notant que Xi a invité les Etats-Unis à de nombreuses reprises à participer à l’Initiative Ceinture et Route. (vidéo).

Un autre invité spécial était Petr Iliichev, le chargé d’Affaires de la Mission permanente de la Russie à l’ONU, qui a déclaré que « le développement et la coopération économiques à l’échelle internationale sont la force motrice dans le monde » aujourd’hui, avant de dresser le tableau de la diplomatie russe, bien différente de celui présenté dans les médias. (vidéo).

Parmi les autres intervenants, citons le Dr. Patrick Ho, président adjoint du China Energy Fund Committee à Hong Kong (vidéo) ; Faiyaz Murshid Kazi, le conseiller de la Mission permanente du Bangladesh à l’ONU (vidéo) ; le sénateur d’Etat Richard H. Black (par vidéo). Un message a été reçu de Justin Yu, directeur de la Chambre de Commerce chinoise à New York, qui a rappellé que Helga Zepp-LaRouche « est largement reconnue comme l’une des conceptrices et principales avocates du projet ’Une Ceinture, une Route’ ».

Parmi les intervenants du panel sur l’économie physique et l’infrastructure, il y avait le Dr. Liu Qiang, directeur de la Division de l’économie de l’énergie de l’Institut QTE de l’Académie chinoise des Sciences sociales (vidéo) ; le professeur Prof. Nie Lei, doyenne de de la Faculté de Transport de l’université Jiaotong de Beijing (vidéo) ; le Dr. Hal B. H. Cooper, un expert du tunnel ferroviaire proposé sous le détroit de Béring (vidéo) ; Richard Trifan, vice-Président des Relations et du Commerce du Eurasia Center à Washington (vidéo), ainsi que Jason Ross (vidéo) et Ben Deniston (vidéo) de l’Institut Schiller.

Un dialogue des civilisations sur les principes et les objectifs communs de l’humanité

La deuxième journée de la conférence était consacrée au dialogue des civilisations. Pour cela, Helga Zepp-LaRouche a proposé de rapprocher le meilleur de la culture européenne de la tradition de Confucius en Chine. (vidéo)

JPEG - 84.9 ko
Friedrich Schiller, le « poète de la liberté ».

Elle a mis en parallèle les écrits de Friedrich Schiller, le « poète de la liberté » et l’un des plus grands penseurs d’Europe à l’époque de la Révolution américaine, et la philosophie vieille de 2500 ans de la civilisation chinoise confucéenne. Il ressort clairement des œuvres des deux philosophes que c’est l’éducation et le développement esthétiques des citoyens d’un pays qui permettent le règne de la paix et la prospérité.

Mme Zepp-LaRouche a lu plusieurs citations de Confucius, dont la véritable vision du monde (au-delà des clichés) est très peu connue en occident, tout comme le courant de pensée platonicien humaniste de l’occident est le plus souvent méconnu en Asie. Elle a rapproché les idées de Confucius sur la musique et une société bien ordonnée à L’éducation esthétique de l’homme de Schiller, qu’il a rédigé suite à l’échec de la Révolution française. Un plaidoyer pour que le développement esthétique du peuple devienne la priorité absolue de toute forme républicaine de gouvernement.

JPEG - 92.5 ko
La statue de Confucius au Parc Hermann à Houston.

Aujourd’hui, Helga Zepp-LaRouche est très confiante dans la renaissance actuelle des idées et de la philosophie de Confucius en Chine, encouragée par le président Xi. Ce que reflète la métaphore souvent évoquée, qui compare le projet chinois « Une Ceinture, une Route » à un orchestre symphonique dans lequel chacun a une partition et le tout enrichit chacun. (vidéo)

Elle a été suivie par le Dr. Dave Wang, qui a donné un aperçu de son passionnant travail sur l’étude et la diffusion par Benjamin Franklin du confucianisme et la science et la technologie chinoises dans les colonies américaines puis dans la jeune République américain, et par Mike Billington d’EIR, qui a exposé les méthodes utilisées par les Britanniques aux XIXème et XXème siècles pour diffuser parmi les Chinois une fausse image de la « pensée occidentale » (vidéo).

La conférence de deux jours a été couronnée dans la soirée du 14 avril par un magnifique concert de la musique classique chinoise et occidentale et de spirituals, le tout interprété par des musiciens et chanteurs chinois, la chorale et des solistes de l’Institut Schiller de New York.