« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Chine : la construction de lignes TGV avance à plein régime

5 octobre 2013

Le système ferroviaire à grande vitesse, qui relie désormais 100 villes en Chine, a remporté un succès certain. Au 26 septembre, la barre des 10 000 km de voies a été franchie. La dernière ligne, reliant Fuzhou et Nanchang dans le Sud-Est, réduit le trajet de 11 heures à 3 heures et 12 minutes.

Le New York Times du 24 septembre faisait état d’une étude montrant que « 5 années après son ouverture, le rail à grande vitesse transporte déjà chaque mois deux fois plus de passagers que les vols d’avion intérieurs. Plus de Chinois voyageront par TGV au début de l’année prochaine que les 54 millions d’Américains montant à bord d’un vol intérieur aux Etats-Unis. »

Ce programme de développement, initié au lendemain de la crise financière de 2007-2008, doit être achevé en 2020, avec des extensions prévues vers les pays voisins en Asie du Sud-est et en Asie centrale. En fait aussi partie le projet de nouvelle Route de la soie annoncé par le président Xi Jinping à la récente conférence de l’Organisation de coopération de Shanghai.

La collision en juin 2011 de deux TGV dans la province de Zhejiang province, tuant 40 personnes et blessant des centaines d’autres, a été exploitée par les environnementalistes au niveau mondial pour appeler à la suspension ou au ralentissement du programme ambitieux, mais le rapport du NYT doit reconnaître que selon les statistiques, « les TGV chinois indiquent que les trains à grande vitesse en Chine se sont avérés jusqu’à présent l’un des systèmes de transport les plus sûrs au monde.

Le NYT cite également une étude de la Banque mondiale, qui montre que la productivité des villes desservies par le réseau s’est considérablement accrue. Que l’infrastructure du transport favorise le développement économique le long des routes est un fait bien connu et démontré par l’histoire. C’est la base de la promotion par le mouvement de LaRouche du Triangle productif européen peu après la chute du mur de Berlin, puis du Pont terrestre eurasiatique.