« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

COP21 : « revitaliser le lac Tchad » une priorité pour les dirigeants africains

12 décembre 2015


En marge de la COP21 à Paris, des dirigeants africains ont mis leurs homologues occidentaux, obsédés par les émissions de CO2, au défi de développer l’Afrique, en commençant par des projets de transfert d’eau. Le 30 novembre, lors d’une rencontre réunissant le président François Hollande et 12 dirigeants africains, le président du Niger Mahamadou Issofou et son homologue nigérian Muhammadu Buhari ont tous deux insisté sur la nécessité de revitaliser le lac Tchad, pour pouvoir renverser le processus d’appauvrissement à l’origine d’un exode de la population et de la prolifération du terrorisme.

Ce n’est pas un hasard si Boko Haram est né autour du lac Tchad, a déclaré Issofou. Ce lac se meurt, il est en train de disparaître, et on va vers une catastrophe majeure.

Son homologue nigérian a demandé aux pays développés des financements conséquents pour le transfert d’eau entre les bassins du Congo et du lac Tchad. Au moins cinq millions de personnes vivant dans les pays bordant le lac Tchad ont été déplacés en raison de son assèchement, menant à une hausse des conflits sociaux, des taux de migration et des déplacements transfrontaliers. « Le Nigeria a une population importante, dépassant les 170 millions d’habitants, et dans certaines régions du nord du pays, une ferme qui nourrissait 10 personnes doit en nourrir 100 aujourd’hui. Ils n’ont pas d’autre endroit où vivre et aucune terre à cultiver », a-t-il déclaré.

D’une superficie de 26 000 km² en 1963, le lac Tchad s’étend sur moins de 10% de cette surface aujourd’hui. Le ramener à son niveau initial, afin qu’il puisse subvenir aux besoins de ses 30 millions de riverains, nécessiterait de transférer de l’eau depuis le bassin du fleuve Congo, qui en dispose en abondance et se trouve séparé du bassin du lac Tchad par un bassin hydrologique situé à la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine.

Un projet conçu il y a plus de trente ans par la firme d’ingénierie italienne Bonifica, montre qu’il suffirait de détourner 5 % de l’eau du fleuve Congo, en construisant un canal traversant ses affluents et en la faisant transiter par simple gravité jusqu’au lac Tchad. Un tel canal fournirait aussi une voie infrastructurelle reliant le lac Tchad à la région des Grands Lacs, plus au sud. Ce projet, baptisé Transaqua, permettrait du même coup de remettre à niveau le système fluvial libyen à Koufra qui commence à s’épuiser.

Malheureusement, ces dernières décennies, la proposition italienne est restée au fond des tiroirs à cause de l’opposition répandue en Europe à tout grand projet sous prétexte de protéger la « biodiversité », en particulier par les organisations écologistes comme le WWF. Or, aujourd’hui, elle suscite un intérêt grandissant en raison des migrations massives, de la menace terroriste et de l’intention des BRICS de développer l’Afrique.

François Hollande a promis de consacrer 2 milliards d’euros pour la région ; mais cette somme est bien évidemment insuffisante.