« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Avec le nouveau livre de Xi Jinping, Helmut Schmidt encourage les Occidentaux à mieux comprendre la politique chinoise

9 décembre 2014

L’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt a rédigé un commentaire sur le livre Xi Jinping : la gouvernance de la Chine, une collection de discours et d’interviews du président chinois entre novembre 2012 et juin 2014. Le commentaire a été repris par divers médias chinois et sur le site en français de Radio Chine Internationale. L’intervention de Schmidt est bien utile pour contrer ceux qui manigancent des « révolutions de couleur » contre une Chine présentée comme une force impériale agressive.

JPEG - 52 ko
Helmut Schmidt, ancien chancelier allemand

Dans ce commentaire, Schmidt regrette de « constater que les hauts dirigeants chinois connaissent mieux l’Occident que ce dernier connaît la Chine. La sortie du nouvel ouvrage du président Xi Jinping sera un coup d’essai favorable au changement de cette situation. Ce livre révèle aux lecteurs étrangers quelle philosophie observent les dirigeants chinois et sur quel plan stratégique se fonde la direction du développement chinois. Le reste du monde peut ainsi mieux comprendre le développement chinois, et notamment ses politiques intérieures et extérieures. »

C’est exactement ce sur quoi Helga Zepp-LaRouche insiste : les Occidentaux doivent faire l’effort de comprendre la mentalité derrière la politique de Nouvelle route de la Soie de Xi Jinping, qui est aux antipodes des combines géopolitiques des groupes de réflexion américains et européens.

Schmidt note que les dirigeants chinois s’efforcent de résoudre les problèmes dus au développement ultra rapide des 35 dernières années, qui a fait de la Chine la deuxième économie au monde, et souligne que de forts progrès ont été réalisés au niveau de la liberté et des droits des citoyens depuis l’époque de Deng Xioping.

Schmidt reconnaît aussi l’importance de l’héritage culturel de la Chine dans le confucianisme. « La Chine a incontestablement réalisé la coexistence harmonieuse entre la tradition et la modernité. Depuis 2500 ans, les Chinois ont toujours observé l’éthique rationnelle du confucianisme (...) et le confucianisme est toujours resté l’esprit directeur de la Chine. (...) On assiste à un retour de celui-ci dans la Chine d’aujourd’hui. »

L’ancien chancelier souligne aussi que dans « cette civilisation cinq fois millénaire, il est difficile de trouver la moindre trace de la pensée impérialiste, car les Chinois considèrent depuis toujours l’harmonie comme la valeur suprême ».

Schmidt termine en regrettant que les « pays occidentaux ne peuvent s’empêcher de jouer un rôle d’enseignant face à la Chine et à ses dirigeants, mais cette arrogance se casse souvent le cou. Peut-être devraient-ils se montrer plus raisonnables et plus modestes afin de laisser la concurrence équitable jouer son rôle. »