« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

Aucun foyer indien ne manquera d’électricité en 2019

19 octobre 2017

Le premier ministre indien Narendra Modi vient d’annoncer un projet de 2,5 milliards de dollars, destiné à apporter l’électricité à tous les foyers d’ici décembre 2018, pour tenir ainsi une de ses promesses électorales de 2014. Dans un discours à la nation le 25 septembre, Modi déclarait : « 40 millions de foyers sur 250 millions n’ont toujours pas de courant, ce qui veut dire que 25 % des gens vivent encore au XVIIIème siècle. Le gouvernement va électrifier chaque foyer, qu’il soit dans un village, une ville ou une région isolée. »

Le problème n’est pas la quantité d’électricité produite qui suffirait déjà à atteindre cet objectif, mais plutôt la connectivité finale, qui est à la charge des consommateurs. D’où la précision du Premier ministre : « les citoyens pauvres ne payeront rien pour le raccordement ».

Le projet de Narendra Modi, baptisé « Saubhagya » (bonne fortune), doit être financé par un bouquet de subventions officielles, d’investissements des fournisseurs d’électricité et de prêts.

Les principales sources d’énergie en Inde sont le charbon et l’hydroélectricité, mais la part du nucléaire et des sources renouvelables est en hausse. Si le nucléaire n’y contribue pas encore beaucoup, le programme nucléaire est imposant. Le mois dernier, le gouvernement a donné le feu vert pour 10 réacteurs indiens à eau lourde de 700 MW chacun, qui seront installés à Kaiga, dans le Karnataka (tranches 5 et 6), à Chutka dans le Madhya Pradesh (tranches 1 et 2), à Gorakhpur dans l’Haryana (tranches 3 et 4) et à Mahi Banswara, dans le Rajasthan (tranches 1, 2, 3 et 4). L’Inde possède désormais 22 réacteurs, dont 18 sont de production indienne.

En août 2017, la Commission indienne de l’énergie atomique a annoncé que le réacteur à neutrons rapides de 500 MW à Kalpakkam devrait pouvoir commencer à générer de l’électricité avant la fin de 2017. Il utilise comme matière fissile le thorium et non l’uranium. Actuellement, seule la Russie possède un autre réacteur à neutrons rapides à usage commercial.