« la plus parfaite de toutes les oeuvres d’art est l’édification d’une vraie liberté politique » Friedrich Schiller

Accueil > Veille stratégique

À Davos, le président chinois met la « coopération gagnant-gagnant » sur la table

3 février 2017

Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Suisse le 15 janvier, à la fois pour une visite officielle et pour y prononcer le discours d’ouverture du Forum économique mondial de Davos, le 17 janvier. Il s’agit là d’une première pour un chef d’État chinois. Cela n’est pas dépourvu d’ironie, étant donné que Davos représente un symbole de l’ordre impérial en déliquescence.

Le titre d’un article publié le 15 janvier dans le quotidien Xinhua résume bien le grand thème que Xi Jinping a abordé : « Une communauté de destin commun, une maison partagée pour l’humanité. » Proposée par le président chinois pour la première fois fin 2012, écrit le quotidien :

Cette idée a fini par façonner l’approche de la Chine en matière de gouvernance mondiale

Puis citant un chercheur de l’Institut chinois d’études internationales, Tanq Qifang :

Le concept d’une communauté de destin commun transcende toutes sortes de différences au sein de la société humaine et vise à apporter le plus grand bienfait à tous.

Une coopération historique avec la Suisse

Pour la visite d’État de Xi Jinping en Suisse, l’innovation était le maître mot, conformément au Partenariat stratégique pour l’innovation signé entre les deux pays, lors de la visite à Beijing en avril dernier du ministre de l’Économie et du président d’alors, Schneider-Ammann.

Les fondements pour une coopération entre les deux pays sont solides : la Suisse fut le premier pays occidental à reconnaître la Chine en 1950, le premier pays d’Europe continentale à signer un accord de libre-échange avec elle en 2013 et le premier pays européen à adhérer à la BAII (Banque asiatique d’investissement dans l’infrastructure). Elle a également reconnu le statut de la Chine en tant que membre à part entière de l’OMC. Le fabricant d’ascenseurs suisse Schindler fut par ailleurs la première entreprise occidentale à établir une joint-venture avec un partenaire chinois, dès les années 70. Les deux pays entretiennent une vingtaine de formats de coopération, allant des domaines industriel et juridique à celui des droits de l’Homme.